Et ça Quatremerdise encore…

imagesLe chien de garde du grand capital a encore frappé….

L’anti-mélenchonnisme aigu dont souffre le pseudo journaliste de Libération, envoyé (très) spécial à Bruxelles, n’est plus à démontrer, au point qu’il soit passé de l’autre côté de la réalité depuis bien longtemps déjà, franchissant le mur du çon à maintes reprises… Comme j’ai pu le relater ici ou la. Mais cela faisait bien longtemps que je ne m’étais intéressé à son cas,  non pas tant pour ses vertus journalistiques que pour les difficultés comportementales intéressantes dont il s ‘ingénie à fournir la matière de temps à autre aux études de cas de la science psychiatrique française et européenne.

Le dernier en date est un réel casus belli, qui pourrait valoir au prétendu journaliste attaque en diffamation pour l’évidence du délit caractérisé par l’intention de nuire au Co-Président du parti de Gauche. En effet, comme le montrent les documents dont les liens figurent dans cet article reblogué par mon excellente consoeur Jocelyne Galy, il est prouvé de manière indiscutable que non seulement Jean-Luc Mélenchon (bien qu’il ait commis effectivement comme tant d’autres une erreur de vote sur un texte très technique et notoirement illisible), s’est aussitôt ressaisi dès qu’il en a pris conscience et a donc changé son vote contre l’introduction des farines animales dans l’alimentation des poissons. Cela faisait effectivement un peu tache en pleine polémique sur l’affaire Findus/Picard de substitution de viande de bœuf par du cheval…

Ironie de l’histoire, j’apprends d’ailleurs par l’intermédiaire de ce billet que la plupart des députés européens PS ont commis la même erreur, et que le seul qui ne l’a pas rectifié est… Harlem désir. Ce n’est pourtant pas lui que Monsieur Quatremer, fin limier, curieusement, a choisi de brocarder et de livrer à la vindicte populaire. Nous invitons donc  sa direction à prendre en compte les limites de compétences de plus en plus visibles de leur envoyé spécial, et du fait que son aveuglement idéologique, si ce ne sont ses conflits psychiques internes, l’empêchent de faire correctement son métier, en déformant de telle sorte la qualité de l’information délivrée à ses lecteurs… CQFD.


by GdeC

4 réflexions sur “Et ça Quatremerdise encore…

  1. Tu appelles de tes vœux l’arrivée d’un complètement nouveau journaliste de Libération à Bruxelles. Bah je crains fort dans ce cas que nous héritions d’un Quatremer.2

    J’aime

  2. Samedi 23 février 2013 :

    En France, 38 % des sondés considèrent la construction européenne comme une source d’espoir. Dans un sondage de 2003, ils étaient 61 % !

    Les classes populaires et les classes moyennes commencent à comprendre ce qu’est réellement la construction européenne : c’est une construction de riches, faite par des riches, pour des riches.

    Lisez cet article :

    Sondage : l’Europe, on n’y croit plus.

    Une enquête BVA montre le désenchantement des Français à l’égard de la construction européenne. Notamment chez les ouvriers et les plus faibles revenus.

    C’est un sondage qui fera certainement mal au cœur à tous ceux qui défendent encore ardemment l’idée européenne.

    Alors que la crise économique s’accroît et que les plans d’austérité se succèdent dans les 27 pays de l’UE, les Français n’ont jamais été aussi désenchantés vis-à-vis de l’institution bruxelloise.

    Ils sont seulement 38% à considérer la construction européenne comme une source d’espoir, selon une enquête exclusive BVA réalisée pour l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris*). Alors qu’ils étaient 50% fin 2011 et même 61% en 2003 !

    Qui connaît son président ?

    Une dégringolade qui touche surtout les catégories les plus modestes. Car une fracture nette se dessine entre les « gagnants » de la construction européenne (cadres, seniors, urbains, hauts revenus…) et ceux qui se considèrent comme les « perdants » (ouvriers, employés aux revenus modestes, ruraux).

    L’Europe, qui se voulait protectrice face aux dangers de la mondialisation, est désormais vécue comme une entité anxiogène. D’ailleurs, les Français s’accordent massivement — ils sont 75% ! — pour considérer que l’UE a été inefficace ces dernières années. Un constat qui peut paraître sévère au vu des plans successifs d’aide pour sauver la Grèce de la faillite ou des instruments de régulation mis en place comme le mécanisme d’union bancaire.

    Incapable de se mettre d’accord pour aider la France engagée contre les jihadistes au Mali, l’Europe n’est guère incarnée au niveau politique. Qui connaît son président, le Belge Herman Van Rompuy ? Ou celle qui est censée incarner la politique étrangère de l’Union, la Britannique Catherine Ashton ? Evidemment, cela n’aide pas…

    http://www.leparisien.fr/politique/sondage-l-europe-on-n-y-croit-plus-23-02-2013-2592159.php

    J’aime

Les commentaires sont fermés.