Le cul de la 6 ème République a-t-il les fesses qui pendent ?

esprit-zen-rougePlutôt que de me commettre dans le degré 0 , voir moins 10,  de l’information sur les actualités avec ce genre de grivoiseries qui ne fait pas franchement avancer le schmilblick, quand bien même ce serait de l’humour (ce genre là ne m’a jamais fait franchement rire, même plus jeune…), j’ai choisi de traiter aujourd’hui un thème bien  plus austère qui ne m’attirera probablement pas autant de lecteurs et ne fera pas le moindre buzz… Mais comme ce n’est pas le but, vu que j’ai choisi de tenir un blog politique plutôt qu’ un blog de cul ou purement people, cela tombe bien.

Je voulais traiter ce soir du sujet, qui en est vraiment un à mon sens, de la 6ème République, et le hasard  a voulu que je tombe sur ce billet de Superno. Voilà qui constitue un double challenge qui m’émoustille encore plus. Chanter les louanges de Chouard alors que je me suis attiré les foudres de ses groupies simplement en faisant part de mes simples doutes (je n’ai pas encore tranché sur le sujet, un autre billet sera nécessaire),  voilà qui ne pouvait que me motiver. Surtout quand je vois écrit, moi, fervent supporter de l’idée d’une 6ème République, pour des raisons que j’ai déjà expliquées  en partie ici, que je développerai plus tard, et que je continuerai de traiter quoi qu’il arrive, que je cite Superno  » :

 » On parle beaucoup, de manière cyclique, de “6e République”. C’est ça, yaka faire la 6e République. Mais quand tu as dit ça, t’es bien avancé, tiens… A quoi bon faire une 6e République si c’est pour faire les même conneries que dans la 5e ? Et selon Etienne Chouard, la connerie originelle, c’est de laisser des politicards rédiger eux-mêmes une constitution qui va leur permettre de se goberger à nos dépens. »

Sauf que. Plus loin, il écrit :  « Le B-A BA, c’est donc de faire rédiger une nouvelle constitution par une assemblée constituante dont les membres seraient tirés au sort pour représenter le mieux possible le peuple.« 

De la même manière que je ne connais pas très bien Chouard mais que je ne demande qu’à apprendre, ayant pourtant été échaudé par ses troublantes proximités idéologiques, il semblerait que Superno lui-même ne soit pas très au courant de l’idée et du concept  de 6ème république et du programme du front de gauche, pour des raisons que j’ignore et qui lui appartiennent. Car bien que d’une sensibilité politique différente de la mienne (de ce que je m’en souviens, il se revendique plus écolo que moi au seul vu de mon appartenance au Front de Gauche,  alors que je suis du côté des alternatifs, proche d’Utopia, et donc moi aussi écolo mais d’un positionnement transversal et trans-partisan, l’opposition n’est donc que d’apparence…), le lorrain qu’il est, tout comme moi,  pourrait quand même faire l’effort de sortir un peu  de son trou de temps à autre, et de s’informer comme il se doit pour tout blogueur qui se respecte, quand bien même ce ne sont pas ses idées. Et j’écris cela en toute cordialité, n’ayant franchement aucune animosité contre ce gars là, que je respecte, d’autant plus que je suis abonné à son blog. Mais le Monsieur devrait savoir qu’entre le positionnement politique qu’il soutient et le mien, il n’y a que l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarettes. Et d’une. Et de deux, que là où il voit du yakafokon dans cette idée de 6ème république, je ne vois quant à moi qu’une sorte de délire totalement utopique et inatteignable quant à l’idée phare de Chouard que serait le vote par tirage au sort. L’opposition est d’autant plus factice que nous souhaitons tous deux la même chose. L’un, la rédaction d’une nouvelle constitution par le biais d’une constituante, et l’autre… pareil. Seules diffère les modalités de choix des rédacteurs de cette nouvelle constitution. Pour l’un, tirage au sort, pour l’autre… Le volontariat. Je pense quant à moi, ne connaissant pas l’œuvre impérissable de Monsieur Chouard (je rappelle toute de même au virulent et entêté Mérôme comme cela  en passant que l’objet du billet que j’ai écrit sur Chouard n’était pas du tout le tirage au sort… mais le choix des interlocuteurs de débats de ce Monsieur aux idées sur la démocratie que ne révèlent pas ses soutiens fachisants), sur lesquels je ne reviendrai pas, n’ayant toujours pas changé d’avis…).

Est-ce pour autant que le dialogue est impossible entre partisans de part et d’autre ? La suite le dira….  J’attends, l’esprit serein. Zen. Dans la position du lotus, avec la force en moi de la théorie du non-agir. Ceux qui savent comprendront.

Nota bene : il faut dire qu’une femme m’a entraîné hier dans un centre thermal bien lorrain, et qu’elle m’a fait subir le supplice de l’alternance bain froid (très) et du bain chaud (pas tant que ça)…. Et du coup, lorsque j’ai hurlé, faisant intervenir d’office la garde républicaine en la personne du gars de la surveillance du centre, qui m’a demandé de respecter la consigne de silence partout inscrite dans les lieux, je me suis rendu à l’évidence. Elle a raison, la fille : le froid, et plus largement la température, elle est dans l’état d’esprit. Et au moment précis où j’ai abandonné l’idée d’être autant dans l’hyper contrôle que je ne le suis d’ordinaire, psycho rigide que je suis, j’ai accepté en me relâchant que la température ne m’incommode nullement. CQFD. Merci Madame….  Belle leçon de savoir (vivre).

Post-scriptum : si j’ai choisi de m’adresser à Superno pour lancer ce débat, qui me semble central quant on s’intéresse à la question de l’ouverture et du renouveau démocratique, c’est que je le perçois  en effet comme un interlocuteur crédible, et de surcroit aux valeurs proches des miennes : c’est un gauchiste, non complotiste (ou conspirationniste), ni, raciste, ni homophobe, ni supporter du FHaine. Et donc, je respecte sa position. Mais. Nous avons une divergence, sur une question intéressante. Que le débat s’ouvre donc, voilà qui est bien plus constructif à mes yeux que de tenter de dialoguer avec des blogueurs solfériniens autarciques qui me traitent de facho crypto-marxiste, comme le plus buté des militants d’un groupuscule d’extrême-gauche, du genre de ceux qui se réunissent dans une cabine téléphonique pour refaire le monde…. CQFD.

.

.

17 réflexions sur “Le cul de la 6 ème République a-t-il les fesses qui pendent ?

  1. Malheureusement, le débat ne se situe pas là et je serais SuperNo je te répondrais qu’avant toute discussion il est bon de comprendre. Comprendre, c’est le minimum pour que l’amalgame et la dérive ne prennent pas le pas sur la construction.
    Je te crois sincère et plein d’énergie mais il y a un hic …. Tu te situes du côté des « sachants ». De la façon dont tu écris et tu t’exprimes, il y a peu de place pour le doute. Tu sais.
    Tu parles de Chouard sans savoir ce qu’il défend. Le tirage au sort n’est qu’un petit rouage face à l’immense chantier qu’est la démocratie. La démocratie n’a de sens que si effectivement c’est le peuple qui écrit sa constitution, pas ceux ceux qui ont le pouvoir. Tu te serais renseigné, tu comprendrais que les tirés au sort ne décident de rien , ils sont aux ordres du peuple. Je te renvoie une fois de plus au banc de l’école. Laisse béton Chouard et visionne comme je te l’ai déjà suggéré Cornélius Castériadis, tu ne pourras pas le soupçonner d’alliances douteuses.
    Quand tu auras écouté Cornélius, alors tu seras illuminé d’évidence. Seulement après tu pourras débattre.
    Et sur la 6ème république, juste une remarque : Ce n’est pas l’apanage du front de gauche, il me semble. D’autres comme Dupont-Aignan en parlent également, faut donc faire gaffe et comme d’habitude être vigilent.
    Continuons le combat en nous éclairant les uns et les autres , en toute bonne foi !

    J'aime

  2. un petit rouage mais un rouage essentiel … Mais que commente-je ici présentement alors que ce billet de sachant ne s’adresse pas aux petits mais invite au débat exclusivement ceux qui sont au-dessus des foules. Oops !

    J'aime

  3. @aux deux du haut : vous êtes loufs ou bien ? Moi, m’adresser aux sachants alors que je ne sais rien , que mes propres petites certitudes ? Si je savais, je n’inviteras pas au débat, bande de oufs ! C’est de la provoc ou bien ? Être chouardisant, c’est un sacerdoce ?

    J'aime

  4. Je suis content de voir que tu n’es pas tout à fait définitif sur ces questions, j’en connais deux trois sur twitter qui feraient bien de s’inspirer de ton attitude sur ce sujet. Par contre, je ne comprends pas bien : le sujet qui parle vraiment du tirage au sort que tu n’en finis plus d’annoncer, c’est celui-là ou c’est un futur ?

    Parmi ceux qui défendent le tirage au sort, dont je suis, crois bien qu’il y a une grosse majorité qui sont plutôt très à gauche, mais complètement blasés par la logique de partis. Et donc, aussi près de la feuille à cigarette dont tu parles entre Superno et toi. Au passage, Superno n’est pas juste ‘écolo’, il est ‘décroissant’ et je le suis (du verbe être) aussi et je le suis (du verbe suivre) aussi.
    Il n’y a strictement aucune chance pour que quelqu’un de droite et plus encore d’extrême-droite, soit favorable à un tirage au sort d’assemblées qui leur serait fatalement défavorable. Car si l’élection permet de faire croire que les gens se partagent bien entre une gauche molle et une droite décomplexée, qui phagocytent la plupart des postes électoraux depuis 40 ans, la réalité, je crois, est tout autre. Le vrai clivage, sans faire de complotisme à deux balles, c’est les 99% contre les 1%. Et ça, mathématiquement, quand tu tires au sort, ça ressort dans l’assemblée.

    S’il y avait une seule chose à comprendre pour appréhender le tirage au sort, c’est la notion de conflit d’intérêt. Un élu, même probe, même honnête, même de gauche, est en situation de conflit d’intérêt manifeste par sa simple position d’élu. A plusieurs titres : – Il est inquiet pour sa réélection et donc va être tenté de la provoquer, – Il a une campagne future à financer, et des campagnes passées qui le rendent redevables envers ses financeurs, au sein de son parti-même, il est en compétition pour l’investiture, et doit allégeance à son parti (combien de députés godillots ?), …

    J'aime

  5. Bonjour camarade !

    Alors tout d’abord pour démarrer, voici un lien qui sera utile : http://lavraiedemocratie.fr/10-iii-a-les-benefices-du-choix-du.html

    Tout le site explique bien l’Assemblée Constituante tirée au sort, c’est plutôt rapide à lire (comparé à la masse d’informations que cette lecture apporte), mais je t’ai donné le chapitre particulier qui parle précisément de la notion de tirage au sort (et de ses bénéfices). Tu y trouveras quelques objections classiques et des réponses, mais tu peux bien entendu toi-même proposer tes propres objections (le site le permet).

    A noter entre autre des notions qui ne sont pas forcément précisées sur le site :

    – toute personne qui souhaite le pouvoir est potentiellement nuisible. Comme le dit le célèbre Alain : »les gens bons ne se soucient pas de gouverner ». Donner la main aux volontaires et uniquement aux volontaires, c’est rentrer encore dans un des nombreux problèmes du système électif (un seul, heureusement).

    – dans le tirage au sort, chacun peut refuser. Ainsi on prend finalement aussi que les volontaires. Sauf que ces volontaires ne le seront qu’après avoir été désignés, ce qui change pas mal de choses (je précise à la suite).

    – tirer au sort des gens qui a priori ne seraient pas volontaires, ça leur permet de se poser la question, s’ils sont finalement volontaires ou non. S’ils finissent par refuser (ce qu’ils peuvent faire, c’est autorisé), au moins ils auront réfléchi à la question, alors que si on ne choisit que les volontaires, ceux qui ne sont a priori pas volontaires auront beaucoup moins de chance de se poser réellement la question, ils considéreront directement que ça ne les intéresse pas.
    S’il ont été tirés au sort alors ils savent qu’une place leur est réservé s’ils acceptent, ce qui peut le motiver à accepter. A l’inverse un volontaire pourrait ne pas être tiré au sort.
    Ne demander qu’à ceux qui sont volontaires, c’est exclure ceux qui ne se sont pas posés la question (s’ils seraient volontaires ou non) ou ceux qui ne veulent pas se la poser (qui veulent laisser faire les autres, entre autre).

    – par extension, tirer au sort permet aussi d’intéresser le peuple à la vie politique. Nous sommes d’accord quand dans le cadre d’un établissement d’une réelle démocratie, si les gens pouvaient réellement choisir leurs lois, ils seraient plus intéressés. Néanmoins, ne sélectionner que sur la base du volontariat ne pousserait à l’intérêt que ceux qui sont déjà intéressés. Le tirage au sort implique que tout le monde peut être sélectionné, tiré au sort, et donc pousse les gens à s’intéresser d’avantage à la vie politique, à la vie citoyenne.

    – certaines personnes peuvent manquer d’initiative, par peur, par timidité, par peur de mal faire ou autre.
    J’utilise parfois l’exemple d’un barbecue entre amis qui serait démocratique : on tire au sort celui qui sera chargé de faire griller les saucisses.
    Prenons donc Jean, qui considère qu’il est très mauvais en cuisine (et risque donc de rater). Sur la base du volontariat, il ne se présentera jamais, car il considère être mauvais. S’il se présentait en revanche, alors ses amis seraient probablement plus durs avec lui s’il échouait : « Mais pourquoi étais-tu volontaire si tu es si mauvais en cuisine ? ».
    Sur la base du tirage au sort, il peut toujours refusé, en revanche s’il accepte, alors ses amis auront beaucoup de mal à le lui reprocher en cas d’échec : « C’est le sort, le hasard qui a voulu. ».
    On reproche moins l’échec à quelqu’un qui accepte sa responsabilité par défaut, qu’à quelqu’un qui est volontaire pour faire quelque chose et le fait mal.
    Mais le fait que quelqu’un manque d’initiative, ait peur, n’ose pas, ne veut pas dire que ce quelqu’un manque de responsabilité, de talent, d’efficacité ou d’intérêt. Et après tout, même s’il considère qu’il cuisine mal, Jean peut très bien réussir un barbecue parfaitement !
    Par contre s’il foire, alors c’est beaucoup plus facile d’assumer s’il a été tiré au sort, plutôt que s’il a été volontaire (ce qui nécessitera sûrement des justifications).

    Comme le dit Étienne Chouard, parmi ceux qui ne se présenteraient jamais, beaucoup accepteraient, même si on leur donne la possibilité de refuser.

    Le tirage au sort permet de garder tout le monde dans le processus démocratique, et c’est très important, notamment parce que les « meilleurs » pourraient être parmi eux et pourraient malgré tout accepter. Comme le dit une collègue défenseur du tirage au sort : « Il y a une grosse différence entre dire « je voudrais », « je ne veux pas ». Entre les deux il y a « moi!? vous croyez…? » ».

    Et puis sûrement plein d’autres arguments en faveur du tirage au sort que je n’ai pas cité, ou qui ne se situent pas sur le site que j’ai partagé.

    En espérant t’avoir aidé à avoir une autre vision du tirage au sort 😉

    J'aime

  6. Si tu es au Front de Gauche, tu sais donc que sa proposition est une constitution de la VIème République rédigée par une assemblée dont les membres sont élus…et pour être volontaires, ils le seront, ça, on peut en être certain.

    Élus !!!

    À la proportionnelle, d’accord, inéligibles ensuite, d’accord, mais élus !!!

    C’est à dire portés par un parti (et ce sont ceux qui ont le plus de moyens qui feront la « meilleure » campagne).
    C’est à dire qu’on se retrouvera avec une majorité UMP-PS-FN… parce que, le Mélenchon, si il s’imagine que ce sont des élus de gauche (je parle de la vraie) qui seront majoritaires, il se met gravement le doigt dans l’œil.
    Si il s’imagine aussi que des politiciens, même inéligibles ensuite, ne penseront qu’à l’intérêt général en oubliant les avantages de leur caste (car nous aurons droit à une floppée d’avocats, de médecins, comme d’hab), il continue à se mettre le doigt dans l’œil.

    Alors, nous aurons droit à un régime parlementaire ou primo-ministériel à la place d’un régime présidentiel… toujours pas de régime démocratique…tu parles d’un changement !

    Toujours contre le tirage au sort ?

    J'aime

  7. et alors ? Le tirage au sort prônés par d’aucuns comme une solution miracle changera-t-il en quoi que ce soit quelquechose à ce risque que tu présentes comme une évidence et une fatalité (le peuple serait majoritairement raciste, xénophobe, replié sur lui-même, et de droite ? je ne le pense pas). En fait, je pense que le peuple, pour une grande partie, se réfugie bien davantage dans l’abstention, et que le reconquérir est une nécessité démocratique. Et donc, la mise en place de cosntituantes, où tous et toutes pourront participer, et pourront être élus dans la mesure de leurs apports et de leurs propositions au débat collectif, me semble être une bonne chose. Quant à comparer la manière dont seraient élus ceux qui sortiront de ces constitutantes pour porter le texte communément défini au niveau national à la manière dont se font les élections actuellement dans notre (pauvre) 5ème république, c’est osé. Je ne pense pas quant à moi que aprceque je n’aurais aps d’argent, je ne puisse pas sortir élu de ce genre d ‘assemblées. Il suffit de croire un peu en soi… Et Mektoub.

    J'aime

  8. Il ne s’agit pas de croire ou pas en soi. Le fait est que les élections (nationales au moins) sont le reflet à peu près exact des passages télés. Refais les calculs toi-même ( http://merome.net/blog/index.php?post/2013/01/22/Vu-%C3%A0-la-t%C3%A9l%C3%A9 )
    L’élection, par son principe même, par son étymologie, produit des élites. C’est le fondement de l’élection qui fait que les élus ne sont pas exactement comme les électeurs. Ils sont « mieux », puisqu’ils ont été élus parmi d’autres. Tu retires une satisfaction de ton élection, alors que tu n’en retires aucune d’être tiré au sort. Bref, il faudrait que tu lises Bernard Manin là-dessus. Ou Sintomer, ou Castoriadis. C’est très documenté.

    J'aime

  9. @merome : j’ai déjà dit ce que je pensais du tirage au sort. Je n’y reviendrai pas. C’est totalement irréaliste. Pire ça nie les réalités humaines les plus élémentaires. Je ne suis pas élitiste, loin de là. Mais dans le même temps, il faut prendre en considération le fait que certains ne sont pas en capacité d’exercer certaines fonctions. Ce qui ne les empêchent pas de les désirer….( « toute ma vie j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air »….:).

    J'aime

  10. @GdC : tu dis dans le billet « lancer le débat », avec superno sur le sujet, mais tu affirmes que tu ne reviendras pas sur ta position sur le tirage au sort ? Ben alors à quoi ça sert de débattre ? De quoi veux-tu débattre au juste ?

    Ceux qui ne sont pas en capacité d’exercer des fonctions, c’est bien davantage ceux qui sont en conflit d’intérêt (Cahuzac et cie) que ceux qui n’ont pas fait l’ENA. Je te rappelle au passage que l’élection est ouverte à tous, même à ceux qui ne sont pas « en capacité d’exercer », et que si tu limites ce droit à ceux qui sont « compétents » (comment définirais-tu les compétences nécessaires ?) ça devient de moins en moins démocratique. Et s’ils ne sont pas compétents pour exercer, le sont-ils pour désigner des gens compétents par l’élection ? Par quelle magie ?

    Non, cet argument ne tient pas : soit on est démocrate et on considère que les choses de la cité concernent tout le monde, et que personne n’est plus apte qu’un autre à décider, principe de base de la démocratie et du suffrage universel (l’élection que tu défends se base là-dessus aussi !); soit on n’est pas démocrate, et là, c’est l’aristocratie directe : seuls pourront gouverner ceux qui correspondent à certains critères, mais j’attends que tu me les énumères. Peut-être que c’est mieux. Au contraire de toi, je peux revenir sur mes positions si on me présente de vrais arguments. J’étais pas favorable au tirage au sort avant. On en trouve encore des traces sur mon blog.

    A t’entendre, on dirait que tu ne t’es jamais renseigné sur le sujet et que tu n’as jamais rien lu ni sur l’élection ni sur le tirage au sort (les objections que tu présentes sont déjà ultra documentées !). Du coup, ta défense est un peu fragile…

    J'aime

  11. @mérome : je ne me défends nullement. Pas besoin. A voir la hargne des chouardisants, je me sens de plus en plus dans le vrai… De toute façon, tu fais semblant de ne pas comprendre… je ne sais pas me défendre contre la mauvaise foi. Ni contre la volonté manifeste de me dénigrer, comme je l’ai démontré dans mon billet d’aujourd’hui, sur le concept de nation…

    J'aime

  12. @GdC : la mauvaise foi ? Alors que tu ne donnes pas d’arguments et que tu ne débats pas même quand c’est toi qui demande à lancer le débat ?
    Je me permets de répéter les questions auxquelles tu n’as pas répondu :
    De quoi voulais-tu débattre avec Superno ?
    As-tu lu un peu des choses concernant le tirage au sort et l’élection avant de te faire une opinion définitive ?
    Quels sont les critères pour être « apte à gouverner » selon toi ?

    C’est un peu facile d’en rester là, non ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.