Le mépris du Sénat pour les libertés fondamentales

Capture

tout-va-bien-lgEntériner la criminalisation de la défense des droits civiques et environementaux, une victoire pour la démocratie, vraiment ?

Politeeks, je vais te répondre, effectivement, mais pas dans le format trop étroit d’un tweet, qui rétrécit la pensée, l’analyse et l’élégance nécessaire à une réaction un peu plus circonstanciée, que tu mérites. Ainsi, à travers cette réponse à ton tweet, j’en profiterai pour répondre également  à toute une population de socialisses agacés par notre opposition qu’ils estiment si exagérément stérile. Tel n’est pas le cas, et je vais tenter d’exposer le plus brièvement et factuellement possible le pourquoi et le comment de la chose.

Tout d’abord, je suis moi aussi profondément outré de ce que cette loi ait été aussi vidée de sa substance,  rendue pourtant si éminemment nécessaire par le contexte de notre époque, ses enjeux en termes de défense des droits de l’homme après la période si sombre du sarkozysme, et les forces en présence dont les lois acceptées ou non me semblent être une expression temporelle notoire. Or, je constate que cette loi est passée à une extrême justesse, soit 2 voix près, ce qui m’inquiète tout particulièrement sur l’état de santé de notre démocratie, et la capacité de notre pays à accepter une opposition concrète.  Il ne s’agissait pas en effet de légaliser des exactions criminelles, puisqu’étaient exclues de cette loi les comportements délictueux graves, comme tu le sais,  ce qu’il est important de préciser. L’opposition à cette loi était donc d’autant plus incompréhensible.

Ensuite, nous sommes nombreux au Front de Gauche, et plus particulièrement au PG, à agir également sur le terrain du combat écologique (rouge et vert, et j’en suis fier !) et de la défense des libertés fondamentales. Nous sommes donc non seulement déçus, mais véritablement énervés par le fait qu’à l’occasion d’un gouvernement dit de gauche,  et comble du paradoxe le jour du décès d’un célèbre indigné dont nous ne faisons que perpétuer le  juste combat dans l’esprit plut que dans la lettre, aient donc été justement exclus de la loi des faits de contestation relevant du militantisme le plus classique parmi nous :

« les faits commis au cours de mouvements liés à l’éducation, à la santé, à l’environnement et aux droits des migrants ont été exclus du champ d’application de la loi. Concrètement, les militants inculpés à la suite d’opérations de contestation de reconduite de clandestins à la frontière, ou encore les faucheurs d’OGM, ne pourront donc pas bénéficier de l’amnistie. »

Cela est effectivement pour nous insupportable dans un état de droit, pour tous les gens défendant les libertés publiques, et pas seulement les militants du front de gauche d’ailleurs, mais également chez les verts, les alternatifs, les gens peu politisés mais militants associatifs dans les associations de défense de l’environnement, les anti-nucléaires, les anti-pubs, ceux de Notre Dame des Landes que nous soutenons, et les militants d’associations d’aide aux migrants, comme RESF pour seul exemple, tous en partie présents au Front de Gauche… Et ailleurs. Nous avions cru naïvement que le retrait du délit de solidarité, par exemple, avait été un signal positif de la volonté du gouvernement d’arrêter de criminaliser la défense des droits civiques les plus élémentaires.  Nous sommes donc bien obligés de constater que tel n’est pas le cas.

Notre révolte me semble donc salutaire dans la mesure où elle exprime notre préoccupation de défendre bec et ongle ce qui doit l’être, et rien d ‘autre. Serions nous extrémistes pour autant ? Serions nous plus dangereux que ceux qui tentent de museler la voix du peuple et des militants, à 20 personnes dans un hémicycle sénatorial honteusement vide, alors que plusieurs centaines de personnes manifestent une autre volonté, beaucoup plus nette et claire, à l’extérieur ?  Tous ces militants qui,  parce que bénévoles et ne comptant pas le temps de leur investissement dans leur action désintéressée, demandent simplement le respect de leur expression publique ? Je ne le crois pas. Et j’estime que le mépris qui vient de leur être infligé par le PS est honteux, inadmissible. On aurait encore cédé à des lobbies que je n’en serais même plus étonné… Nous avons pour beaucoup ce sentiment là, tant ce qui s’est passé est détestable. Je pense que ces actions militantes multi-formes sont justes,  et injustes ces entraves judiciaires insupportables, desquelles se servent les lobbies comme c’est le cas de Monsanto pour faire taire les militants anti-OGM, en se réfugiant derrière la sacro sainte valeur de la propriété individuelle alors que les semences OGM se moquent bien du droit de propriété en allant polluer les parcelles des rares agriculteurs qui tentent de produire des aliments plus sains. Mais Corinne explique tout cela bien mieux que moi. Va donc y voir, et on en reparlera, de notre présupposé refus du compromis. Quand il est aussi mauvais, aussi peu représentatif de l’expression publique et populaire, mais bien davantage d’une élite au fonctionnement aussi clairement anti-démocratique (le sénat, je te le rappelle n’est pas une instance élue démocratiquement), et qu’il viole avec autant d’évidence nos droits les plus fondamentaux, nous avons non seulement le droit, mais le devoir de nous révolter contre une aussi évidente injustice. Ceci d’autant plus qu’il marque encore une fois le manque total de préoccupation écologique de ce gouvernement qui ne cesse de piétiner toutes les occasions qui lui sont données de marquer un réel intérêt pour la cause écologique. On se demande franchement pourquoi il y a même dans ce gouvernement un ministre et un secrétaire d’état, réduits à une telle portion congrue… Ils devraient avoir honte, et je serais eux, je démissionnerais sur le champ plutôt que de servir de caution morale à une telle dénégation politique de l’importance de leur action…. Leur présence devient absurde, et motif de ricanement, justifié.

Et si j’étais aussi vicieux que certains parmi les socialistes, je ne manquerai pas de noter et de souligner que cette atteinte intolérable aux droits fondamentaux est une prolongation insupportable des méfaits du sarkozysme, ainsi que la manifestation concrète de ce que nos détracteurs nous ont reprochés à maintes reprises : voter comme l’UMP… Comme cela s’est passé pour le PS aujourd’hui. Pas de quoi être fier pour Hollande et consorts donc d’avoir permis cette à présent notoire violation de la parole donnée par l’autrefois candidat. Il y avait des témoins, hors de soupçon. Cochon qui s’en dédit !

Une bien petite avancée, assurément. Voilà pourquoi, voilà comment. On attend à présent le passage à l’assemblée nationale… Où le texte peut perdre encore plus de poids et de sens sous l’impulsion à présent bien visible du PS et du PRG, devenus empêcheurs de contester en rond, en large et en travers. Surtout à travers champs. Et pourtant….

Place au Peuple, bordel, place au peuple !

7 réflexions sur “Le mépris du Sénat pour les libertés fondamentales

  1. « le mépris qui vient de leur être infligé par le PS est honteux, inadmissible »
    Bien que militant FDG , je mettrai aussi le PCF sur quasiment le même plan qui n’ a obtenu qu’un os à ronger car eux aussi ont signé
    Si c’ est cela la discussion de Dartigolles , cette loi est un premier abandon des paroles de certains FDG contre les sièges d’ élus et surtout le pognon qui va avec
    De même pour l’ ANI , je ne me battrai certainement pas le 5 mars dans la rue ,puis après pour des amendements ,( aussi pourris et honteux que ceux qui viennent d’ être concédés , le Parti Sournois et ses affidés sauront laisser faire ) mais pour un retrait de ces accords qui combattent la classe ouvrière
    Si il continue dans cette voie , le PCF se retrouvera bientôt au niveau de celui d’ Italie et ce sera bien dommage pour toute la gauche ,
    D’ ailleurs , Mélenchon serait bien inspiré de ne pas mettre à gauche le PS et même de très nombreux vers car si lui et le PCF et le FDG ne savent pas faire la différence entre quelqu’un à gauche et quelqu’ un à gôche ( de la droite) , je sais que les électeurs se chargeront d’ indiquer la bonne direction
    Résistance

    J'aime

  2. C’est pas la peine de me demander de voter pour le PS, même au deuxième tour, même si la droite menace. Je sais maintenant que, non seulement je ne puis rien espérer du PS, mais que le PS me regarde comme un délinquant chaque fois que je m’oppose à une saloperie. Faudrait être drôlement balaise pour me faire voter pour ceux qui vont m’embastiller…

    J'aime

  3. Deux questions me viennent à l’esprit
    A quoi servent ces sénateurs?
    Qui servent t-ils?

    sinon je suppose qu’en cas de scandale sanitaire, il y aura des lanceurs d’alertes non amnistiés et des décideurs responsables mais pas coupables.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.