Adhésion directe au Front de Gauche : un passage obligé de son évolution ?

Moi, j’aime bien le hasard. Il fait souvent des merveilles. Comme en ce moment dans ma vie…  Là où la pensée rationnelle avance à pas de fourmi, voire même stagne lamentablement depuis des lustres,  il crée parfois inopinément  les conditions d’un bond de géant. Peut-être simplement parce que nous y sommes prêts,  à l’instant T, et que nous en saisissons l’occasion ?  Nulle chance en cela : une question d ‘état d’esprit, et une attention plus aigue aux occasions qui se présentent à tous, voilà tout, diraient les spécialistes de la question que j’ai déjà étudiés, eux qui ont fait des études basées sur des données statistiques indiscutables quant à ce  qu’ il  est convenu d’appeler « facteur chance ».

 Mais allons droit au but, voilà à quoi je veux en venir… Alors que je réfléchissais tranquillement à la question de plus en plus urgente et importante à mes yeux de la possibilité d’une adhésion directe au Front de Gauche plutôt qu’à ses composantes,  je suis tombé dans le même laps de temps très court sur :

 1. une invitation à la réunion d’une association, sur mon département,  dont la vocation est justement celle-ci : de permettre la rencontre et les échanges entre les différentes composantes et les sympathisants du Front de Gauche. L’objectif est de mettre en commun les idées et les initiatives  de ceux qui ne veulent pas se voir enfermés dans tel ou tel parti. Nombreux sont ceux qui en effet  ont été très enthousiasmés par la dynamique créée par le Front de Gauche lors des dernières élections. Ils ne veulent donc plus se retrouver recroquevillés dans leur seul petit parti, lequel ne leur offre pas toujours de surcroît les moyens d’utiliser leurs compétences personnelles au service du collectif.

 2. Les réflexions de certains blogueuses/blogueurs et/ou lecteurs, qui souhaitent se voir proposer cette opportunité, et qui ne comprennent pas pourquoi techniquement cela n’est pas encore possible,  alors qu’ils ont vu plusieurs fois posée cette question, demeurée sans réponse.

 3. Et enfin, cet article d’un blog de Médiapart qui me semble très bien introduire le débat que je veux voir traité ici : quelle évolution pour le Front de gauche ? dont le point de l’adhésion directe n’est qu’une première étape, en nécessitant bien d ‘autres pour garantir son efficacité à long terme.

 Aussi, il m’a semblé intéressant de lancer la discussion  en faisant appel à vos commentaires, plutôt que de vous asséner mes propres vérités. J’en ai quelques unes, pas forcément agréables à entendre par des responsables de partis (surtout localement…), sur le sujet, mais je trouve bien plus intéressant de le voir exprimer par d’autres, avec leurs mots. Alors, à vos claviers !

 Et puis tiens : je m’en vais  profiter de ce billet  pour inviter mes collègues à se lancer dans le débat en traitant ce thème,  précisément, s’ils le souhaitent, avec leur façon si différente mais si utile et complémentaire de bloguer, chacun avec le ton qui sera le sien : j’en appelle donc à Romain, Annie, Sidné,  Corinne, Nathanaël, Stéphane et Nico  dans un premier temps pour qu’ils réagissent à cette première salve. A eux de la poursuivre. Moi, j’ai fait mon taf pour aujourd’hui. Crevé. Mal la tête. 

21 réflexions sur “Adhésion directe au Front de Gauche : un passage obligé de son évolution ?

  1. Moi aussi je voulais rejoindre le Front de Gauche, mais c’est trop long d’attendre, alors j’ai signé avec le pégé, où j’ai mes potes depuis une année, et on verra pour la suite…

    l’engagement, c’est maintenant!!!

    J'aime

  2. Je m’y mets demain, promis! Car je pense beaucoup comme toi. Mais aujourd’hui c’est réunion! Place aux discussions. Le tour de table d’abord…je finis pas avant 23 heures…VIVE L’USINE!

    J'aime

  3. Une question me turlupine depuis un moment, sur l’aspect représentatif d’une adhésion directe.

    Chaque adhérent d’un parti membre du FdG prend part en tant qu’individu aux processus de décision de son propre parti. Il ne le fait pas directement au niveau des décisions du FdG.

    Si j’adhère individuellement au FdG, comment ma voix sera-t-elle comptée? ma légitimité sera-t-elle égale à celle d’un parti entier?

    Si on admet l’adhésion directe, de deux choses l’une:
    – soit la possibilité de prendre part aux décisions n’existe pas; dans ce cas, l’adhésion directe ne présenterait qu’un intérêt limité
    – soit on accepte que 1 membre individuel = 1 voix: alors les membres individuels des partis ne sont-ils pas en droit d’exiger une « double appartenance »…?

    J'aime

  4. C’est trop tard, le Front de Gauche est mort depuis un moment déjà. Souviens-toi, cela s’est passé un certain 22 avril 2012 lorsque Don Quichotte s’en est allé combattre les moulins de Hénin Beaumont, abandonnant ses ouailles déroutées et dégoutées…

    J'aime

  5. Comment fonctionne la siryza grecque, ou izquierda unida en Espagne, qui sont aussi des regroupements structurés et permanents (en non de simples cartels électoraux) de partis politiques qui ne se sont pas dissous dans l’organisation ?
    cela serait intéressant de le savoir.
    Prière de ne pas rire mais chez nous, l’UDF avait également des adhérents directs, je propose de demander conseil à Raymond Barre.
    Le truc en fait c’est que les adhérents directs devraient se structurer eux mêmes en parti non ?

    J'aime

  6. Je ne me sens pas représenté par Chassaigne et son groupe qui vote tantôt avec le Parti Sournois , tantöt contre et parfois ils s’ abstiennent
    Je suis dans l’ opposition au libéralisme et les Sournois ne sont pas mes amis tant qu’ils m’entrainent dans le talus
    Je crois que comme beaucoup au FDG ne voient que la lutte des places , je vais retourner à simplement m’ occuper de ma famille et mes animaux
    Qu’ils dégagent tous

    J'aime

  7. Quand je suis venu donner un coup de main pour les campagnes, moi aussi j’ai vu des gens non encartés qui étaient là aussi, et qui auraient désiré adhérer au FdG, mais ni au PG ni (encore moins) au PC. Il y avait un rassemblement, un programme, un boulot, du militantisme.. le reste, les querelles de chapelles ne les intéressaient pas. Là non plus, ils n’ont pas eu de réponse.

    J'aime

  8. J’ai filé un coup de main au FdG pour la campagne des législatives. Il etait clair que les choses etaient faites pour ne pas gagner. Les electeurs FdG de la présidentielle ont été floués. Désormais je milite uniquement pour le tirage au sort et les conférences d’Etienne Chouard. Que le FdG aille chercher ses voix chez ses chers amis socialos de « gôche »…

    J'aime

  9. Bonsoir, ancienne militante PCF, je me suis engagée avec le Front de Gauche pendant la campagne électorale, et là, j’avoue, c’est la frustration complète et totale ! J’aurais envie de militer dans ce mouvement qui m’a enthousiasmée avec ce beau programme de l’Humain d’abord; J’avais cru comprendre que ce n’était pas qu’électoral, mais comment faire avancer nos idées si nous ne pouvons nous rassembler pour en discuter et les essaimer ? Alors, oui, j’aimerais vraiment que ce mouvement se structure !

    J'aime

  10. Bpnjour,
    pour que les sympathisants du FdG en Meurthe et Moselle puissent être acteurs à part entière du FdG, nous créons une association pour les sympathisants pour la diffusion, la défense et l’enrichissement du programme « l’Humain d’Abord » du FdG. Cette association sera partenaire des partis du FdG, ses adhérents participeront aux assemblées citoyennes et actions communes. Nous travaillons pour qu’elle soit représentée au Comité de Liaison Permanent du FdG 54. Quand cela sera acquis l’adhésion à l’association vaudra adhésion directe au FdG
    Son AG constituante est le 17 nov au Grand Sauvoy, 17 route de Metz, bus 131, 132?,133 arrêt Brasseries;
    Adresse de contact : aalvarenga@sfr.fr

    J'aime

Les commentaires sont fermés.