l’indignation est mondiale, la répression nationale. Urgent, agir…

Démocratie avez-vous dit ?

Partout le scénario est le même. Face aux dégâts de la politique austéritaire et des conséquences sur la population d’une crise qui n’est pas la nôtre mais celle d’ élites dirigeantes qui ont gravement failli, des peuples osent se rebeller, sortir de l’ombre, revendiquer des droits, pour certains fondamentaux : se loger dignement, avoir accès aux soins, à l’emploi, à l’éducation et à la formation, bénéficier tout simplement de ressources qui leur permettent de vivre… Rien de bien extraordinaire. Que du basique. Je ne parle même pas des droits sur internet, de la liberté de la presse et de la pluralité de l’information, sujets je suis également sensible…

Pourtant, partout, les gouvernements, faute de réponses adaptées, imaginatives, alternatives, et suffisantes, parce qu’ils ne veulent pas remettre en cause un système libéral auquel ils sont attachés parce qu’il les sert (alors qu’il fait pourtant chaque jour la preuve de ses limites…), se réfugient dans des mesures qui constituent de fausses réponses, clairement attentatoires à nos libertés publiques. En Allemagne, la tentative d’interdiction illégale d’une manifestation anti-austérité pourtant pacifique, à Francfort… En France, sous Sarkozy, on tente de criminaliser le mouvement social et de transformer les syndicalistes en délinquants. En Angleterre, au moment des émeutes de l’année dernière, on prétend sérieusement censurer les réseaux sociaux comme à la belle période des révoltes arabes dont on raillait pourtant le caractère anachronique…. quand c’était ailleurs. Au Québec, on vient d’adopter une loi qui interdit les manifestations étudiantes, véritable phénomène de régression des libertés publiques et négation de nos droits d’expression les plus fondamentaux. En Italie, le simple fait d’être de gauche ou anarchiste peut vous valoir au mieux une fouille en règle et au pire de l’emprisonnement pour cause de paranoïa anti brigades rouges… simplement parce que des citoyens osent protester contre le pouvoir sans partage des banques et du système financier sur leurs vies. Une rébellion qui va jusqu’à attaquer manu militari les services du fisc. Je ne cautionne pas, mais je comprends. Partout dans le monde, aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Espagne, et ailleurs, des camps d’indignés sont démantelés par la force… Toujours et partout, depuis des mois, dans le monde occidental, cette logique d’impuissance des pouvoirs en place qui les conduit à se réfugier dans l’autoritarisme, dont on peut craindre qu’il ne se transforme un jour ou l’autre en fascisme pur et dur, face à l’augmentation de l’intensité de la rébellion, et l’absence de réponses concrètes à la colère sociale qui s ‘exprimera de plus en plus fortement et durement dans les années qui viennent si rien ne change.

Et nous, fasse à cela, on fait quoi ? On élit Hollande…. Misère… je crois bien qu’il va falloir trouver autre chose comme mode d’action véritablement efficace, sans attendre le « grand soir » que ces gens là ne nous promettent surtout pas : ils en vivent eux aussi, et très bien, de ce système, depuis trente ans…. Il est urgent d’agir. Mais comment ? Je crains que les moyens démocratiques usuels ne suffisent pas compte-tenu des forces en présence qui très clairement tentent de museler les peuples pour la défense de leurs seuls intérêts.

.

9 réflexions sur “l’indignation est mondiale, la répression nationale. Urgent, agir…

  1. Je suis en gros à peu près d’accord avec tout ton article,
    Sauf sur ta conclusion
    « Il est urgent d’agir. Mais comment ? Je crains que les moyens démocratiques usuels ne suffisent pas compte-tenu des forces en présence qui très clairement tentent de museler les peuples pour la défense de leurs seuls intérêts. »
    Donc si je comprends bien, supprimons la démocratie, supprimons les élections, supprimons le parlement, puisqu’il est issu des élections.
    et on les remplace par quoi?
    Allez, j’attends les réponses
    des assemblées o* on vote à main levée, des comités? comités d’ouvriers, comités de quartier, comités d’usagers, un comité pour réunir tout çà, (qu’on appellerait comité central)?
    Et comment on y arriverait, puisque tout le monde n’est pas d’accord, moi le premier?
    En interdisant que je parle? en m’expliquant que j’agit contre le peuple et qu’il faut me rééduquer?
    Je ne sais quel est ton âge, mais cela on l’a déjà expérimenté et essayé de le faire vivre. Le slogan « Elections pièges à cons », je le criais en 68. Et çà a donné les années 70, les NAP, la bande à Baader en Allemagne, les brigades rouges en Italie, Action Directe en France.
    Tu veux revivre çà? les attentats, les assassinats politiques? Parce que forcement il y a des gens qui seront contre et qui ne se laisseront pas faire?;
    çà a commencé en Italie: une jeune fille morte, 7 blessés à Brindisi
    J’ai vécu en Tunisie, je vis en Egypte, il y a des gens qui sont morts et qui meurent encore pour pouvoir mettre un bulletin qui compte dans l’urne.
    Réfléchis bien.

    J'aime

  2. @tebruc : désolé, mais j’en arrive compte-tenu de la situation, malgré mes convictions non-violentes, à éprouver parfois franchement des envies d’explosions bancaires… et d ‘attentats pâtissiers. yen a marre.

    J'aime

  3. @gauchedecombat. je comprends cette indignation et ces envies. Pour faire évoluer les mentalités, je ne suis pas contre des actions médiatiques bien ciblées, qui trouvent un écho chez les gens, qui les fassent réfléchir. Les actions comme celles de Greenpace pour les baleines ou les intrusions dans les centrales sont ce type d’action, non violent, approuvées par une majorité de personne et qui font progresser les idées.
    Mais gardons la démocratie et le suffrage universel comme le revendique d’ailleurs JLM
    ci joint une excellente interview (à partir de 2’30, ce qui est avant a peu d’intérêt)

    J'aime

  4. Au Québec, les jeunes, les étudiants, leurs parents sont dans la rue. Le Pouvoir (Charest) leur tape dessus, fait voter des lois pour les contraindre judiciairement, ils sont toujours dans la rue. Qui va lâcher ? J’ai reçu de Robert Bibeau un mail vengeur. Il l’a même publié sur mon ancien site, Dazibaoueb.
    http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=29773

    Hélas pour Tebruc, les urnes, si elles sont pour le moment incontournables, ne suffisent pas. La morgue des Grands De Ce Monde (j’ai encore des majuscules en stock) est telle, que tous les moyens sont bons pour desserrer leur emprise.

    J'aime

  5. « Et nous pendant ce temps, on lit Hollande : misère! »
    Je ne suis pas plus ravie par l’élection de Hollande, mais je suis tout de même moins pessimiste.
    Je suis au Québec, étudiante en grève depuis 14 semaines, assommée par la loi d’hier (je ne pensais pas pouvoir vivre ça…), ayant trop peur d’être arrêtée puis expulsée pour participer aux manifs, dont très très frustrée.
    Mais je remarque que depuis 2 semaines, dans les discussions, ça donne assez souvent ça « Oui, on a Charest (le premier ministre du Québec) et c’est l’enfer. Mais regarde, en France, ils ont élu Hollande : il y a de l’espoir! »
    J’aurais vraiment préféré Mélenchon comme président, pas de comparaison possible, mais le simple fait de l’élection des socialistes, en fait, ce n’est pas tout à fait rien 🙂

    J'aime

  6. @claire : je crains qu’au Québec, vous ne courriez vers de graves désillusions en vous réjouissant de l’élection de Hollande : il n’est pas de gauche, mais du centre. Et nous nous marrons déjà de ses déclarations contre la finance, lui qui ‘na qu’une épée de bois !

    J'aime

  7. Ah mais je ne me fais aucune illusion sur la présidence Hollande, mais il faut aussi avoir une idée de ce qu’est l’échiquier politique au Québec…c’est d’un déprimant… : à droite, un parti libéral au pouvoir, qui est donc de droite et contre l’indépendance du Québec (PLQ) ; ainsi qu’un autre parti (CAQ) qui a appuyé la fameuse loi spéciale et qui ressemble, de mon œil hyper objectif, à un rassemblement de vieux réac nationalistes (mais l’indépendance seulement quand le Québec sera plus riche).
    On a ensuite le Parti Québécois (PQ), au passé social-démocrate et indépendantiste, qui aujourd’hui ne sais plus si il est toujours social-démocrate ou juste à droite, et ne sais pas non plus si il est indépendantiste. C’est le 2e parti au Québec… oui, c’est extrêmement réjouissant..
    Et puis il y a Québec Solidaire (QS), considéré ici de la même manière que l’on voit, disons, LO en France. En fait, ils ressemblent plutôt à l’aile gauche du PS. Ils ont 1 député, et dans les meilleures vision du futur proche, ils en auraient 2….
    Autrement dit, l’alternative possible au parti libéral ici, c’est soit les vieux réac, soit les nationalistes qui ne savent plus qui ils sont. Le système électoral est à un seul tour, massue du vote utile…
    Le Québec aime dire qu’il est de gauche : il se ment.
    Le Québec est à gauche, dans une perspective nord-américaine, qui fait, par exemple, qu’Obama est de gauche…
    J’ai bien des copains vraiment à gauche, mais ils ont terriblement conscience de leur position minoritaire…

    Alors vu d’ici, Hollande ça donne de l’espoir. Je sais bien que ça ne durera pas longtemps. Mais ça leur semble suffisamment encourageant, que la France qui avait élue Sarkozy vote cette fois-ci « gauche », eux-même se disent qu’ils vont peut-être réussir à virer Charest…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.