Ni Poujade, ni Le Pen, ni Staline : front de gauchistes !

outil-efficace-propagande-liberale-L-Sip8rhje voudrais vous conter ici, histoire de faire pleurer dans les chaumières (dans le XVIème, ce sera plus difficile…) la dure vie au quotidien du blogueur front de gauchiste… Pas une journée sans qu’il ne soit confronté à l’hypocrisie des uns, à la lâcheté des autres, et aux interpellations calomnieuses de trop de gens que l’amalgame facile arrange bien, faute d’arguments. Pas une journée sans que l’on ne nous renvoie la responsabilité historique du communisme dans ces millions de morts dans les goulags, des tentatives d’épuration idéologique russes ou chinoises, ou même… du nazisme. Contradiction monstrueuse qui nie la cohérence idéologique de nos combats, ce rapprochement permanent entre Mélenchon et Le Pen, c’est à dire entre le nationalisme xénophobe et l’alter-mondialisme humaniste antifasciste… Pourtant, le cliché à la vie dure, et l’on peut compter sur certains prétendus gens de gauche qui se disent socialistes pour le propager. Des billets à ce sujet, j’en ai déjà fait, en pure perte. Aussi suis-je heureux et fier qu’un camarade prenne le relais. Je veux rendre hommage ici à celui ou ceux (je en sais) qui administrent l’Observatoire de la propagande et des inepties anti-Mélenchon. Voici ce qu’il publie aujourd’hui :

Jacques Julliard est le journaliste qui avait comparé, le 7 avril 2012, les rassemblements du Front de gauche à des rassemblements nazis. « Les enthousiasmes collectifs organisés, tels qu’on les pratiquait dans l’Allemagne nazie et la Russie soviétique, très peu pour moi », écrivait-il dans un éditorial de Marianne¹. C’est dans ce même éditorial qu’il écrivait « Je suis pour la raison en politique ». Cet éditorial, le journaliste a pourtant eu le temps de l’écrire, donc a pu réfléchir à ce qu’il écrivait, a pu peser le poids de ses mots.
Jacques Julliard, c’est le journaliste qui a dit que le titre de l’un des livres de Jean-Luc Mélenchon, Qu’ils s’en aillent tous !, est « exactement la même chose que ce que disait Poujade »² ; c’est le journaliste qui dénonce régulièrement le populisme de Mélenchon (… La suite ici]

Gloire à toi, camarade.

Des Julliard, il y en a un peu trop à mon goût en ce moment dans ce pays… Et je trouve assez détestable d’être assimilé à un nazi quand je me bats au quotidien, sur mon blog, dans la rue et les réunions politiques, et même dans mon entourage personnel ( c’est bien plus difficile)  contre le racisme, la xénophobie, le front national, pour les libertés individuelles, et que je tente selon mes maigres moyens de faire avancer, toujours et partout, la cause des droits de l’homme. Et de la femme.

Mais il semblerait que ce soit une mode fort répandue, au Parti dit Socialiste, de nous jeter dans le même sac que le FN,  à la manière de Plantu… Quand les arguments ne servent plus à rien, face à des gens de si mauvaise foi, que faire ? En venir aux mains ?

Misère de la politique française… où l’injure remplace un peu trop souvent le débat, et l’échange d’arguments, plutôt que de noms d’oiseaux. Je trouve cela d’autant plus injuste que nous sommes pour beaucoup, au Front de Gauche, de tous les combats : sociaux, humanistes, syndicaux, sociétaux… Alors que ceux qui nous critiquent le plus volontiers ne s’engagent aucunement. La mauvaise foi me laissera toujours sans voix

PS. L’ami des Pas Perdus vient d’en dégoter un qui nous illustre par l’exemple ce que je veux dénoncer ici : plutôt le FN que le front de gauche, c’est ça ?  Allez voir par chez lui, ça vaut le détour… Un blogueur de gouvernement, en plus, ça ne s’invente pas !

23 réflexions sur “Ni Poujade, ni Le Pen, ni Staline : front de gauchistes !

  1. « Alors que ceux qui nous critiquent le plus volontiers ne s’engagent aucunement. » : ben ouais, c’est clair.
    Cela les oblige à se confronter avec leur hypocrisie et ça, ils n’aiment pas.

    Bravo GdC pour cette mise au point !

    J’aime

  2. Eh oh là ! Je voudrais vous conter, pas « compter » !

    Parmi les reproches adressés au FdG, j’ai découvert récemment une « amitié pour les islamistes et pour Tarik Ramadan ». Sans argumentation, bien sûr.

    J’aime

  3. Je ne sais pas si tu te souviens du bon vieux temps des ségolénistes. Eux aussi étaient les gentils qui devaient se garder à droite et à gauche contre un monde rempli de méchants qui faisaient rien qu’à être de mauvaise foi. Eux aussi étaient convaincus d’être les innocentes victimes, forcément victimes puisqu’ils avaient raison, forcément raison. Eux aussi firent malgré eux beaucoup de mal à leur égérie, et aux idées qu’elle défendait. Tu serais bien inspiré de t’en souvenir. Ça n’avait pas très bien fini.

    J’aime

  4. Les royalistes… j’en connaissais une, de bonne foi mais elle est décédée à présent.

    Quant à ceux qui critiquent les communistes, savent-ils de quoi ils parlent ? Le communisme est mort avec les Soviets vers 1920, tué par Lénine. Il a une renaissance avec Marinaleda et la ZAD de NDL. Avec les zapatistes du Chiapas aussi.

    J’aime

  5. Courage à toi ! J’aime ta plume et tes idées (que je partage). Quant à moi, je ne prends aucun risque puisque je n’ai qu’un blog sur mes geekeries journalières. En tout cas, je comprends que cela être gonflant, insupportable parfois, d’être traité pour ce qu’on n’est pas. Encore une fois : Courage !

    J’aime

  6. Je croyais que tu faisais allusion à un autre billet sur mon blog par rapport à un échange de twitts…

    On pourrait conclure que trop souvent nos détracteurs utilisent l’insulte faute d’argument. On peut le comprendre pour des éditocrates ou des politiciens qui font allégeance au système et défendent leur bout de gras, mais ça reste un mystère quand il s’agit de blogueurs…

    J’aime

  7. @ des pas perdus : sauf si ces types défendaient leur bout de gras aussi mais sans le dire ouvertement et seraient effectivement payés de retour d’une manière ou d’une autre par le gouvernement pour démolir les blogs un peu influents qui tiennent encore, eux, un discours de gauche et non un discours d’amuse-andouilles !

    J’aime

  8. Peut-être ne recoivent-ils pas d’argent mais il est incontestable qu’ils soient invités à droite et à gauche par des élus et que cela flattant terriblement leur vanité, ils ne sont guère motivés pour défendre les défavorisés contre une politiue inique. C’est absolument le principe des courtisans de cour qui bénéficient des faveurs des « grands ». Ils deviennent peu à peu des sentinelles volontaires qui font barrage aux mécontents.

    J’aime

  9. Je rajoute à l’article les comparaisons suivantes :

    FRONT NATIONAL : Fermeture des frontières, sortie de l’Europe et de l’Euro, rétablissement de la peine de mort, économie calquée sur le CLUB DE PARIS, groupement de grosses industries et de la finance pour le plus important

    FRONT DE GAUCHE : Préservation de l’EUROPE et de l’EURO, SMIG à 1700 €, la santé pour tous, réforme de la réforme des collectivités territoriales dans la forme actuelle, planification écologique, social, démocratie, rétablir les équilibres financiers, impôts plus justement répartis etc….

    Ce sont les ignares et les « politicars » de mauvais goût qui assimilent le FN partie d’extrême DROITE, car avec les mesures hyper protectionnistes qu’ils proposent, nous met en posture de dictature et le FDG qui est un parti du peuple.

    J’aime

  10. Commentaires glorieux qui donne envie de vous dire à tous : bande de ^ù`^$ù`^$$^ùm$^ ! relisez vous ! vous voulez mettre TOUTE la gauche dans un truc ou le plus de gens, et vous insultez une partie de ceux-ci

    Euterpe invente des complots et des sentinelles faisant barrage et imagine que les blogs sont influents, mince comme j’aimerai qu’elle ait raison sur le 2e point.

    J’aime

  11. Eh, Politeeks ! La gauche, c’est AU MOINS ces propositions-là. Il y a des positions minimales, et puis ensuite il y a différentes tendances de gauche. C’est gênant, de se sentir soudain défini du mauvais côté de la barrière ?

    J’aime

  12. @ Politeeks : si vous n’arrêtiez pas de rentrer dans le lard des gens de gauche (les vrais) et à côté de ca de faire des billets ridicules vantant par exemple l’exécution de « Louis Capet » comme si vous y aviez été. Ouais ! Les gars ! Gloire ! Il y a 225 ans, on était trop balèze, on a guillotiné le roi himself ! Depuis on se repose (pendant que les nouveaux petits monarques s’en mettent 165 fois plus dans les fouilles que sous l’Ancien Régime mais est-ce que cela nous regarde ? C’est leurs affaires, hein ! Nous, on blogue pour amuser les andouilles et se moquer de ceux qui nous disputent l’étiquette « gauche », point barre. Accessoirement on va faire risette à Mosco et à Delanoe, entre virilos).
    Non mais….relisez-vous vous-mêmes ! Et l’autre, avec ses messes…..

    J’aime

  13. Babelouest , moi je m’en fous pour moi, mais je parle d’une façon générale: on construit à plusieurs, donc on fait des additions… on essaye de regrouper et de faire venir le + de gens possibles sur des idées, des projets.

    J’aime

  14. J’entends bien, Politeeks. Cependant, comme je disais, les idées du FdG, qui sont loin du programme du président actuel, sont déjà le minimum vital. Le projet, c’est de couper les ongles des Banksters, en refusant de les aider, en séparant les banques de dépôt des banques d’affaires, en refusant de plier aux exigences d’austérité qui aggravent le mal au lieu de le combattre…. exactement le contraire non de ce que le gouvernement a l’intention de faire, mais de ce qu’il a déjà fait ! Tout doute est levé : il n’est pas avec nous, il est contre nous. Donc il est à combattre exactement au même titre que le précédent, car les mini-mesurettes qu’il a mises en avant jusqu’à présent ne feront pas le poids face aux couleuvres qu’il a avalées de force peut-être, mais plus sûrement de gré, ce qui est plus grave et augure de pire encore à l’avenir.

    Je le redis : le programme du FdG, ce n’est qu’un premier pas. Il ne suffira pas. Il faudra aller plus loin, ce qui ne plaira pas à Merkel, Van Rompuÿ, Barroso, Lagarde et consorts.

    Mélenchon a hésité avant de l’avouer : désormais il est dans l’opposition. J’y étais dès le 6 mai au soir.

    J’aime

  15. Babelouest , moi je suis partisan d’un mixte entre les 2 projets et sur les banques on se rejoint. Vois-tu j’ai posé 2 questions à ce sujet à Moscovici , de simples mots et vu son regard, ses gestes et les mots en reponse. Il parait que c’est faire risette. J’en ai fait un billet (risette sans doute) où j’ai mis mes doutes. Et les infos que j’ai confirment tout ça.

    Mais tu ne peux pas mettre Sarkozy au même niveau. Hollande peut changer sous la pression des evenements, Sarkozy accusait tout le monde plutot que d’avouer se tomper. Hollande est different. On l’a vu de près pendant la campagne, et récement il a avoué qu’il pouvait se tromper. Personne n’a vu ça;

    J’aime

  16. Tu sais, Politeeks, si l’on veut vraiment mettre sur pied une politique sociale qui se tienne (même pas « ambitieuse »), il faudra donner un coup de pied à l’U.E. puisque ses directives sont impératives, et vont dans le sens inverse. C’est ce que même Mélenchon hésite à faire, et c’est la plus grande différence que nous ayons en politique intérieure. Elle est déjà fondamentale. Imposer les vues françaises à Bruxelles et Berlin, qui pourrait donner la moindre chance à ce défi ? L’Europ nous rit au nez. Tandis que si on claque la porte, cela fera réfléchir plus d’un. Et cela, si on veut, on peut le faire.

    Il ne s’agit bien entendu pas de nationalisme (MLP ne veut pas aller aussi loin, malgré ses lubies sur les frontières, les étrangers, et tout çà), mais de réaliser une politique que les banquiers ne veulent surtout pas voir en action.

    J’aime

  17. Nous comprenons bien que tu puisses avoir les glandes et il est logique d’exprimer ton courroux.
    Mais surtout ne te monte pas inutilement le bourrichon: c’est faire beaucoup trop de cas d’une serpillière que de lui donner un soupçon d’importance qui ne serait pas au moins des gifles.

    Comme tu le sais sur nos pages il y a une chronique intitulée -« Chronique des personnes insultées »-…
    Si par hasard je venais à tomber sur un édito du même Jacques Julliard et si un peu désœuvré ou par trop oisif à ce moment, je le lui descendrais ça en deux coups de ballet à chiottes.
    Pour rire on peut quand même bien contribuer à le réduire à la famine, non?

    Steph.

    J’aime

  18. Je sais tout ça Monsieur BabelOuest, je te lis . Et tu es constant dans ce domaine. Je n’ai pas le meme avis , moi je pense qu’on doit à plusieurs 2 ou 3 changer le truc de l’intérieur. Beaucoup de choses peuvent être changées sans toucher à une seul ligne des traités. Ca fait de moi un odieux soc-traitre réformiste bien sûr.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.