Lorraine, coeur d’acier blessé

9782259221641_large

Comme j’en ai parlé dans ce billet notamment, l’histoire de la sidérurgie, de ses plans sociaux et de ses promesses non tenues fait malheureusement partie intégrante de cette culture lorraine que je porte au cœur.

Aujourd’hui,  la fin des hauts fourneaux de Florange a été entérinée aujourd’hui par le Comité central d’entreprise (CCE) d’ArcelorMittal.

 « Ce 11 avril 2013 restera comme une date maudite pour les ouvriers de l’aciérie.  Florange, c’est pourtant l’histoire d’un combat emblématique. Une tragédie avec ses héros, ses traîtres et ses fantômes. Ou comment un village lorrain inconnu est devenu un haut lieu de la résistance ouvrière. Il y a moins de deux ans pourtant Florange n’existait que dans une chanson de Bernard Lavilliers (Fensch Vallée) mais ça, c’était avant que le groupe indien Arcelor-Mittal ne décide d’en finir avec les derniers hauts fourneaux de son aciérie« .

Une stratégie de Mittal à présent évidente qui consiste, en France comme en Belgique et dans toute l’Europe, à supprimer un à un tous les hauts-fourneaux afin de faire grimper les prix de l’acier en asséchant sa production, profitant de la faiblesse des gouvernements,  alors qu’elle est pourtant de nature éminemment stratégique,  et qu’un savoir faire irremplaçable a été accumulé. C’est pourquoi je ne pouvais que m’associer ici à la douleur des familles qui voient leur avenir éminemment compromis. Et comme elles de douter de cet accord qui ne fait qu’accompagner une disparition qu’on risque fort de regretter. Ne reste plus, avec Edouard Martin, que de scruter scrupuleusement le respect du moindre des termes de cet accord, dont on sait déjà qu’il ne le sera pas, étant donné le manque de parole maintes fois observé de Mr Mittal, cynique de haut niveau qui n’a de respect que pour l’argent, et rien d ‘autre… « L’humain d’abord » n’est manifestement pas sa formule de prédilection.

En attendant, je vous invite à lire dès demain ces deux documentaires en avant-première sur Télérama, afin de vous imprégner vous aussi de cette histoire qui nous a forgés… une colère bien rouge.

.

8 réflexions sur “Lorraine, coeur d’acier blessé

  1. @D.Goux : tu as de la culture une perception si élitiste… J’ai eu quant à moi mon premier émoi scientifique avec un prof qui évoquait avec nous la notion de culture technique et qui pour cela nous interrogeait sur ce que l’on pouvait déduire d’une civilisation qui avait créé, pour seul exemple, une boite de coca en alu… Aurais-tu moins d’imagination que ce prof là ? Ta culture est bien pauvre, dans ce cas…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.