la France malade de la peste

Par delà nos positionnements politiques respectifs, ne serait-il pas hautement nécessaire et urgent de voir surgir un formidable sursaut républicain, pour défendre nos valeurs communes, et notre désir de vivre ensemble dans la joie et la bonne humeur ? En tous les cas, dans un respect mutuel et inconditionnel plus évidents qu’aujourd’hui…

Gauchiste revendiqué me voyant interpellé par le titre d’un vulgaire gratte-papier profondément aigri – au point que ça se lise sur son visage peu enclin à ne serait-ce qu’un simple sourire – d’un célèbre journal (bien) de droite, il convenait que j’intervienne en rebond percutant pour protéger l’honneur de notre confrérie injustement décriée. Si d’autres veulent s’y coller, je ne saurais que les en féliciter et appuyer l’initiative…

Le titre du teigneux qui m’a fait réagir est le suivant :  « La gauche atteinte par « le grand bordel intellectuel ».  Je ne mettrai pas de lien, ce serait  faire encore trop d’honneur à cet islamophobe et anti-gauchiste  pathologique. Vous n’aurez qu’à chercher vous-mêmes si le cœur vous en dit… (blurp). Précisons cependant que l’expression n’est pas de lui, mais de la Présidente du Medef, Laurence Parisot. Ce chaos portant atteinte à la sûreté de l’Etat serait causé, selon elle, par l’ignorance économique dans laquelle les Français sont maintenus depuis des années. L’expression me semble bien vue, à observer les anachroniques décisions du gouvernement, dont aucun de ses membres n’a jamais mis les pieds dans une entreprise sauf pour en critiquer la gestion en guettant les applaudissements des syndicats. »

Voilà une déclaration bien péremptoire à l’aune de laquelle on reconnait les imbéciles, qui selon l’expression consacrée sont réputés pour ne jamais changer d’avis. Et surtout ne donner aucune preuve de ce qu’ils avancent, leur autorité intellectuelle certifiée par leur statut de journaliste dans un grand média devant probablement suffire à elle seule pour les besoins de la démonstration. Cette assertion est si ridicule qu’il suffira d’écrire qu’elle est typique du cliché droitier ultra-usité selon lequel la gauche serait dans l’incapacité de nous démontrer la moindre compétence en terme de gestion économique et financière. Entre parenthèses, ce n’est plus vrai depuis l’avènement de ce social-libéralisme que je dénonce avec une détermination durable. De plus, quelques recherches googlisantes (merci de me donner des exemples dans les commentaires, pour ceux qui suivent) suffiraient probablement à faire remonter les incursions plus ou moins longues de certains membres du gouvernement dans de grandes entreprises, comme c’est une coutume fort enrichissante chez les énarques,  pour démonter factuellement cette bêtise.

En outre, si la gauche était, selon les propres termes du petit haineux, atteinte par « le grand bordel intellectuel », la droite quand à elle aurait avantage à méditer – l’économique et le financier n’étant pas tout – sur ses responsabilités réelles en matière de « bien vivre ensemble ». L’argent n’est en effet à mes yeux qu’un moyen et non une fin, au service de la collectivité, contrairement à ce qu’en pense et en professe la doxa libérale qui place la dimension financière et l’instinct de propriété au cœur de tout système sociétal, par delà des valeurs plus humanistes qui ont pourtant fondé notre pays. Il est utile de le préciser, nous ne sommes pas en Suisse, et n’aspirons pas à ce modèle là.

Ce à quoi je veux en venir, c’est qu’il me semble que par delà les difficultés économiques certaines que vit actuellement notre pays ,  l’horizon sociétal dans son intégralité ne doit pas être négligé au seul profit (c’est le cas de l’écrire..) trop exclusif de considérations trop terre à terre. Il ne s’agit pas de nier la réalité de cette crise – il n’y a qu’à regarder les statistiques exponentielles du chômage et la liste impressionnante des entreprises en liquidation judiciaire actuellement, dont les plans sociaux donnent lieu à des tensions de plus en plus vives dans notre pays. Mais simultanément – et l’histoire nous a montré qu’elles vont souvent de pair – les affaires sordides liées à la question cruciale selon moi des discriminations de toutes sortes sont en train d ‘accomplir actuellement dans notre pays – et c’est fort inquiétant –  de bien basses besognes… Affaire Merah, crimes, délits  et autres actions -même virtuelles ¹ – ignoblement antisémites, et plus largement banalisation des actes racistes, xénophobes et islamophobes, ou/et homophobes (ils vont si bien de pair pour les ennemis de la liberté…) sont autant d’indices et de symptômes d’une épidémie sociale qu’il s’agit à présent pour tout gouvernement qui se respecte de stopper net. La  survie même de notre communauté nationale est en jeu. J’en veux pour preuve le cas de cette islamophobie aujourd’hui galopante et un peu trop volontiers excusée, voire même justifiée en haut lieu, dont nous pouvons connaître et constater par nous mêmes à notre niveau personnel des exemples criants. Or, la conduite et les propos de nos « élites » dirigeantes ont indubitablement valeur d’exemple négatif pour entraîner bien d ‘autres esprits,  plus fragiles, ignorants et plus volontiers sujets à l’impulsivité qu’à l’intellectualisation,   au risque de commettre l’irréparable. Nos politiques doivent tenir compte de l’importance de leur rôle et de leurs déclarations. Aussi et surtout quand ils sont sensés être de gauche. Voilà donc un tableau national qui ne nous honore pas, et dont plus d’un à part moi -indigné chronique – s’offusque spontanément et justement, dans un élan qui je l’espère sera grandissant pour qu’il emporte toutes les pusillanimités, les peurs et les frustrations diverses – et surtout l’incompréhension et le manque de dialogue – à l’origine de ce phénomène.

Je sais que nos détracteurs d’extrême-droite, qu’ils soient à l’UMP, au FN ou chez les identitaires (c’est de plus en plus la même chose, dans le même sac… de nœuds fantasmatiques) – c’est là leur habitude – les justifieront en nous refaisant le coup du père Copé sur le racisme anti-blancs et la théorie fumeuse et sans fondements sérieux – mais néanmoins si communément – et hélas, même à gauche…- admise sans grand esprit critique de la colonisation arabe de l’Europe. Au point de trouver quelque justification que ce soit à la folie meurtrière d’un Breivik, alors que rien ne saurait l’excuser ?

Un autre monde est certainement possible. A nous de le construire ensemble et de lutter au quotidien chacun avec nos armes favorites contre ce fléau qu’est l’intolérance et le refus de la différence. Et cela, jusque dans les mots. Certains font mal. Et d’autres tuent.

.

P.S. Sur le sujet, on consultera utilement, et en premier lieu, deux documents fort utiles et complémentaires. Des chiffres, et du débat analytique. Merci de cliquer sur les images pour accéder au contenu :

et

¹ Sur ce point, quant aux limites d’une liberté d’expression qui nuirait à celle des autres de ne pas se voir attaqué uniquement en raison de son appartenance religieuse, il semblerait que même la droite soit d’accord : la preuve. Dont acte…

.

.

11 réflexions sur “la France malade de la peste

  1. Quelque chose me dit que tu hais les Suisses et Suissesses.

    Or, nous dépassons le million de pauvres en Chuiche…sur une population de 8 millions d’habitants…
    Le reste de l’article est bon, mais arrêtons les clichés sur la Chuiche! C’est humilier les déshérités qui vivent dans notre pays. C’est aussi cracher sur la liberté d’expression qui est de loin moins liberticide qu’en France (qui est sous la loupe des RSF).
    Trouve un autre bouc émissaire, d’ac? En Europe, il y a certainement des paradis fiscaux où le sort des gens sont plus enviables, comme le Luxembourg, le Liechtenstein et j’en oublie…qui font eux, partie de l’UE.

    On peut en discuter longtemps…mais il y a des choses qui ne fonctionnent pas et il serait bien de les mettre au clair. Une méconnaissance de la Chuiche et vivre sur de vieux clichés éculés depuis 10 ans ne sert pas une cause.

    Amicalement
    Gene

    Quoique les Chuiches ont font de bien bonnes aussi 😉

    J'aime

  2. @genghys : tu as raison de réagir sur ce point, ça me donne l’occasion de préciser. je ne hais pas la suisse dans son ensemble, mais je ne comprends pas ces suisses qui, quant on leur a donné l’occasion de montrer leur ouverte d’esprit, ce sont retranchés derrière leurs campagnes anti-minarets et des arguments tous plus xénophobes les uns que les autres… Et je n’aime pas non plus cette Suisse qui se montre si accueillante envers les intérêts dominants en se faisant l’asile des patrons qui cherchent à échapper à l’impôt, et autres prétendus pigeons (cf. le mouvement des #geonpi, dont Chappaz est l’un des membres, et qui s ‘est lui-même installé en Suisse), alors que les véritables dindons de la farce, dans l’histoire, c’est toujours nous… et les immigrés. Qu’on cherche d’ailleurs cyniquement à mettre en tension les uns avec les autres, alors que nos intérêts sont plus souvent communs que divergents. Mais puisque toi, tu ne fais manifestement pas partie de ceux là, sans quoi tu ne me lirais pas, et ne me ferait pas la sympathie d ‘aimer certains de mes billets, pour reprendre la célèbre formule consacrée « Va je ne te hais point » !

    J'aime

  3. Il faut comprendre une chose, c’est que par chez nous, on vote pour tout et n’importe quoi. On a quatre sessions fédérales par années et ce, sans compter les cantonales voire communales.
    Le vote contre les minarets a été une honte pour le pays tout entier et les Suisses se sont réveillés groguis de cette histoire. D’ailleurs, des manifestations ont eu lieu dans tous le pays. Mais il faut savoir que même pas la moitié du peuple a voté et beaucoup en penser que cette initiative ne passerait pas, y compris Freysinger lui-même (qui ne doit plus fréquenter Marine et autre Hollandais de mes deux depuis qu’il a été élu au conseil national).
    Ci-joint la réaction dudit con de mes deux (le austro-valaisan, comme l’appelle les gens du Valais).

    Ce jour-là, il y a eu moins de 50% de votants et la mobilisation de l’électorat UDC a voté. ça a passé…et personne, personne s’y attendait. Il a fallu 27% de Chuiches pour que cette initiative passe…Et on a tous été choqiuéEs. D’autant que par chez nous, le multi-culturalisme fonctionne sans heurts.
    Et le pire, vois-tu, c’est qu’on a été applaudi. On m’a eu félicité sur le net…des Belges, des Français etc…je les ai tous envoyé se faire entuber ailleurs.

    Actuellement, il y a un autre problème et c’est surtout Genève qui maille, car entouré par la France. Ce sont les milliers de frontaliers qui viennent travailler en Suisse, parce que mieux payés, mieux protégés etc…Seulement, la criminalité aurait soi-disant augmenté. Bon. ça c’est une sorte de propagande de groupuscules de la Droite de la Droite qui se mettent en place depuis que l’UDC perd des électeurs. Et ces cons de Genevois oublient que parmi ces frontaliers, il y a plein de Chuiches qui habitent en France parce qu’ils n’arrivent plus à se loger en Chuiche! Idem en Chuiche-Allemande et Chuiche-Italienne. C’est le gros boxon, quoi.

    Quant à la fraude fiscale ou l’évasion fiscale, les banques ne prennent plus les gens qui ne sont pas déclarés dans leur pays d’origine. Maintenant, les étrangers vont à Singapour ou aux îles Caïmans…ou aux Delaware, USA donneuse de leçons.

    En Suisse, le canton gère sa propre législation tout en ayant cédé une certaine part à la confédération. Donc chacun gère sa fiscalité. Pour être attractif, chacun y va de sa petite cuisine et nous, en tant que tous habitants en Suisse paient plein pot alors que des milliards auraient pu entrer dans les caisses de l’Etat. Ce n’est pas juste, mais ça ne se pratique pas seulement en Suisse.

    Il ne faut pas oublier que Sarkozy a donné le terrain à Toyota pour que cette entreprise y vienne construire son usine. C’est la loi de la jungle partout, et la Suisse, du fait qu’elle ne fait point partie de l’UE, en ramasse plein la poire. Mais elle aurait pu faire partie de cette Europe si cette dernière n’avait pas, sous un coup de folie économique, agrandit ses frontières en y incluant les dix ex-satellites de l’URSS. Cela a été une grande erreur de l’UE, mais il ne faut pas lâcher. Il faut garder cette structure et revoir les choses, mais pas commencer à se foutre sur la gueule entre pays de l’UE. Cela ferait trop plaisir aux US!

    J'aime

  4. Ca fait du bien de faire un petit tour par ici!
    Ca réconforte…
    La biz et prenez soin de vous. (respiration, yoga…. faut évacuer positivement la colère!)

    J'aime

  5. J’ai même un copain qui, il y a pas mal d’années, était squatter à Genève, dans des taudis aussi horribles qu’ailleurs. Il n’était pas seul. C’était pourtant bien avant « la crise ».

    Serrons-nous les coudes, on se fiche de l’en-tête de la carte d’identité ou du passeport. Il y a « les gros », très gros, peu nombreux, et les petits, tous les autres. Seul problème sans doute, beaucoup de petits, par opportunisme bien mal pensé, sont du côté des gros.

    J'aime

  6. @babelouest
    Excactement. Et je vois de quel squat tu parles. Mais depuis l’invasion des gens fortunés qui spéculent sur la pierre, les squats disparaissent pour y faire des apparts luxueux que personne ne peut se payer.
    Le taux de vacances, sur l’Arc lémanique est de 0,01%
    Alors, ceux qui ont un toit n’osent même pas demander une indexation du prix de leur loyer de peur d’être foutu dehors…

    Et chez nous, ben il peut faire très très froid et les hivers sont longs….Et il y en a qui dorment quand même dehors, près des bouches de ventilations des parkings souterrains très très surveillés par les caméras…

    Mais à surveiller, l’initiative ECOPOP, une initiative des Verts…qui a tout le soutien de l’UDC! Faut que je voie le texte.
    Bon week-end

    J'aime

Les commentaires sont fermés.