Ce système dont Cahuzac n’est qu’un prête-nom…

CahuzacC’est Zgur qui m’a donné l’idée de ce billet. Rien qu’en lisant son titre, je me suis dit qu’effectivement, il y avait là matière à creuser :

« Cahuzac, ce maudit animal, ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal. »

Voilà qui fait clairement référence à la théorie du bouc émissaire. Et malgré tout le mal que je pense de ce Monsieur si peu de gauche, et sans vouloir excuser aucune de ses fautes qui d’ailleurs s’accumulent chaque jour davantage, je ne saurais laisser ces gens là s’exonérer aussi facilement de leurs multiples compromissions avec le monde de l’argent en prétendant si éhontément qu’il s’agit d’un cas isolé. NON. Cela est faux. Il s’agit uniquement de la face émergée d’un iceberg que nous connaissons bien au Front de Gauche pour l’avoir dénoncée depuis fort longtemps, nous qui sommes engagés et luttons pied à pied dans des organisations de manière militante avec pugnacité contre les conflits d’intérêts et l’utilisation de la fonction politique à des fins personnelles. Et dire comme la plupart des groupies hollandais que l’affaire Cahuzac est un cas isolé et ne remet pas en cause le gouvernement est entièrement faux. Les français sondés ici ne sont d’ailleurs pas dupes. 

je ne dis pas par là qu’ils sont tous pourris, comme c’est une mode facile et dangereuse, bien loin de moi cette idée démagogique, et si peu soucieuse des conséquences liberticides. Mais  Cahuzac n’est pas un exemple isolé, car plutôt un élément significatif d’un système perverti, duquel font partie aussi bien des gens de gauche que de droite et d’extrême droite, comme peuvent le prouver bien des éléments très factuels chaque jour. Aussi, soit on ne dit rien, on fait comme si, on se la joue ligne hollandaise et quatremerdisante en choisissant de faire de Mélenchon la bête à abattre pour mieux éloigner de soi toute critique ou toute proposition de système alternatif ainsi que pour écarter les soupçons, en utilisant l’élément  Cahuzac comme catalyseur de cette haine de l’autre, de celui qui refuse ce système perverti et anti-démocratique, malgré de belles apparences de démocratie seule unique et universelle qui relèvent de la démission collective. Ou alors, on accepte l’idée qu’un autre mode de système politique plus représentatif de l’ensemble des couches sociales, ce que n’est clairement pas celui-ci, est non seulement possible, mais éminemment nécessaire et urgent. Lui seul permettrait d’éloigner  le spectre de l’accaparement de notre vie politique par la démagogie populiste d’extrême droite, qui n’a par ailleurs aucun intérêt à ce que le bas peuple ait accès à la vie démocratique, contrairement à ce qu’elle professe. Il n’y a qu’à voir l’ascension fulgurante de quelqu’un comme Philippot,  énarque lui aussi, et haut fonctionnaire français de l’Inspection générale de l’administration,   pour souligner par un simple fait plutôt qu’un long discours anti-raciste à quel point c’est faux. Lui comme Marine Le Pen ne sont que des figures d’un système oligarchique qui participent de ce système anti-démocratique que nous dénonçons. 

Dans ce contexte plutôt épineux qui nécessite effectivement un grand coup de balai, et pas seulement du côté fiscal comme le suggère cette pétition d’un éminent confrère que j’ai signée, une complète rénovation de la vie politique publique est indispensable. Aussi, je ne comprends que trop bien le geste de cet élu socialiste, déçu que le dossier des conflits d’intérêts et du cumul des mandats soit encore remis aux calendes grecques. Effectivement, cela ne va franchement pas dans le bon sens. Oui, un autre monde est possible. Et urgent, manifestement, au train où vont les choses… Car en termes d’évasion fiscale et de conflits d’intérêts, je pense que nous ne sommes pas au bout de nos surprises, comme les informations des jours prochains nous le confirmeront. (Il vous suffira pour vous en convaincre de taper Offshore leaks dans votre moteur de recherche favori… ). 

Capture

Source :compte Facebook de Thomas

Post-scriptum : et en guise de cadeau bonus, cet aveu d’Edwy Plenel sur les déclarations de Moscovici (qui ne convainquent effectivement personne)

A lire aussi : cette note de la Fondation Copernic