Quelle éthique, Madame De Menthon !

220px-Sophie_de_Menthon_2012Sophie de Menthon n’est pas n’importe qui, et son comportement public a donc doublement  valeur d ‘exemple : en tant que femme tout d’abord,  et ensuite et surtout en tant que représentante d’un mouvement patronal,  et pas n’importe lequel :  elle est en effet Présidente du mouvement Entreprises de taille humaine, indépendantes et de croissance (Ethic), qu’elle préside depuis 1995. De plus, n’est-t-elle pas membre du Conseil économique, social et environnemental ? Il se trouve en outre  qu’elle a également été  membre du comité éthique du Medef, dont elle a démissionné selon sa fiche wikipédia le 9 avril 2009. La raison en est intéressante : Madame De se sentait  « en décalage » avec le mouvement patronal, et entendait marquer son « désaccord fondamental » avec la réflexion menée par Laurence Parisot sur l’encadrement des rémunérations des patrons. « Ben v’la ! », comme on dit par chez nous… Quel sens de l’éthique et de la morale ! Mais si ce n’était que cela… Vous n’êtes pas au bout de vos peines ! Sachez,  Mesdames surtout (une pensée pour Euterpe) que le machisme et les déclarations vomitives ne sont pas le seul fait de la gente masculine, à qui n’est pas réservée la palme de l’indignité. En effet, Rue89 nous révèle aujourd’hui que cette haute pensée de la droite populaire (elle officie aux « grandes gueules » sur RMC, c’est donc qu’ elle l’est un peu !) vient de décrocher la timbale avec cette déclaration de la plus haute distinction aristocratique, à propos de Nafissatou Diallo, la victime de DSK :

  • « Je me demande, c’est horrible à dire, si c’est pas ce qui lui est arrivé de mieux » ;
  • « C’est un conte de fées » ;
  • « C’est un tromblon. Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million de dollars, c’est quand même extraordinaire cette histoire. »

Voilà de quoi alimenter la pensée féministe pour plusieurs générations… Y a encore du boulot. Et pas seulement auprès des hommes. Cette déclaration est franchement une honte et une marque d’infamie pour celle qui l’a prononcée, quel que soit son statut social. Et les producteurs de l’émission devraient en tirer les conclusions qui s’imposent. Tout n’est pas permis sous prétexte de rigolade. Je connais des « bars PMU », pour rependre l’expression de la journaliste de cet article,  un peu plus civilisés dans lesquels on ne se permettrait pas ce genre de privauté… Mais puisque l’animateur des Grandes Gueules défend contre vents et marées ce genre de comportement… Allons toujours plus loin dans la putréfaction.

.

17 commentaires

  1. Un commentaire de Rue89 qui n’est pas excessif puisqu’il est d’un mec (donc avec des couilles) :

    « Cette émission de RMC qui ne vit que parce qu’elle a de l’audience, n’est que le reflet d’une partie de notre société. Les blagues sexistes et racistes ont toujours fait le meilleur effet le soir au comptoir du bar de l’agriculture et du commerce réunis à la troisième tournée de pastaga. Des Philippe qui sont capables d’aller voir la joyeuse troupe en train de lapider du « nègre », de « l’arabe » de la « gonzesse » et autres « PD » en ressortent rarement intactes. Le must pour ces beaufs ordinaires, c’est quand des « de Menthon » et « Tanguy » parlent comme le « peuple des comptoirs », au ras des couilles »
    (signé padiran, chroniqueur grolandais)

    Si de tels propos (justes, pourtant) était signé d’un nom féminin, au secours, les ricanements !
    eh bien ça, GdC, c’est aussi du sexisme, mon cher.
    Mais dis-le franchement si vous vous voulez rester entre mâles virils et si je dérange votre « entre soi » en tenant des propos qui essaie d’étendre la lutte contre l’injustice sociale à ces idiotes de bonnes femmes, qui de toute façon sont composées pour partie de De Menthon, alors, hein ? Qu’ai-je à dire, n’est-ce pas ?

    Si tu étais honnête, tu corrigerais ce billet en précisant que la phrase la plus vomitive n’est pas de De Menthon, mais tu ne le fais pas.

    Et quand tu dis : « Voilà de quoi alimenter la pensée féministe pour plusieurs générations » On dirait du Jegou dans le texte…
    « La pensée féministe » ce n’est apparemment pas ta tasse de thé.

    Ce billet m’était destinée puisque tu nous fais la leçons à nous les « dames : « Sachez, Mesdames surtout (une pensée pour Euterpe) que le machisme et les déclarations vomitives ne sont pas le seul fait de la gente masculine, à qui n’est pas réservée la palme de l’indignité. »

    Comme si les « dames » ne le savaient pas….

    En tout cas, il s’agit bien d’une désolidarisation totale. Le sexisme c’est le problème des féministes et les féministes ne doivent pas être trop engagées non plus parce que ça « énerve » ces messieurs.
    L’esprit de justice de la gauche franchouillarde s’arrête au sexisme qui peut continuer à avoir de beaux jours devant lui, no problem.

    Je suis déçue de toi mais quelque part Elooooody m’avait prévenue avec le coup du « Girl Power »…

    J'aime

  2. En tant que syndicaliste engagé, tu passes toi-même pour super-excessif auprès des gens qui ne sont pas engagés. Ils te traitent de tous les noms d’oiseaux, ils te traînent dans la boue, te couvrent de vomi. car la haine des hypocrites contre les gens engagés est universelle.

    Apparemment tu veux me dénigrer mais je ne suis pas plus excessive que toi. Et tout aussi engagée que tu l’es. Non seulement pour un monde plus juste mais moins sexiste.
    Tu comprends le mot « engagé », n’est-ce pas ?
    Le déni du sexisme qui est largement répandu partout, aussi bien chez les communistes qu’ailleurs, rend la tâche de faire comprendre que l’on puisse vraiment s’investir dans le combat antisexiste,TRÈS difficile voire impossible.
    En partie à cause du fait qu’il existent par ailleurs des féministes de salon qui caressent d’une main les machos dans le sens du poil et de l’autre un public de femmes qui les croit engagées pour leur cause.
    Mais elles sont surtout engagées pour la leur de cause.

    Par rapport à DSK, il n’y a pas à être neutre. Je ne vis pas en France et ne subis donc pas le lavage de cerveau qui consiste à dire : on « ne sait pas ce qui s’est passé ». « Ce qui s’est passé » Christine Delphy l’explique très bien ici
    http://feministesentousgenres.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/12/09/dans-l-affaire-du-sofitel-dsk-avoue-etre-coupable.html

    à ce propos, une petite citation qui devrait te faire réfléchir :
    « Si vous êtes neutre dans les situations d’injustice, vous avez choisi le camp de l’oppresseur. »
    Desmond Tutu

    Ici l’oppresseur s’appelle DSK. Ce n’est PAS la victime. En plus, on voit bien qu’il a plein d’ami.e.s et QUEL.LE.S AMI:E.S !

    Pour ne pas avoir l’air de m’approuver, voudrais-tu les défendre ? Il est vrai que sous la bannière du sexisme tout le monde se retrouve. Du haut en bas et du bas en haut….

    J'aime

  3. @Euterpe : tu es excessive, parfois, et je pense que tu le sais. ça nuit à ton propos. Mais effectivement, je pense qu’il n’y a pas de grande différence entre l’homophobie, le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie, et le sexisme ou un certain machisme éhonté. Quant à l’histoire DSK, je n’ai pas d’opinion, je pense que personne à part les protagonistes ne saura jamais la vérité. Et pourtant, je n’apprécie guère DSK, pour sûr. Un ennemi idéologique très clairement.

    J'aime

  4. Sinon il faut écouter le podcast. Sauf que c’est archi vomitif. Pour ces propos, ils devraient tous aller croupir en prison. Le sexisme c’est tout aussi criminel que le racisme et l’antisémitisme, la négation du viol aussi criminelle que la négation de l’holocauste. En payant 1,5 millions de dollars, DSK A RECONNU LE VIOL. Le monde entier l’a compris sauf la France où le mensonge, la propagande et la désinformation est de rigueur, où les médias requalifie le viol en agression sexuelle pour noyer le poisson,
    Si DSK avait été innocent il n’aurait pas craché 1,5 millions. Personne ne l’y obligeait. Il fallait juste qu’il convainc de son innocence. Car quand on est innocent, on le clame, on le crie, on se débat, on ne paie pas pour une faute que l’on n’a pas commise, surtout un DSK.
    Il a payé parce qu’il lui est impossible de prouver son innocence et il lui est impossible de prouver son innocence parce qu’il est coupable. Point barre.

    J'aime

  5. C’est sur Rue89 au paragraphe « Pretty Woman moche comme un cul » :

    « Le destin de Nafissatou Diallo est après tout un « conte de fées », un « conte de fées » vous dit-on. Il ne faut pas oublier qu’il « y a un an c’était une femme de ménage qui gagnait 1 000 euros », « c’est Pretty Woman ». Quoi Pretty Woman ? Même pas voyons, c’est lui faire trop d’honneur pour Franck Tanguy. C’est juste « un tromblon ».

    « Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million, c’est quand même extraordinaire cette histoire. » »

    (fin de citation)

    sinon il y a aussi les nouvelles news qui cite et précise qui est Franck Tanguy : http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/revue-de-presse/54-lu-sur-la-toile/2517-rmc-le-conte-de-fee-de-nafissatou-diallo

    J'aime

  6. Apparemment, il y a une petit erreur dans ton billet, GdC. Ce n’est pas de Menthon qui a dit : « Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million, c’est quand même extraordinaire cette histoire. » c’est Franck Tanguy, conseiller en investissement financier et chroniqueur régulier de l’émission les GG sur RMC.

    J'aime

  7. Rien à ajouter aux commentaires précédents.

    Une petite remarque tout de même, sur une erreur fréquente finalement assez agaçante : « la gent masculine, SVP », et non la « gente masculine ». Le premier signifie famille, au sens large, le second est le féminin de l’adjectif « gent », et est synonyme de gentil, joli, selon le contexte.

    La gent gente serait l’ensemble des personnes gentilles ;°)

    La gent « frontdegauchiste », c’est nous.

    J'aime

  8. Merci de le mentionner, GdC ! C’est en dessous de tout, en effet.
    Et bien sûr que le sexisme misogyne n’est pas une exclusivité masculine ! Ce serait pratique, il suffirait de se solidariser entre femmes contre les hommes et girlcoytter tout ce qui nous discrimine et le tour serait joe. Mais non. Ce n’est pas comme cela. Il y a heureusement des hommes antisexistes et malheureusement des femmes « Aufseherinnen » (gardiennes) du machisme.
    Exemple, celle-la.
    Dans ce cas, trois discrimations se combinent dans son répugnant discours : le sexe, la couleur et la classe sociale.

    On a la totale.

    Ce n’est pas pour rien que cette Aufseherin a été choisie par les Grandes Gueules. Ils ne sont pas le genre à inviter Clémentine Autain pour parler d’un tel sujet.

    Oui, c’est immonde, ce qu’elle dit. On a envie de la laisser seule avec DSK dans une station spatiale en orbite autour de la Terre jusqu’à la fin de sa vie, pour lui faire les pieds, à cette affreuse !

    J'aime

  9. Effarant.

    J’ai vu passer il y a quelques jours sur touitteur quelques pensées profondes de Madame De. Au sujet de la manif réactionnaire du 13 janvier, cette lumière de l’Occident affirmait que les appellations « parent 1 » et « parent 2 » contenus dans la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe étaient effroyables. L’ami @LaFranceApeur lui a donc fait remarquer que ces trmes ne figuraient absolument pas dans le projet de loi. Face à ses dénégations, notre camarade lui envoie un lien vers un article de presse. Et là la dame finit par reconnaître son erreur tout en demandant où on peut trouver le projet de loi.

    Morale de l’histoire : elle ne sais absolument pas de quoi elle parle (et pourtant, qu’est-ce qu’elle parle !) et ne sait même pas où trouver un projet de loi sur internet (sites des assemblées). Ça peut paraître anodin, mais on parle quand même de quelqu’un qui est à la tête d’une organisation patronale et qui intervient à tort et de travers dans les media pour donner son avis sur tous les sujets d’actualité en tant qu’ « experte ». Experte des trous noirs, peut être.

    J'aime

  10. trouver de l’argent ?
    Selon le quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad, de grandes entreprises française se serviraient de holdings basées aux Pays-Bas pour réduire leurs impôts. L’Etat français a des participation dans certaines d’entre elles.
    Après le remous suscité par l’exil fiscal de Gérard Depardieu, il semblerait que ce soit au tour de l’Etat français de trinquer. C’est en tout cas ce que rapporte ce mercredi le quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad. Selon lui, de France Telecom à Veolia en passant par EDF, GDF Suez, et Thales, bon nombre de grandes entreprises françaises auraient recours à des holdings financières basées aux Pays-Bas afin de faire fondre leurs impôts. Des sociétés dans lesquelles l’Etat français détient ou a détenu des participations….

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130123trib000744326/ces-entreprises-publiques-francaises-qui-defiscalisent-via-des-holdings-aux-pays-bas.html

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.