Ce que le peuple français a dans le ventre…

jean-lassalle-a-la-rencontre-des-habitants_943903_490x368p

source

Ce n’est pas parce que l’homme dont je  vais parler à présent est du centre, c’est à dire de droite, qu’il faut pour autant en rejeter l’initiative. Elle me semble louable et partir de bonnes intentions. Il s’agissait pour Monsieur Lasalle, qui a déjà défrayé la chronique par ses prises de position pas toujours politiquement très correctes¹, d’aller à la rencontre du peuple français. Il a donc pris son bâton de pèlerin non pas sur les chemins de Compostelle, mais dans les coins de  Dunkerque parce qu’il s’agissait de la région la plus éloignée de son Béarn natal, dont il est député (Modem) de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Explications :

« Je sens mon pays qui est en crise et que mes concitoyens le vivent mal. Je me suis demandé que faire pour essayer de trouver des réponses qu’on n’a pas su trouver jusqu’à ce jour. Je pense que c’est auprès du peuple qu’on doit les trouver. Mais pour ça, il fallait prendre du temps, se poser dans la situation la plus humble et disponible possible: la marche ».

Les témoignages qu’il recueille sont selon lui sans appel : « après 3 semaines de randonnée à travers l’Ile-de-France, l’Oise, la Somme, le Pas-de-Calais, le député fait le constat d’une France désabusée. « C’est un mélange de colère, de fatalisme et de résignation« .

Et contrairement à ce que prétendent certains, confortés par des sondages bidons, et des interrogations qui deviennent des certitudes, voir mysticisme d’ illuminée, le plus grand parti de France et le plus populaire, ce n’est pas le FN, mais l’abstention, comme l’affirme ce commentateur de mon blog.  C’est tout aussi préoccupant. J’ai mes idées sur le sujet. Et bien que le vote blanc soit reconnu, la loi ne va pas assez loin, puisqu’elle devrait aller à mon sens jusqu’à l’invalidation des élections qui ne réunissent pas suffisamment de votants. Dans ce cas seulement, on pourrait faire mentir la citation de Coluche qui dit que « Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. » Et ce serait une belle mesure de rénovation de notre système démocratique, qui réduirait probablement le FN a ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être sans l’intervention trop indulgente des médias et le concours d’une inefficacité légendaire d’un hollandisme triomphant dont seuls les groupies inconditionnels croient encore en la pertinence : une frange poujadiste minoritaire.

 

 

 

¹Il a ainsi fait une grève de la faim remarquée contre la délocalisation de l’Usine Toyal, située dans la vallée d’Aspe, sur sa circonscription, et s’est permis de répondre par une chansonnette à ceux qui voulaient lui interdire de parler à l’assemblée nationale, face à Sarkozy.

2 réflexions sur “Ce que le peuple français a dans le ventre…

  1. Lasalle est une énigme pour moi. Tantôt sympathique, tantôt fermé sur un sujet (la corrida par exemple, quoique je me demande…), votant contre le mariage pour tous mais ayant longtemps hésité. Bref, j’aimerai rencontrer l’homme pour comprendre.
    Les permanences des candidats, le tractage, c’est bien joli mais ça ne fait pas tout pour ressentir « la france ». Cette France désabusée, je l’entends tous les jours, autour d’un café, d’un repas ou ailleurs avec des gens qui ne votent effectivement plus, qui votent FN parfois ou alors oscillent servilement entre les 2 partis qu’on leur vend comme les plus crédibles….Des discours désespérants souvent, desespéré aussi.
    Oui, invalider les élections, pourquoi pas. Mais pour faire quoi derrière ? Vote obligatoire ? Autres candidats ? Pourquoi pas le tirage au sort des candidats, finalement.
    Que les politiques ne représentent plus le peuple devient une évidence avec une professionalisation de ce domaine. J’ai parmi mes camarades de régiment un député (je l’ai découvert récemment) et cela ne m’a pas étonné vu son parcours qui l’a éloigné de toute réalité de terrain. C’est là qu’il faut creuser justement.

    J'aime

  2. Le problème, précisément, ce ne sont peut-être pas les députés pris un à un, mais une présidentialisation devenue monstrueuse, depuis au moins six ans maintenant. C’est devenu vraiment tangible avec le président Fouquet’s, et cela continue désormais. Les députés votent dans le sens initié par l’Élysée, parce que c’est la condition sine qua non de la continuation de leur mandat politique. Le renouvellement de leur accréditation par la rue de Solférino passe par leur servilité. C’est ainsi que cela fonctionne.

    Malgré sa bonne volonté; Lasalle ne pourra pas grand-chose à cette aberration, aussi longtemps qu’il sera enchaîné à son mandat.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.