Soutenons l’action du Robin des Bois de l’information #FreeAssange

« WikiLeaks : Assange appelle les États-Unis à cesser la chasse aux sorcières »

J’ai vu certains blogueurs se gausser sur twitter de ce qu’un phénomène médiatique (les Pussy Riot) semblait en chasser un autre, et que l’indignation remplace une autre indignation, dans une sorte de sempiternelle course à l’échalote… je tiens à leur répondre  que les cris du cœur sont les seuls à pouvoir se partager et se démultiplier sans nous diminuer. Celui que je veux lancer aujourd’hui concerne le fondateur de WikiLeaks, pour lequel j’ai souvent pris parti ici. Il s’est donc adressé hier pendant une dizaine de minutes aux journalistes et autres nombreux curieux qui se massaient sous le balcon de l’Ambassade de l’Equateur, où il s’est réfugié pour demander sa protection. Cela ne s’est pas fait bien sûr sans une étroite surveillance de policiers qui auraient  bien voulu lui mettre la main sur le paletot… En effet,  les anglais cherchent à l’extrader en Suède où il est accusé d’agression sexuelle. On craint que les amerloques en profitent pour l’extrader également chez eux pour y répondre d’un crime bien plus important à leurs yeux : la divulgation de milliers de télégrammes diplomatiques américains par WikiLeaks, ce qui pourrait être passible de la peine de mort dans certains états. Bien sûr, on trouvera aisément quelque pseudo expert comme il en fourmille dans toutes les  rédactions pour nier la réalité du danger encouru. Pourtant, si Julian Assange a pris la peine d’épeler dans son allocution la liste des pays d’Amérique centrale ou du Sud qui ont fait connaître leur soutien à l’Equateur dans cette affaire,  ce n’est pas  sans raisons :« l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Salvador, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, l’Argentine, le Pérou, le Venezuela et tous les autres ». Tous ces pays appartenant au bloc ALBA défendent farouchement la décision équatorienne d’accueillir Julian Assange, allant jusqu’à menacer de saisir la Cour Internationale de Justice si les britanniques continuaient de faire obstruction à cette volonté démocratique, ce qui place l’Angleterre dans une position très inconfortable

Souhaitons dans tous les cas  un heureux dénouement de la situation personnelle de celui qui a reçu la médaille d’or de la Sydney Peace Foundation  « pour honorer son “courage exceptionnel dans la défense des droits de l’Homme”. Seul modérato personnel que je souhaite apporter toutefois à ce soutien : j’ose espèrer qu’Assange et ceux qui l’entourent n’utilisent pas l’argument de la défense de la liberté d’expression, d’information, et plus largement des droits de l’homme pour l’absoudre de son éventuelle responsabilité dans une affaire de mœurs dont nous ne savons pas grand chose…  Ce serait détestable et j’en serais assez meurtri, car tout aussi respectueux du droit des femmes à disposer de leur corps comme elles l’entendent que de la défense de la liberté d’expression et d’information.

La vidéo de son allocution est visible ici :

http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/5031018d06361d71b70001fc/2ec5c09e5f6949579d33259bda62bc38?exported=1

.

5 réflexions sur “Soutenons l’action du Robin des Bois de l’information #FreeAssange

  1. Salut, GdC et les autres. Pour cette histoire de sexe, on ne peut que reprendre ce qu’en ont dit les victimes elles-mêmes : il semble qu’il ne se s’agisse que d’une relation consentie, mais sans protection. Bien que non souhaitable sans doute, c’est loin d’une accusation de viol. Pas de quoi créer une crise internationale aiguë.

    En revanche, les USA eux aussi se retrouvent sans protection, après la publication de milliers de dépêches démontrant abondamment leur duplicité partout dans les relations diplomatiques. Qui n’applaudit pas pourrait même révéler sa complicité avec Washington.

    J'aime

  2. A un moment donné le même ministère américain déclarait que -« les révélations de wikileaks ne prêtaient guère à conséquence compte tenu de ce que ces info’ étaient déjà plus ou moins publiques par le soin des services de la communication du Secrétariat à la Défense, que le seul tort se résumait à une « transcription de documents officiels » qui pourrait faciliter la reproduction des entêtes et tampons par des terroristes potentiels… » .
    Faudrait savoir hein? Si vaut la peine de mort ça, qu’est-ce que couterait un vol de sucettes et un recel de bâtons? Le coup « du trou du cul » qui a tjrs été en vogue dans les mesures visant à porter le discrédit sur quelqu’un n’est pas neuf non plus, on s’étonne encore qu’une telle gluante mayonnaise ne serait-ce qu’un peu.
    Steph.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.