le venin libéral atteint la tribu Hopi

imagesL’argent achète-t-il tout, y compris les consciences ? Manifestement oui, si l’on en juge par cette vente choquante qui a dispersé les œuvres des Hopis aux quatre coins du monde, sans le moindre scrupule. Mon cœur en est révulsé. L’hôtel Drouot devrait en être frappé pour longtemps du sceau de l’infamie… Ces objets sacrés de la tribu amérindienne d’Arizona, dite Hopi, réclamait la restitution de ces 70 masques sacrés. Mais les enjeux financiers plutôt que moraux en ont décidé autrement, alors qu’il est évident que la plupart de ces œuvres ont été acquises malhonnêtement. Mais qu’importe… De vulgaires indiens, en France comme aux States, ne sauraient faire la loi , n’est-ce pas ?

Honte à nous…

7 réflexions sur “le venin libéral atteint la tribu Hopi

  1. Dans le droit fil du pillage constant des œuvres d’art, des territoires et des matières premières des « civilisés » sur les « non-civilisés » (on parle généralement de la civilisation des non-civilisés quand on peut lui attribuer une valeur marchande).

    J'aime

  2. Les sauvages, ceux qui se pressent à Wall Street, n’ont pour seul dieu et seule préoccupation le fric-dieu. Qu’est-ce qu’on peut faire de çà ?

    Adorateur de compte en banque (donc de vent), y a-t-il plus stupide ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.