Médiapart, entreprise de salubrité publique

Conférence Plenel UNP

 Médiapart a donc agi selon ses promesses, en diffusant l’ensemble des pièces du dossier Cahuzac en accès libre aujourd’hui. Les voici :

Le compte suisse du ministre du budget Jérôme Cahuzac
Cahuzac: l’aveu enregistré
Affaire Cahuzac: le gestionnaire de fortune qui sait tout
Florange, Cahuzac: l’effroyable semaine de l’exécutif
Le ministre n’est pas «impressionné» mais sa défense prend l’eau
Cahuzac: c’est quoi une communication de cris

J’avais pu en lire une partie grâce à l’envoi sympathique d’un ami blogueur du front de Gauche sur ma boîte mail. J’en profite donc pour  l’en remercier au passage. Figure dans ces pièces,  en sus,  un édito publié aujourd’hui dans les carnets libres d’Edwy Plenel. La vidéo qui y est intégrée a été tournée dans le cadre d’une conférence donnée par le précité à l’université permanente… de Nantes. Tout un programme :

C’est sans doute la pièce la plus intéressante de l’histoire. Car le dossier Cahuzac ne fait en somme qu’illustrer aux côtés de bien d ‘autres exemples le fossé persistant qui existe entre la parole et les actes, à droite comme à gauche, chez nos politiques. Faites ce que je dis, pas ce que je fais… Ce delta que,  contrairement à ce que pensent les grands de ce monde dans leurs certitudes élitistes (et ceux qui les accompagnent ou/et les soutiennent), les plus modestes d’entre nous ne voient que trop bien, au point de pouvoir en être parfois dégoûtés de la politique en général, et de leurs élus en particulier. Un écueil  sur lequel toutefois nombre d’entre nous ne se sont pas éventrés malgré leur lucidité, parce qu’ils ont peut-être conscience qu’il ne faut pas ranger tout le monde dans le même sac, et que ça ne sert qu’une seule cause : celle des cyniques, des obscurantistes, et des forces antidémocratiques.

je vous invite donc à lire l’ensemble de l’article. C’est ici. J’en aime le titre : L’Affaire Cahuzac, la démocratie et son écosystème

Que des politiques d’ extrême droite, de droite comme d’une certaine gauche tombent actuellement à bras raccourcis sur Médiapart en dit long sur leur redoutable efficacité journalistique. Un exemple de journalisme d’investigation dont leurs confrères ne donnent pas vraiment la preuve tous les jours si magistralement… A ne faire que relayer des dépêches d’agence sans rien apporter de réellement innovant ne sert pas franchement la cause et la crédibilité du journalisme français.  Si la charge des preuves que les journalistes de Médiapart avancent était si mince, pourquoi diantre s’en soucier ainsi ? Pourquoi les attaquer si durement ? Pourquoi se donner la peine d’en faire tant et tant d’articles ? Pour ce qui me concerne, la question est réglée : médiapart fait œuvre là comme ailleurs de salubrité publique, en provoquant le débat sur la question centrale à mon sens des conflits d’intérêts, et des collusions entre les affaires privées de certains de nos dirigeants et les décisions qu’ils doivent prendre dans le cadre de leurs fonctions. Une question qui devrait se trouver au cœur de nos interrogations sur la nature de notre système démocratique et du comment le faire évoluer dans le bon sens… Cette question que le gouvernement hollandais n’a pas voulu résoudre… malgré les promesses du candidat.

Aussi, dans cet esprit et ce sens, Médiapart nous promet ce soir un grand débat sur l’Affaire Cahuzac de 20h30-22h30 dont voici le programme :

1/ Jérôme Cahuzac et son compte suisse

Animé par Frédéric Bonnaud et Edwy Plenel

Avec Fabrice Arfi, Lénaïg Bredoux, Michel Deléan et Mathilde Mathieu.

2/ La fraude fiscale, un sport… international

Animé par Frédéric Bonnaud et Martine Orange

Avec :
– Antoine Peillon, auteur de Ces 600 milliards qui manquent à la France (éd. Seuil, mars 2012) (lire Fraude fiscale : comment le pouvoir protège UBS) ;
Thomas Coutrot, économiste membre d’Attac et des «économistes atterrés», spécialiste des questions du travail, de l’emploi et de la démocratie ;
– Catherine Gaudard, responsable du playdoyer à CCFD France Solidaire;
–  Xavier Harel, auteur de La grande évasion – le vrai scandale des paradis fiscaux (éd. LLL, 2010).

Je ne pourrai y assister, étant pris par ailleurs, mais je compte sur vous, chers lecteurs (et lectrices) pour m’en donner des nouvelles… ça promet !

.

Une réflexion sur “Médiapart, entreprise de salubrité publique

Les commentaires sont fermés.