#PS : les solfériniens nous crachent dessus, et nous devrions nous taire ? ça suffit comme ça ! #reseauFDG

visuel_enflammons-2_2

tweet mélenchonCe tweet aurait pu faire couler pas mal d’encre s’il y en avait encore pour nourrir nos échanges devenus plus volontiers électroniques. Il a néanmoins nourri bien des conversations, y compris dans notre propre mouvement. Parmi les « blogchéviks » présents au lancement de la charte des blogs 6.0, l’opinion majoritaire qui semblait se dégager disait en gros que ce tweet était malheureux. L’argument principal avancé  était qu’il mettait à mal nos conditions et capacités d’accueil de militants et sympathisants PS déçus, notamment en provenance de l’aile gauche. Et que par ailleurs, qu’il convenait de distinguer la direction du PS des électeurs, qui pouvaient se sentir ostracisés par un tel message…

Après réflexion, alors que je me laissais gagner sur l’instant par cette vision plus généreuse que la mienne des choses, je suis à présent plus nuancé, et je ne suis pas si certain qu’il faille le rejeter… N’en déplaise au politiquement correct et à l’esprit consensuel., qui ne fait pas toujours avancer le débat.  Car il faut se souvenir, oui, et j’en ai la mémoire pour en avoir essuyé moi aussi les violents contrecoups, à quel point certains au PS, et plus particulièrement chez les solfériniens, nous ont traîné dans la boue, plus bas que terre, et ont tant pris plaisir à nous amalgamer avec le FN. J’en profite d’ailleurs pour saluer au passage l’utile et nécessaire travail opéré par l »OPIAM, dont on a pas parlé à l’occasion de notre soirée de vendredi, mais qui était bel et bien présent.

Oui, nous nous souvenons durablement de notre écœurement et de notre indignation légitime de nous voir un peu trop systématiquement rangés dans le même sac que le FN et qualifiés un peut trop souvent du doux qualificatif d’ extrême. Cela ne peut que laisser des traces indélébiles.  Je ne reviendrai pas sur le sujet. Sinon pour dire ce que j’ai tenté de faire passer dernièrement dans tweeter dans l’espoir qu’il soit repris par le réseau du FdeG : Est-ce être extrémiste que de lutter contre toutes les discriminations, pied à pied, dans la rue et les les lieux de débats démocratiques, que ce soit au niveau local, départemental ou national ? Est-ce être extrémiste que de demander avec la plus grande constance et une inusable vigilance que le principe de laïcité soit respecté, toujours et partout, sans exceptions en disant que les prières de rue qu’elles soient le fait de musulmans ou de chrétiens ou de quelque autre religion ou secte que ce soit est une atteinte à nos valeurs ? Est-ce être extrémiste que de vouloir obstinément que soient respectées non seulement dans la loi mais aussi et surtout dans les faits les principes de liberté, d’égalité et de fraternité ? Est-ce être extrémiste que d’appeler à plus de fermeté face aux ennemis de la démocratie, qui utilisent sciemment le moindre interstice de lâcheté dont fait preuve notre système républicain pour l’investir dans l’espoir de dynamiter notre édifice commun ?

Alors, j’en suis.

Et  j’ai d’ailleurs d’autant moins de scrupules à l’être et à le demeurer que ceux et celles qui se revendiquent du bon côté de la barrière démocrate en prétendant avoir de surcroît la morale, l’intelligence et le pragmatisme pour eux ne répugnent pas à recourir à des méthodes qui n’ont franchement rien d »enviable. Je veux parler de ceci :

« La direction du Parti socialiste, non satisfaite d’avoir empêché la gauche du parti de présenter un texte alternatif pour la convention sur l’Europe, a manipulé de manière éhontée le vote de ses adhérents pour faire croire à un « très large soutien » de ces derniers « au projet européen défendu par le gouvernement et le Président de la République ».« 

Même des socialistes en interne dénoncent vertement  cette manœuvre. Et donc, il faudrait être indulgent envers des gens qui n’hésitent pas à recourir à la tricherie pour se protéger de nos idées et de leur mise en œuvre ? Des gens qui ont refusé le projet de loi contre la criminalisation syndicale et accepté l’ANI, signé le TSCG, et autres joyeusetés antisocales ? Contrairement aux communistes orthodoxes qui continuent de penser que les socialistes sont nos cousins, pour des raisons historiques¹, je considère quant à moi qu’ils sont nos adversaires, puisque d’essence libérale, et capitaliste. Et j’interprète personnellement cette manipulation électorale comme le fait d’une caste aux abois qui tente de sauver ses privilèges et son pouvoir, et qui a peur de la sanction démocratique. Point barre.

.