La politique française, une photo de carnaval ? Elle mérite mieux.

ce genre d'information qui tue la démocratie...

L’ampleur que prennent certains micro-événements d’ordre privé à l’approche d’échéances politiques majeures confine parfois au simple  ridicule, auquel tout  un chacun participe, de son niveau… et selon ses compétences. Cette scène autour de la personnalité (enfin) controversée de DSK en est un bon exemple. Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant (comment ont-ils pu y échapper malgré le battage médiatique, c’est un mystère…), il s’agit d’une petite sauterie donnée par Julien Dray à l’occasion de son anniversaire. Il avait invité entres autres Valls, Royal et Moscovici. C’est en tous cas ceux dont on parle plus volontiers, car je n’ai pas la liste exhaustive, juste celle donnée par des médias complaisants que cela arrange bien de ne voir désignés que ceux qui ont une place dans la campagne, comme par hasard. Quand on sait d’où vient l’information, on peut en effet éprouver des doutes sur l’esprit d’objectivité qui est à l’origine de cette révélation. Tant d’informations concernant DSK, dont on sait tout le mal qu’il peut faire au PS et au candidat socialiste ne nous adviennent certainement pas par hasard. Surtout venant potentiellement du camp de quelqu’un dont on sait qu’il est prêt à tous les coups bas pour assurer sa victoire, qui le protège des foudres de plus en plus proches de la justice. Et la thèse sarkozyste selon laquelle tous les journalistes seraient de dangereux gauchistes qui tentent tous de le déstabiliser résiste difficilement à l’analyse.  Bref, on nous dit que tous ces individus auraient eu un haut le cœur en apprenant ou voyant (certains n’auraient pas été au courant) que DSK était présent. Ils se sont enfuis pour l’éviter, et ne pas donner à voir que leur précieuse image serait associée de quelque façon que ce soit à cette personnalité si peu porteuse, électoralement et moralement parlant. Pourtant, certains en furent bien proches… Hypocrisie de ce monde là. Inutile d’en rajouter, sous peine de nourrir davantage qu’il n’en est besoin le dégoût du politique, qui n’a pas besoin de cela, et fait le jeu de gens bien peu démocrates. Dans ce bal des hypocrites préjudiciable à la démocratie, si l’on tient compte de l’impact que ce genre d’informations peut avoir sur le commun des mortels, faiblement ou pas politisé, chacun a sa part de responsabilité. Et notamment, et aussi, qu’ils s’en défendent ou pas, les journalistes. Car quand on voit la manière dont certains faits sont plus volontiers traités que d’autres, et dans un esprit si partisan, comme sur ces fâcheuses chaînes d’information continue qui ne peuvent que difficilement faire leur boulot correctement,  et qui manquent quelque peu de sérieux au point de pouvoir être prises en défaut quasiment à chaque séquence,  on en arrive à se demander si ceux qui officient sur ces chaînes là sont titulaires d’une carte professionnelle. je connais des blogueurs politiques plus sérieux et compétents.

9 commentaires

  1. Libye : Bachir Saleh est bien visé par un mandat d’arrêt transmis par Interpol.

    L’ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi, Bachir Saleh, qui se trouve actuellement en France, fait bien l’objet d’un mandat d’arrêt signalé par Interpol à la demande de Tripoli, a indiqué à l’AFP l’un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi.

    Interrogé par RTL lundi matin, le Premier ministre, François Fillon, avait affirmé qu’il n’y avait « aucune trace d’un mandat international » visant Bachir Saleh, ajoutant : « J’imagine que le gouvernement français serait au courant ».

    Interpol a cependant publié une notice rouge, consultable sur internet, concernant un certain Bashir Al-Shrkawi, de nationalité libyenne, qui est recherché pour fraude par Tripoli.

    Joint par téléphone, Me Ceccaldi a confirmé que M. Shrkawi était bien Bachir Saleh, et s’est insurgé contre la notice rouge diffusée par Interpol.

    « Comment Interpol peut-il diffuser un ordre d’arrestation provisoire à la demande des autorités libyennes? », a-t-il demandé. « Qu’est ce que la Libye? Les islamistes de Tripoli? Les sécessionnistes de Bengazi? Les bandes armées de Misrata? »

    « Quel pays démocratique prendrait le risque d’arrêter quelqu’un pour le transférer en Libye? » a-t-il poursuivi, tout en s’interrogeant sur les raisons des poursuites libyennes.

    « M. Saleh a vécu pendant trois mois en Libye après la chute de Kadhafi avant de passer librement en Tunisie par un poste frontière », a-t-il ajouté.

    Selon l’avocat, son client possédait un passeport diplomatique nigérien, version contredite par le ministère nigérien des Affaires étrangères.

    « Non, Bachir Saleh n’est plus en possession d’un passeport nigérien », a déclaré à l’AFP une source au sein du ministère. Quand cette « affaire » de passeport a commencé en mars « à faire grand bruit au Niger », il « a décidé lui-même de restituer le passeport diplomatique qui lui avait été donné ».

    Le Premier ministre français François Fillon a assuré lundi que M. Saleh, qui vit en France et est recherché par Interpol pour fraude, disposait d’un « passeport diplomatique du Niger » et est donc « protégé par l’immunité diplomatique ».

    Ancien président d’un fonds d’investissement libyen en Afrique, M. Saleh a été accusé par Mediapart d’avoir été le destinataire d’une note portant sur un soutien libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Me Ceccaldi a rejeté ces accusations.

    « Ce genre de question n’entrait pas dans les prérogatives de M. Saleh », a déclaré Me Ceccaldi, précisant qu’en 2006, son client n’était plus directeur de cabinet de M. Kadhafi.

    « Croyez-vous que dans des affaires de cette nature, un PV serait dressé ? », a-t-il interrogé au sujet de la note publiée par Mediapart.

    L’ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye qui vit en exil à Doha, Moussa Koussa, que Mediapart a présenté comme le signataire de la note, a qualifié dimanche ce document de faux.

    Les notices rouges sont l’un des moyens par lesquels Interpol informe ses pays membres qu’une demande d’arrestation et d’extradition a été délivrée par une autorité judiciaire à l’encontre d’une personne. Il ne s’agit pas de mandats d’arrêt internationaux, Interpol n’envoie pas de policiers arrêter la personne.

    Interpol respecte la souveraineté de chaque Etat, ainsi chaque membre est libre d’engager ou non les moyens pour procéder à l’interpellation si la personne recherchée se trouve sur son territoire.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120430.AFP4766/libye-bachir-saleh-est-bien-vise-par-un-mandat-d-arret-transmis-par-interpol.html

    J'aime

  2. ALERTE – Bachir Saleh, ex-dignitaire de Kadhafi, n’a plus de passeport nigérien, selon le Niger.

    NIAMEY – Bachir Saleh, ex-dignitaire libyen proche de Mouammar Kadhafi, dont le nom est cité concernant un supposé financement libyen de la campagne du président français Nicolas Sarkozy en 2007, n’a plus de passeport diplomatique nigérien, a affirmé lundi le ministère nigérien des Affaires étrangères.

    « Non, Bachir Saleh n’est plus en possession d’un passeport nigérien », a déclaré à l’AFP une source au sein du ministère. Quand cette affaire de passeport a commencé en mars à faire grand bruit au Niger, il a décidé lui-même de restituer le passeport diplomatique qui lui avait été donné.

    Le Premier ministre français François Fillon a assuré lundi que M. Saleh, qui vit en France et est recherché par Interpol pour fraude, disposait d’un passeport diplomatique du Niger et est donc protégé par l’immunité diplomatique.

    (©AFP / 30 avril 2012 14h28)

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Bachir_Saleh_ex_dignitaire_de_Kadhafi_n_a_plus_de_passeport_nigerien_selon_le_Niger98300420121430.asp

    J'aime

  3. C’est malin, un homme recherché par Interpol se trouve en France, or, Interpol a son siège en France (à Lyon, comme tout le monde le sait). On peut dire que cela fait désordre. Mais avec la troupe de clowns qui hante la rue du Faubourg, tout est devenu possible (à part les actions légitimes, bien sûr).

    J'aime

  4. Pourquoi le gouvernement français protège-t-il Bachir Saleh, l’ex-trésorier de Kadhafi ?

    Hein ?

    Pourquoi ?

    Dimanche 29 avril 2012 :

    Recherché par Interpol, un ancien dignitaire de Kadhafi se trouve en France.

    Ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi, Bachir Saleh, qui a démenti avoir été destinataire d’une note citée par Mediapart à propos d’un soutien libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, est recherché par Interpol pour fraude et se trouve actuellement en France.

    L’ex-trésorier de Mouammar Kadhafi « se trouve en France », a déclaré dimanche à l’AFP son avocat, Me Pierre Haïk, confirmant une information déjà publiée début avril par le Canard Enchaîné. L’avocat s’est adressé à l’AFP pour diffuser une déclaration de son client mettant en doute l’authenticité d’un document cité par Mediapart.

    Celui qui a servi comme directeur de cabinet de Kadhafi et comme président d’un fonds d’investissement libyen en Afrique, est visé à la fois par des sanctions économiques de Washington et par une « notice rouge » d’Interpol en vue de son extradition vers la Libye pour « fraude ».

    Ses photos publiées sur le site internet d’Interpol ont été authentifiées par l’AFP à Tripoli. Toutefois, sur la fiche d’Interpol, il est identifié sous le nom de Bashir Al-Shrkawi, né en 1946 à Agadez, au Niger, de nationalité libyenne.

    Le Niger lui a délivré un passeport « sur le conseil et la pression d’un pays européen » avant de l’annuler, avait déclaré en mars un haut responsable militaire nigérien, le colonel Djibou Tahirou, à l’AFP en refusant de révéler le nom de ce pays européen. Le passeport « disait qu’il était un conseiller (politique) bien qu’il n’ait jamais été conseiller du gouvernement du Niger », a souligné le responsable nigérien.

    A Paris, le ministère de l’Intérieur n’a pu être joint pour confirmer cette présence en France de Bachir Saleh et son statut.

    Le Canard Enchaîné avait affirmé début avril que Saleh avait obtenu « au nom du regroupement familial » un titre de séjour en France où il serait arrivé en provenance de l’île tunisienne de Djerba dans des conditions difficiles à établir.

    Bachir Saleh a démenti dimanche avoir été le destinataire d’une note publiée par Mediapart sur un accord libyen pour financer la campagne de M. Sarkozy en 2007. Il a émis « les plus expresses réserves sur l’authenticité de la note publiée par Mediapart et opportunément présentée comme constituant la preuve d’un financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy », selon sa déclaration transmise par son avocat. M. Sarkozy a qualifié d' »infamie » les accusations sur un soutien libyen à sa campagne de 2007.

    En outre M. Saleh, a démenti « catégoriquement avoir participé à une réunion le 6 octobre 2006 au cours de laquelle un accord aurait été conclu en vue de déterminer les modalités d’un soutien financier à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy ».

    Selon le document en arabe publié samedi par Mediapart, ont participé à cette réunion côté libyen, « le directeur des services de renseignements libyens (Abdallah Senoussi, ex-chef du renseignement militaire et beau-frère de Kadhafi actuellement détenu en Mauritanie, ndlr) et le président du Fonds Libyen des investissements africains (Bachir Saleh, ndlr), et du côté français M. Brice Hortefeux et M. Ziad Takieddine ».

    La note porte la signature de Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye.

    L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, mis en examen dans le volet financier du dossier Karachi, a dit reconnaître la signature de M. Koussa sur le document, mais qu’il n’avait « pas assisté à cette réunion », qui cependant « a pu avoir lieu ».

    L’ex-ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a dit à Mediapart n’avoir « jamais rencontré Moussa Koussa et Bachir Saleh ».

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20120429.AFP4710/recherche-par-interpol-un-ancien-dignitaire-de-kadhafi-se-trouve-en-france.html

    J'aime

  5. @babelouest : je me disais comme cela ua fond de ma petite tête qu’il va bien falloir un jour que nous nous connaissions pour de vrai. Tu me sembles quelqu’un de bien, et j’en éprouve le besoin, même si je sais que nous sommes loin….

    J'aime

  6. c’esy à eux que je pense, effectivement. ne pas oublier que si nous avons les moyens de déceler les supercheries médiatiques, tout le monde n’en a pas les moyens, le temps, la possibilité. Ils abusent le peuple, sous prétexte de transparence, alors qu’il devrait y avoir une hiérarchie dans les sujets traités. Tout ne vaut aps tout. Je suis de plus en plus sidéré par le manque de respect de règles déontologiques de trop de journalistes. le journalisme français est tombé bien bas… Journalisme morandinesque qui méprise le peuple sous prétexte d’être populaire. Le peuple mérite lui aussi une information de qualité, et pas cette daube.

    J'aime

  7. Il y a des noms de chroniqueurs qu’on associe difficilement à l’objectivité et à la distance journalistique, qualités dont, je le concède, la présence est difficile à cultiver faute souvent de temps, en raison de pressions, voire de menaces. Quelques-uns y parviennent, au prix de procès visant à les faire taire. D’autres, apparemment, s’accommodent plutôt bien du système : il n’est pas certain que leurs lecteurs, en revanche, n’en pâtissent pas.

    J'aime

  8. Bonjour.N’empèche,chaque jour qui passe,j’ai le moral quidescent dans les chaussettes .Je ne suis plus si sur que çà du départ de notre Lider Minimo.Désolé.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.