l’ultime révolution française

1694.title

C’est dans le Journal Officiel, donc c’est très important : il a été décidé au plus haut sommet de l’Etat de bannir l’horrible mot imprononçable si usité dans les milieux internétiques, ledit  « hashtag » (aïe ! Pas sur la tête !), pour le remplacer par  » mot-dièse ». On n’aura donc pas réussi à bannir les appels au meurtre de noirs, d’arabes, de juifs  ou d ‘homos sur twitter, mais on se propose de changer un mot. Qu’on se le dise ! Encore une belle victoire de la démocratie française… On a les combats qu’on peut. D’ailleurs, en suivant le mot-dièze attitré, on peut constater qu’il a déjà une belle notoriété… Pauvre France.

.

8 réflexions sur “l’ultime révolution française

  1. Bof… je n’utiliserai pas plus ce « nouveau mot » que son prédécesseur étatsunien et informe : quelle utilité ? Les oiseaux, j’aime mieux les voir et les écouter depuis ma fenêtre (qui n’est pas celle du sieur Gates).

    J'aime

  2. Ben, on est mal alors, si le hashtag est banni…Ou bien…sans doute grâce à cela financera-ton des réformes sociales et la prospérité sera à nouveau au rendez-vous? Ah non, zut alors…

    J'aime

  3. Oh les cons. Je me demande combien ce progrès de la langue, qui a autant de chance d’entrer dans les moeurs qu’un oeuf au plat de devenir un poulet, aura coûté aux deniers de l’Etat.
    Mais on s’en fout, qu’on continue à engraisser tous ces inutiles, c’est pas nous qui payons.

    J'aime

  4. qui utilise d’ailleurs le terme couriel au lieu d’email. Même nos amis québecois ne s’y risque pas. Après tout, il aurait fallu que nous inventions ce terme dans une société francophone pour l’imposer.
    Sur ce, je vais redisposer mon maneki neko près du patio avant d’aller me faire un sandwich de chocolat (trouvez le nombre de mots de cette phrase qui sont d’origine étrangère)

    J'aime

  5.  » On n’aura donc pas réussi à bannir les appels au meurtre de noirs, d’arabes, de juifs, de femmes ou d‘homos sur twitter »
    J’ai ajouté « femmes ».
    Le sexisme sur twitter fait rage par endroit. C’est pourquoi, je préfère comme babelouest les mésanges, les merles et les rouge-gorge (en hiver on peut guère en demander plus).

    J'aime

Les commentaires sont fermés.