un Mouvement 5 étoiles, vraiment ? J’ai des doutes… #BeppeGrillo

Capture

On présente un peu hâtivement dans un certain journalisme facile, bien peu avide d’informations plus circonstanciées (l’investigation et la réflexion coûtant probablement trop cher…), celui que les médias présentent  comme le véritable et seul vainqueur de ces élections italiennes de ces deux derniers jours, j’ai nommé le grand, l’unique, l’inimitable  Beppe Grillo,  comme une sorte de Coluche italien… Quand ce n’est pas – pourquoi pas, tiens,  tant qu’on y est ! –  de Che Guevarra pour les plus paresseux.

J’ai voulu en avoir le cœur net, en me documentant plus avant sur ce curieux personnage que tant de gens encensent aujourd’hui, au point comme Jacques Sapir hier soir sur twitter d’en faire le porte-drapeaux emblématique des opposants efficaces  au Nouvel Ordre Libéral Européen qu’il s’agit d’éradiquer… Et qui se trouverait enfin sérieusement ébranlé par les résultats de ces élections italiennes.

 Capture

 Bien que je partagerais volontiers,  moi aussi, l’enthousiasme de Monsieur Sapir  si son analyse était juste, je ne suis pas de ceux qui pensent que la fin justifie tous les moyens, comme il le suggérait hier. C’est en outre aller un peu vite en besogne, et je vais tenter d’expliquer pourquoi en quelques arguments.

Tentons pour les extraire de faire un parallèle qui me semble éclairant entre un mouvement véritablement citoyen, avec un programme détaillé, provenant de sa base militante, comme celui du Front de Gauche, qui pourrait éventuellement partager avec le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo certains éléments de discours.

 « Décrié comme «populiste» par ses adversaires, il a su séduire en surfant sur le rejet de la classe politique et la rage contre l’austérité ».

Voilà une constatation qui ne mange pas de pain… On a souvent qualifié ainsi Mélenchon,  de populiste, étiquette qui ne lui semble pas infâmante quand on a pour volonté effective de vouloir représenter le peuple.  Mais tout de même pas à n’importe quel prix. Avec sérieux, méthode et rigueur. Pour le grandir, en développant la hauteur de ses aspirations. Parce qu’on le lui doit bien.  Or, force est de constater en épluchant le programme de Beppe Grillo qu’il s’agit davantage d’une liste de bonnes intentions, pour ne pas dire de commissions, pour filer la métaphore sur le registre consumériste appliqué à la politique, comme le mouvement de Beppe Grillo semble en être  la représentation.

Revenu minimum, coupes dans les dépenses militaires, referendum sur la sortie de la zone euro, réduction des salaires des politiques, protectionnisme… son programme laisse en effet perplexe. Mais dans une Italie désenchantée par les partis traditionnels, il vient de décrocher son plus grand rôle. (1)

Il ne suffit pas en effet selon moi de faire converger toutes les rancœurs et les rejets pour faire un véritable parti ou mouvement politique, avec un programme cohérent. Or, c’est à cela que ressemble fortement le mouvement 5 étoiles : une coquille vide, pur produit marketing vendu grâce au talent de son concepteur et promoteur à des gens sans grande culture ni formation politique, de droite ou de gauche… Quand ce n’est pas d’extrême droite, comme en atteste l’une des anecdotes de cet article.  Sans parler des méthodes expéditives et pour le moins antidémocratiques de certains de ses élus qui ne prêtent guère à rire, et que leur leader charismatique ne contrôle pas toujours…

Les jours qui viennent nous diront en outre si les spéculations des uns et des autres sont si crédibles que cela. Car en regardant les forces en présence, on peut effectivement très clairement s’interroger sur les alliances (ou pas) qui se feront jour prochainement, tant le cas du mouvement 5 étoiles est si peu fiable  en termes de cohérence politique :

Le voyage à Gênes va-t-il devenir à la mode ? On peut imaginer qu’ils sont nombreux à vouloir un message clair de la part de l’ancien comique. A commencer par Bersani et Berlusconi, les deux non-perdants (ou non-vainqueurs) du scrutin des 24 et 25 février. Vont-ils se rendre en délégation sur la côte ligure pour sonder un homme qu’ils prenaient pour le gourou d’une secte d’agités et dont ils devront courtiser les élus le temps que durera cette législature qui s’annonce chaotique et brève ?(2)

 De plus, comme le souligne à juste titre  ce billet  de Marie Morisset sur Médiapart, il me semble légitime et sain de s’interroger sur les contradictions de ce mouvement de protestation, sans forcément subir l’accusation de vouloir minorer ce qui apparaît effectivement clairement comme un rejet d’une certaine classe politique… D’où l’emploi du terme de poujadisme, que j’estime approprié, dans mon tweet à destination de Jacques Sapir. Et l’une de ces contradictions essentielles me préoccupe particulièrement. Elle est inscrite dans l’un des points du programme du mouvement de Beppe Grillo :

«Riduzione del debito pubblico con forti interventi sui costi dello Stato con il taglio degli sprechi e con l’introduzione di nuove tecnologie per consentire al cittadino l’accesso alle informazioni e ai servizi senza bisogno di intermediari».

Ce que Google translate traduit par :

«La réduction de la dette publique avec une forte réduction des coûts des mesures de l’état de la réduction du gaspillage et de l’introduction de nouvelles technologies afin de permettre l’accès des citoyens à l’information et aux services sans avoir besoin d’intermédiaires»

Sans parler du fait que voilà une orientation qui ne m’apparait pas comme franchement de gauche (c’est même tout le contraire !), je ne suis pas franchement certain que cela soit si incompatible que cela avec le dogme libéral des technocrates européens contre lesquels ce mouvement prétend lutter… Cela leur faciliterait même plutôt le travail !   En effet, le fait de réduire massivement les dépenses de l’Etat, en éliminant significativement le rôle et la place des entités étatiques,  perçues de surcroît comme des nuisances dans la communication avec les citoyens et des intermédiaires inutiles,  contribuerait effectivement fortement au respect des critères austéritaires. Mais cela n’est pas le pire. S’il n’y avait que cela… je pense surtout que le manque de structures de ce mouvement, l’absence d’instances démocratiquement constituées, le peu de respect des règles éthiques alors qu’ils prétendent dénoncer ce qu’ils ne voient que dans l’œil du voisin,  risquent bien de se retourner contre le peuple italien lui-même, privé de tout repère plus sérieux. Dommage… et inquiétant pour l’état de la démocratie italienne, apparaissant comme plus que vérolée de l’intérieur. Une démocratie malade de la peste, à la merci du premier comique troupier venu, fut-il habile communicateur ? L’avenir seul nous le dira.

 

Quelques liens pour aller plus loin :

1. Beppe Grillo, une farce à l’italienne

2. « Beppe Grillo dis moi ce qu’il faut faire »

3. Beppe Grillo est-il dangereux pour la démocratie?

4. Beppe Grillo : un clown inquiétant


GdeC

16 réflexions sur “un Mouvement 5 étoiles, vraiment ? J’ai des doutes… #BeppeGrillo

  1. De toute façon, le systéme politique italien et la société italiennes sont différents de la France. Il ne peut être comparé à notre pays, sans faire de jugement de valeur, de même que l’on ne peut comparer aussi le systéme anglais ou allemand.
    L’Italie fait la part belle à la poltique spectacle depuis quelques temps maintenant. Aussi voir émerger un autre personnage qui ne doit sans doute pas avoir un mauvais fond, est compréhensible. Après, pour ce qui est de transformer l’essai politique, il y a beaucoup à faire dans ce qui paraît une troupe hétéroclite et improvisée.

    J'aime

  2. Bien vu, ce mec est multiforme : il prend des trucs à gauche, des trucs à droite, sort des petites saloperies homophobe ou anti-étrangers suivant l’endroit où il est.
    N’oublions pas cependant que l’Italie à aussi Berlusconi belle saloperie quand même, des neo-fachos devenus « droite propre » (le fantasme du FNUMP chez nous) , et que la situation de l’italie est assez tendue d’un point de vue économique. Et que Monti a été la marionnete de la BCE (cf la lettre de cadrage), que les pays du sud sont mal vu par les allemands ( là sur Arte j’ai vu une tete de con de ministre allemand des finances donner des conseils à l’italie, genre faites du Monti).
    C’est tout ce cocktail qui permet l’écolosion de tels objets politiques, sa maturation : des fleurs peuvent pousser sur des tas de fumiers. Alors pourquoi pas des clowns ?

    J'aime

  3. Vous avez raison, Beppe Grillo n’est pas comparable à Coluche. C’est le « JL Melenchon » italien! Et je suis sérieux.

    Relire ses « Discours » dans ses grandes messes populistes. Il a aussi fait sa « Bastille » comme Meluche. Il est tour à tour, écologiste, anti-anti, pour les ouvriers, pour l’humain d’abord, pour le ferroutage, etc…

    Le Front de Gauche devrait se réjouir, non?

    J'aime

  4. ***Je ne trouve pas que la coquille soit si vide!!!!

    Extrait du programme électoral du Mouvement 5 Stelle

    Loi anticorruption (une personne condamnée par la Justice ne peut plus être élue pour représenter le peuple ni comme membre d’une entité publique ou dont l’État est actionnaire)
    Revenu minimum de citoyenneté
    Abolition des subventions publiques aux partis (rétroactif à ces élections)
    Abolition immédiate du financement direct et indirect des journaux
    Introduction du référendum propositif et sans quorum
    Référendum national sur le maintien du pays dans l’Euro
    Obligation pour le Parlement de discuter et de voter sur chaque loi d’initiative populaire
    Une seule chaine TV publique, sans publicité, indépendante des partis
    Élection directe des candidats à la chambre des députés et au Sénat
    Institution d’un « politomètre » pour vérifier l’éventuel enrichissement illicite de la classe politique au cours de ces 20 dernières années
    Fixation d’un maximum de 2 mandats électifs
    Loi sur le « conflit d’intérêts »
    Mesures immédiates de relance de la petite et moyenne entreprise sur le modèle français
    Restauration des fonds retirés à la Santé et à l’École publiques en prélevant sur ceux prévus pour les grands travaux inutiles comme le TGV Lyon-Turin ou le Pont sur le Détroit de Messine
    Informatisation et simplification de l’État
    Accès gratuit à Internet pour tous

    D’autres mesures concernent notamment
    – L’énergie : Mise en place d’une politique énergétique visant à la réduction des émissions de CO2, comme stipulé par les accords de Kyoto au travers de mesures incitatives (économie d’énergie, transports non polluants, production locale…) ou dissuasives (usage des transports privés),

    – L’Économie : Introduction d’un plafond de rémunération pour les managers de sociétés cotées en Bourse ou dont l’État est actionnaire, abolition des Stock-options, introduction de réelles structures de représentation des petits actionnaires, abolition des monopoles d’État ou de fait, alignement des tarifs de l’énergie avec les autres pays européens

    – La Santé : Accès gratuit aux prestations de santé essentielles, prix du « ticket santé » proportionnel au revenu, séparation des carrières médicales privées et publiques, élimination des incinérateurs, introduction d’un « crime » de pollution…

    J'aime

  5. Un type remue un peu la merde, merde en place depuis la nuit des temps, et les instigateurs et profiteurs de cette même merde squattent les médias pour dénigrer ce qui titille LEUR ordre établi; et poursuivre leur propre promo par la même occasion. Théâtre minable, comme d’hab’

    J'aime

  6. Bembelly, Grillo est anti-communiste et anti état, ce que Mélenchon n’est pas, et encore moins le Front de Gauche qui est composé aux 3/4 d’encartés du PCF. Le FdG a un vrai programme, chiffré, réaliste, applicable tout de suite. Le FdG a des élus dans toute la France depuis un siècle et ils ont prouvé le sérieux de leur gestion. 5 strelle existe depuis quelques mois.
    Les partis politiques italiens sont tellement corrompus que les électeurs qui voulaient du neuf n’avaient le choix qu’entre les communistes, les écolos et 5 étoiles. La pipolisation de la campagne a fait le reste.
    Je suis triste du mauvais score des communistes, qui ne réussissent pas à passer le seuil des 4%, mais je me réjouis de l’échec du PD, qui aurait continué la politique de Merkel. Ce résultat va conduire à de nouvelles élections, avec, je l’espère, une nouvelle alliance à gauche contre l’europe des banques.

    J'aime

  7. Mes excuses , mais tu raisonnes trop comme un homme du systéme !!! .. et tout ce qui y est étranger , te parait suspect !!!

    C’est bien çà votre probléme ! .. le peuple doit à tout prix être incarné par vos partis traditionnels qui sont dans le systéme ! … sinon, çà sent forcément mauvais ! comme Chouard !

    bon si ce qu’énumére estienne maurice , au dessus , c’est du populisme , ou poujadisme !!! ah les vilains mots !! bein, moi, j’en suis ! et j’en ai pas honte , car c’est la grosse majorité du peuple qui pense çà !

    http://larepubliquedupeuple.over-blog.com/

    J'aime

  8. @Joe : comme je ne te prends pas pour un gros con, je vais te faire une confidence : je crois que tu es peu trop contre tout ce qui est pour et pour ce qui est contre. je suis effectivement plus en nuance. Et de surcroit, je ne pense pas que tu accepterais dans un mouvement auquel tu appartiendrais des militants d’extrême droite et des fachos, si ? Et bien Beppe Grillo, lui, ça ne le dérange pas du tout. Il dit même très clairement que ce n’est pas son problème. Pourtant, pour moi, c’en est un gros ! Et toi, non ?

    J'aime

  9. mieux vaut un clown de rue qu’un bouffon du roi…c’est déjà une baffe au système établi vous devriez vous en réjouir…ce mek a tout compris;il est pas passé a la télé,la révolution c’est dans la rue, pas chez ces cons de journalistes corrompus et a la solde des nantis…

    J'aime

  10. Désolé, mais vous pouvez dire ce que vous voulez, je n’accepterai jamais les fachos, ni le racisme d’où qu’il vienne, quand bien même fut-il de gauche.. Alors, si vous voulez vous vautrez dedans, allez voir ailleurs si je n’y suis pas. D’ailleurs, si ce blog ne vous convient pas, qu’est-ce que vous foutez là, hum ? Foutez moi le camp ! Je ne travaille pas depuis des lustres pour me faire insulter ni traîner dans la boue sur mon propre blog. Te voilà donc classé indésirable. Tu l’auras voulu, toi qui méprise tout ce qui ne te ressemble pas….

    J'aime

  11. Je vois pas pourquoi tu prends la mouche,si tu tiens un blog,tu acceptes aussi la critique des gens qui te rendent visite…Moi je viens chez toi depuis un an assez régulierement,j’ai lu des bons papiers,d’autres moins bons..mais l’ensemble correspond a mes aspirations,il faut se garder d’analyser le grillo trop rapidement,il a d’autres tours dans son sac…apres oui ce mouvement s’étant fait dans l’urgence,il rassemble certainement des gens de toute nature,apres dire qu’il y a trop d’étrangers,oui c’est un fait,mais pourquoi? parce que nous donnons des milliards depuis 40 ans pour laisser en place des dictateurs qui affament leur peuple,l’exode n’est pas un choix,il ne le sera jamais,mais il faut aussi penser que les gens sur place pourrait faire leur révolution et donner ces pantins en pature aux crocodiles..bref si avoir ce constat c’est etre populiste, alors je suis populiste..tout ça pour te dire que je te prefere analyste,redacteur et polémiste que faché..le rouge te va bien sur le coeur mais pas sur le visage…

    J'aime

  12. Samedi 2 mars 2013 :

    Beppe Grillo veut renégocier la dette italienne.

    Beppe Grillo, leader du mouvement Cinq Etoiles (M5S), qui a réuni 25,5% des suffrages lors des législatives en Italie, veut renégocier la dette de son pays, a-t-il indiqué à « Focus ».

    « Si la situation financière de l’Italie ne change pas, elle quittera l’euro », estime l’ancien comique.

    « Nous sommes écrasés, non pas par l’euro mais par notre endettement. Quand les intérêts atteignent 100 milliards d’euros par an, on est mort. Il n’y a pas d’alternative » à une renégociation de la dette, a déclaré M. Grillo dans l’hebdomadaire allemand Focus.

    Il a comparé les obligations d’états avec des actions d’entreprises : « quand j’achète une action d’une société, et qu’elle fait faillite, ce n’est pas de chance. J’ai pris un risque et j’ai perdu », a-t-il ajouté.

    Il affirme également que la situation est si précaire en Italie que « dans six mois, on ne pourra plus payer les retraites et les salaires du service public ».

    En Allemagne, des voix se sont déjà fait entendre dans la frange euro-sceptique de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, pour réclamer une sortie de l’Italie de la zone euro si un gouvernement prêt à continuer les réformes structurelles n’est pas mis en place.

    Rappel :

    La dette italienne franchit les 2.000 milliards d’euros.

    La dette de l’Italie a franchi en octobre pour la première fois le cap symbolique des 2.000 milliards d’euros, selon un document publié vendredi par la banque centrale italienne.

    La dette de l’Italie s’est établie à 2.014,693 milliards d’euros en octobre 2012, contre 1.995,143 milliards en septembre 2012, selon un supplément au bulletin mensuel statistique de la Banca d’Italia.

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-dette-italienne-franchit-les-2-000-milliards-d-euros_365178.html

    J'aime

Les commentaires sont fermés.