Put in #freePussyRiot

Les Pussy Riot au tribunal. (source : Twitter/@hegtor)

Nous venons donc d’apprendre que les Pussy Riot ont été condamnées par un juge de Moscou pour « hooliganisme« , « vandalisme motivé par la haine religieuse » et tutti quanti… à deux ans d’enfermement ! Dans la série « quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage…  Triste temps pour la liberté d’expresssion dans le monde. On comprend mieux qu’un tel régime hésite à condamner celui, sanguinaire, de Bachar El Assad. Qui se ressemble…

PS. : La vidéo de leur « crime » est visible ici :   http://www.20minutes.fr/monde/russie/986935-russie-pussy-riot-jugees-coupables-vandalisme-motive-haine-religieuse#ooid=Jma29zMzpGvh9lAkTXBgTleYMwHNkAIW

Mieux les connaitre > Les inrocks : trois filles, trois portraits

 

6 réflexions sur “Put in #freePussyRiot

  1. Oui, la liberté d’expression est au plus mal. Le gouvernement britannique risque de donner l’assaut à la légation équatorienne après avoir pris la précaution (oratoire ?) de récuser son inviolabilité (ce qui équivaut à un acte de guerre, et reste inédit à ce jour) pour récupérer Assange afin qu’il finisse dans une geôle étatsunienne, couloir de la mort. Le chef de l’Etat libyen termine massacré ignomineusement hors de toute loi internationale. Les chefs d’États sud-américaine « non-conformes » sont chassés par des coups d’États. Les prélats ouvertement « pour le Peuple » sont limogés pour les remplacer par des créatures des pires officines du Vatican.

    Dans notre pays même, des esprits simplement lucides sont ballotés par des procès mettant en doute leur droiture, comme René Balme (simple exemple parmi beaucoup d’autres) que son parti dit de vraie Gauche ne défend même pas.

    Dans quel Monde vivons-nous ?

    La Russie, malgré le côté despotique de son gouvernement, est l’un de ces lieux où l’inféodation au Nouvel Ordre Mondial n’est pas encore acquise. Comme le Venezuela, comme Cuba, comme l’Equateur, comme l’Iran, comme la Syrie, comme l’était la Libye, comme l’était l’Irak. Et répétons-le, il ne s’agit pas de la nature d’un gouvernement, mais de sa non allégeance au $¥$T€M. Et beaucoup de gens de gauche, authentiques et magnifiques, se font avaler par la propaganda de l’ogre militaro-financier.

    Citoyens du monde, réagissons, réagissons tous. Il en va de l’avenir de tous, y compris de ceux qui n’y voient rien, n’y entendent rien, n’en disent rien…..

    Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
    Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Lorsqu’ils sont venus chercher les Juifs
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas Juif.
    Puis ils sont venus me chercher
    Et il ne restait plus personne pour protester.

    Martin Niemöller, 1942

    J'aime

  2. Eh, Corto, encore une fois le double langage. Les Pussy Riot vont devoir rester deux ans sous les verrous. En revanche, la Grande-Bretagne, qui n’est pas à la traîne pour dénoncer ce verdict, veut tout faire pour nier le droit d’asile à un homme qui l’a obtenu de l’Équateur, et qui risque pour sa part une condamnation à mort dans une prison US. Incidemment, les organes de presse qui ont publié ses révélations ne sont, eux, pas du tout inquiétés.

    Or, Assange n’a fait que dénoncer des forfaitures, des scandales, des relents de politique sale, comme le soldat Bradley Mannings c’est tout simplement un héros.

    J'aime

  3. Un côté extrêmement inquiétant de la mondialisation est cette ouverture qui fait que tout le monde se mêle des affaires de tout le monde. A ce petit jeu là l’expérience a montré que ce sont toujours les mêmes,ceux qui détiennent les puissances médiatiques et militaires, qui imposent leur vision de la démocratie. Les bons sont éternellement bons,les méchants de mêmes. Voilà pour le fond. Quant à la forme,je dirais que la démocratie russe n’a rien à envier à la démocratie libérale. Toute deux écrasent leurs opposants. Quand deux dictatures s’opposent pour la domination du monde,les peuples trinquent…Le peuple Syrien aujourd’hui,comme d’autres hier…
    Alors revenons à ces fameuses Pussy Riot. Il me semble que c’est presque anecdotique. La Russie représente désormais le mal absolu. Comme au bon vieux temps de la guerre froide. Elle sera sujette à une diabolisation systématique de la part des médias. Aujourd’hui ce sont ces punks,ça aurait pu être n’importe quoi d’autre ,et demain ce sera tout et n’importe quoi d’autre!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.