Cœur de luttes… Et (dé) « raison » d’Etat…

 

LOG_PETITE_TAILLECe mardi, un salarié de Sanofi est mort. Il s’est suicidé en avalant il y a quinze jours une cuillère de cyanure sur son lieu de travail. La lutte est une affaire toute humaine. J’y pensais en parcourant les rangs des camarades de toutes ces entreprises en lutte qui s’étaient donné rendez-vous sur les Champs-Elysées avec les Virgin et aussi devant le ministère du travail autour des « licencielles » venues présenter leur proposition de loi contre les licenciements. Elles ont été reçues par un membre de cabinet. Laurence Parisot, la présidente du MEDEF aurait été reçue par le ministre lui-même, n’en doutez pas. D’ailleurs, la veille, ce fut la réception en grande pompe au siège du PS rue de Solférino ! Deux poids deux mesures. Raison de plus pour tenir bon ! Quand je suis passé saluer les manifestants aux Champs-Elysées, j’ai échangé une poignée de main avec Jean-Pierre Mercier le dirigeant de la CGT d’Aulnay. Lui m’a lancé l’alarme. Les salariés en grève ont besoin d’aide. Des sous ! Il faut donc partout où on le peut monter des collectes pour transmettre le soutien demandé.

Jean-Luc Mélenchon, un post de combat 

 

Voilà l’un des nœuds thématiques centraux qui justifient en grande partie notre combat, effectivement. Nous n’avons pas attendu – pour la plupart de ceux qui composent le noyau dur des militants du Front de Gauche – que notre parti respectif fasse de la défense de l’emploi une priorité pour nous plonger dans le cœur des luttes… Dans lesquelles nous étions d’ailleurs souvent déjà engagés avant même que le Front de Gauche ne naisse. Notre mouvement politique tente en effet (comme le savent bien les militants qui parfois s’y usent), d’être au plus près de tous les combats sociaux. Nous ne connaissons que trop pour l’‘expérimenter dans notre propre environnement quotidien les effets tragiques des restructurations privées et de la lutte contre l’austérité dans le public, phénomène encore tabou qu’on dissimule assez pudiquement sous le vocable pour initiés de risques psycho sociaux… Un thème de travail qui fait partie de mes principales préoccupations, ces suicides ou ces morts qui « font tache »dans tous les domaines d’activités et dans les services, au point que la plupart des employeurs se réfugient derrière des discours convenus et systématiques basés sur une évidence qui leur appartient à eux seuls : les causes en seraient bien évidemment, c’est plus facile comme cela, à rechercher dans des problèmes personnels, forcément extra-professionnels (souligné si besoin au stabylo dans les notes d’information générales) afin de les dispenser de toute réflexion concertée sur les travers d’organisations de plus en  plus pauvres en « moyens humains ». Et qui font par conséquent supporter un poids de plus en plus insupportable sur ceux qui restent.. Et un volume de travail et de stress qui entraîne des conséquences de plus en plus difficiles, partout. Cela, nous autres, en sommes cruellement conscients, reccueillant assez régulièrement des confidences et des informations confluant toutes dans le même sens de la part de nos camarades de travail ou de lutte.

Aussi, quand je vois des responsables politiques prétendument de haut vol prétendre que Jean-Luc Mélenchon ne sert à rien, voire pire, et que le Front de Gauche serait divisé, qu’on me permette d’exprimer haut et fort mon désaccord. Pas sur ce point là, essentiel à nos yeux, de manière unanime, en tous cas : celui de l’emploi et de la lutte contre le chômage, qui nous anime tous. Par contre, qui au PS était là hier, auprès des Licencie’elles, le 29 janvier, devant le Ministère du Travail, hum ? Il ne me semble pas avoir vu de militants du PS pour défendre les salariés d’entreprises faisant des bénéfices et malgré tout licenciés, à ma connaissance… L’équipe du Petit Journal a même d’ailleurs brocardé hier soir de manière assez éclairante l’attitude de Hollande face à la question d ‘un journaliste concernant les plans de licenciements à répétions auxquels les salariés ont à faire face actuellement. Une scène filmée où il apparaît que notre bon Président si préoccupé par cette priorité qu’est l’emploi n’a même pas daigné répondre à la question pertinente d’un journaliste sur ces vagues de licenciements qui le contrariait visiblement, alors qu’il ne tarit pas de détails sur la guerre au Mali… Il ne s’agit pas là en effet d’effets de manches et de se donner l’image d’un chef de guerre à bon compte en faisant sonner du canon… mais de proposer une politique économique et sociale alternative plus ambitieuse et réformatrice.

Mais là en l’occurrence, on ne fait que s’appuyer sur un texte prétendument concerté alors qu’il est de notoriété publique minoritaire, et régressif, comme je ne cesserai de le répéter jusqu’à ce qu’il soit retiré. J’ai d’ailleurs noté que la CFDT, par la bouche de son nouveau délégué national (l’ancien ayant été habilement recasé…) a préféré mentir en prétendant que l’ANI porterait des mesures qui protégeraient les salariés des licenciements boursiers. Nous serions donc collectivement particulièrement idiots, au Front de Gauche, de considérer que ce texte est si régressif que nous nous évertuons à le scander, ici, ailleurs, partout. Et de réclamer des mesures aussi incohérentes que l’interdiction des licenciements boursiers, si l’on tenait compte de leur avis… Sujet à caution.

Débattons en.

.

6 commentaires

  1. @ babelouest

    Bein c’est vrai quoi ! Les 35 h , comme tu dis , c’est pareil ! .. de la façon dont elles ont été appliquées dans certaines boites , c’est un scandale ! ..surtout quand on parle ici de flexibilité ahah ! 🙂
    et l’augmentation des charges de travail !

    La lutte avec les discours , et de temps en temps se balader dans les manifs avec l’écharpe , et repartir après dans ses bureaux parisiens , c’est beau , mais être au coeur des luttes, et être confronté aux réalités , sachant que tes décisions vont sceller le sort des autres et leur famille , en vrai !! c’est autre chose ! 🙂

    J'aime

  2. Bravo Joe ! Oui, c’est dans le cœur des luttes qu’on voit les différences, comme quand je me battais tout seul contre les 35 heures parce que les autres ne voulaient pas voir le piège, tous syndicats maison confondus.

    J'aime

  3. Moi, je suis contre les licenciements , qu’ils soient boursiers , ou résultant de choix industriels contestables ! je suis même pour la révolution ! la vraie !

    Pour te dire qu’ entre ce qu’on veut , et ce qui se passe en réalité , çà fait deux !

    Mais je voudrais quand même te poser une question :

    t’as une boutique qui ferme , les machines sont déjà en partie démontées , et tu es responsable syndical , tu as le sort des futurs licenciés entre tes mains ! ils vont l’être , certain à 100 % ! tu fais quoi ? :
    – tu continues de gueuler non aux licenciements ?

    – ou tu t’arranges pour que çà se passe le mieux du monde , par ex , en signant une convention sociale , permettant les pré-retraites à 50 ans eh oui ! , recasement dans le bassin obligatoire pour les plus jeunes , de maniére à ce que personne ne se retrouve à pole emploi ?

    Je voudrais bien savoir ce que tu ferais , si tu étais confronté à cette problématique !

    Je te dis çà parce que moi, j’y ai été , et quand on y est , on voit les choses autrement ! et j’ai donc fini par négocier , plutôt que de jouer les purs et durs , ce qui aurait été stérile ( tu sais , c’est pas difficile de jouer les purs ) quand on sait qu’il y en aura forcément un autre qui va se sacrifier , pour négocier les licenciements !

    Tu sais comment j’ai été traité par les braves cocos ? et leur CGT minoritaire , de fossoyeurs , de complices du grand patronat , tout çà parce que j’ai voulu éviter des licenciements secs ! je les cautionnais , parait-il ! Quelle farce !! moi cautionner des licenciements alors que nos actions était 100 fois plus dures que celles de la molle CGT ?

    Alors de temps en temps faut arrêter ! Melenchon, il a le beau Role avec ses discours , c’est pas lui qui est confronté à la réalité !

    Je n’ai pas de sympathie pour la CFDT actuelle , moi, si j’en avais eu le temps , j’aurais viré à SUD … mais je vous demande de relire le potcast de Berger avec attention sur RMC ! on y parle de l’ ANI , euh, la flexibilité elle existe déjà ! alors on l’encadre , ou on laisse la loi de la jungle ? texte regressif , c’est à voir !

    Alors parfois, je veux bien , mais entre le discours puriste et la réalité çà fait deux ! et tu veux le fin mot de mon histoire ?

    les encartés communistes , et CGT ( c’était les mêmes ) dans leurs tracts , ils dénoncaient notre convention sociale , ( un peu comme l’ANI ici ), ( convention qu’ils ont par la suite fini par signer ) on avait soi-disant capitulé ( alors que l’usine était déjà coupée au chalumeau ) … et en douce , ils partaient tous avec notre texte qu’ils refusaient de signer , en départ anticipé à 50 ans ! c’était eux les premiers à partir ! … Des faux culs !!! Rien ne les obligeait , tout était basé sur le volontariat !

    conclusion : la démago , çà va bien un moment , mais c’est au pied du mur qu’on voit le maçon .

    Babel ci dessus , je lui ai filé pas mal de coupures de journaux de l’époque ou l’on voit la différence syndicale ( nos actions etc , je n’invente rien ) , et quand on voit parfois en titre  » ce qui renforce l’influence du PC est une bonne chose  » dixit un membre éminent du PCF aujourd’hui au FdG , à propos de nos problémes ! bein y’a pas de quoi pavoiser ! c’était d »abord çà qui les préoccupait ! et si quasiment personne n’a pointé à l’ANPE de l’époque , c’est surement pas grace à la CGT et au PCF !

    Et à l’époque dans les années 70 à 87 , j’ai pas beaucoup entendu Mélenchon alors au PS , s’insurger contre le énieme plan de restructuration de la sidérurgie , concocté par Fabius, au moment des nationalisations ! il était né pourtant , non ?

    tu sais je connais bien la Lorraine , Gandrange , Florange, Hayange , Rombas ! j’y allais souvent , depuis la creation d’Unimétal , avec son premier PdG Jacquet ! j’étais délégué syndical central du nouveau groupe !

    Tout ceci, pour vous dire que c’est pas si simple que çà ! et méfions nous des beaux discours politiques , ce ne sont pas eux qui chaque jour remplissent les assiettes des travailleurs ! si y’avait que des bons et des méchants , çà serait tout simple ! hélas ce n’est pas le cas !

    bon, je vois tout çà avec ma sensibilité syndicale

    Cordialement

    Joel

    http://larepubliquedupeuple.over-blog.com/

    J'aime

  4. Hollande, et ses nervi, face au Peuple,quelle disproportion ! En équilibre précaire sur les milliards du Capital, il affronte les Humains. Les Humains d’abord. Et Mélenchon, qu’il n’a pas réussi à faire taire.

    Tôt ou tard… la culbute. En tendant l’oreille, on entendra un bruit mou…

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.