la gauche critique est-elle noyée sous la sauce hollandaise ?

Dans la série désenfumage de cette formidable entreprise de fabrique du consentement à laquelle nous pouvons assister aujourd’hui de manière de plus en plus évidente, j’ai trouvé deux pièces intéressantes qu’il convient d’ajouter au dossier.

Tout d’abord, un billet du Blog à Nico, que je ne connaissais pas, impossible à résumer tant il est long, et dense, mais qui permet de déciller ceux qui auraient encore des illusions sur la nature du pouvoir confié au futur président. Il y convoque Philippe Cohen, de Marianne, Attali, Barbier… et bien d ‘autres.  Ruffin y interroge un certain Doisy, sensé représenter la parole des marchés. Il est vrai que lorsqu’on commence à conseiller 1200 entreprises, ça peut le faire. L’analyse qu’il livre est étrangement convergente de celle de nombreuses voix à gauche, et notamment de votre humble serviteur, qui n’ a pourtant rien d’un fieffé libéral… Le langage du pragmatisme ? J’ai entendu le même type d’analyse sortir en filigrane du reportage dont je vous ai déjà parlé, en Grèce, I love démocracy. Elle veut qu’en gros, les acteurs dominants utilisent nos gouvernants européens comme des marionnettes à la solde de leurs intérêts. Étant donné les forces en présence, j’ai tendance à penser que cela pourrait être vrai, si nous ne nous en mêlons pas, à gauche du PS, et plus largement tous les citoyens qui ne veulent plus de ce système élitiste perverti. La thèse développée dans le billet tourne autour d’une idée simple, souvent évoquée, celle du candidat face aux marchés. Dans l’hypothèse où Hollande était élu, il écrit : « l’ éventuelle élection ne les empêche pas de dormir… loin de là même« . C’est justement ce qui différencie les sympathisants de Hollande de ceux de Mélenchon : l’attitude face aux marchés, aux forces de l’argent, à la rigueur qu’on nous vante comme le seul produit rentable et possible, à droite comme dans une certaine gauche. Hors de l’austérité, point de salut. Mais à qui profite-t-elle ? Quelles sont ses plus-values ? Où va l’argent qu’on nous enlève ? Qui se sacrifie, du plus au moins ?  Hollande, sur le sujet :  » après avoir pourfendu la finance, cet adversaire sans visage, (et s’être excusé à Londres une semaine plus tard), Hollande continue dans sa campagne à refuser ce chantage, et confirme régulièrement sa volonté de renégocier le pacte de rigueur […] Je pense qu’il y a des électeurs socialistes qui pensent sincèrement que c’est possible… Qu’en pensent « les marchés » ? Qu’il va devoir mettre en place les réformes structurelles attendues par le système dominant, mais que cette fois on aura choisi l’acteur adéquat, celui qui va nous faire passer tout ça en douceur, avec finesse et doigté. Il nous fera tout simplement avaler la pilule avec davantage de pédagogie que le gros bourrin qui précède…

Le deuxième document, à présent. On connait les travaux de Pierre Carles, dans les milieux alternatifs. Il reprend un certain nombre d’événements depuis le moment DSK, au temps où il était encore un potentiel candidat chouchou des médias, d’une gauche sûre d’elle qui avait déjà gagné l’élection avant même qu’elle n’ait lieu… Le reportage met certains des acteurs médiatiques principaux devant leurs responsabilités, que la plupart nient, ça va de soi. Puis s’intéresse à la manière dont la candidature de Hollande s’est construite, avant puis après les primaires, le rôle collectif des médias dominants dans cette fabrique du consentement d’un candidat acceptable auquel la plupart participent. On y voit comment les principaux médiacrates propagent éhontément  une certaine doxa libérale sans guère de contre-voix… Et comment ils assènent leur mépris, forts de leur toute puissance, non pas seulement à ceux qui sont à gauche de l’échiquier, mais à tous ceux qu’ils considèrent comme des politiques mineurs à leurs yeux. Ainsi, nous avions oublié cette scène mémorable entre Demorand et Mélenchon à l’époque où le Front de Gauche était prévu à 3%… et où Demorand se permet de le mépriser en utilisant l’argument si faux selon lequel il n’avait jamais été élu au suffrage universel.. Méprisable journalisme qui n’est plus un métier, où l’on se documente avant d’interroger, où l’on n’interroge d’ailleurs plus vraiment, en attendant sur une position d ‘ouverture une réponse, mais où l’on va chercher chez les autres la confirmation de son préjugé, forcément juste. Et l’on s’étonne ensuite qu’un Mélenchon ou un Dupont-Aignan puissent les prendre à parti, s’énerver, les renvoyer dans leurs cordes ? Le mépris de la personnalité de chacun, la force du préjugé qui assène sa seule vérité possible est également une violence. Qui s’en émeut ?

On peut dire après avoir lu l’un et visionné l’autre, que  le candidat qui sera élu sera celui qui aura la faveur des marchés et sera plus présentable et poli que le précédent, tout en donnant l’illusion d’une véritable alternance. De façade ? Au fond, ne sont-ce pas les marchés qui vont dicter leur loi, si personne ne s’y oppose ? J’en connais un seul qui essaie vraiment. On peut apprécier l’efficacité de son combat à la peur qu’il instille et aux tombereaux de merde qui ont été déversés sur lui cette semaine, ce qui me semble un bon indicateur.

J’espère en tous les cas que cette période qui a permis entre autre d’ouvrir les yeux de bien des consciences sur la plus grande entreprise de propagande médiatique de tous les temps débouchera, surtout dans l’hypothèse probable d’un gouvernement dit de gauche, sur une véritable transformation du paysage médiatique français, permettant davantage de pluralité des opinions, et pour reprendre le souhait de Ruffin qui est aussi le mien, sur la naissance d’une télé de gauche… un peu plus critique et compétente que ce à quoi il nous est donné d’assister : une vitrine médiatique devenue simple sous-traitante du capitalisme triomphant.

.

Publié par

GdeC

"Un jour, les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis ". * électron libre, blogue en sniper, avec une fâcheuse tendance à graviter plus volontiers à gauche (j'ai dit à gauche... Vraiment !). Politique et société, droits humains, défense des libertés fondamentales. #athee #antifa - Lutte contre les discriminations (LGBTQphobies - sexisme - racisme - fat shaming) - Anti-autoritaire ("et avec ça, faut-il vous l'envelopper ?")

10 réflexions au sujet de “la gauche critique est-elle noyée sous la sauce hollandaise ?”

  1. Le retraitement du combustible usé de Fukushima est envisageable à la Hague en France.

    TOKYO – Le combustible nucléaire usé entreposé dans les piscines de désactivation de la centrale accidentée de Fukushima pourrait être effectué sur le site de la Hague en France si le gouvernement japonais le souhaite, a déclaré vendredi à Tokyo le président du groupe Areva, Luc Oursel.

    Le retrait du combustible des piscines est confié aux concepteurs de la centrale qui ont les compétences requises, mais nous avons proposé que la France joue un rôle dans le retraitement, a-t-il expliqué lors d’une rencontre avec des journalistes francophones.

    On pourrait imaginer qu’une partie de ce combustible soit pris en charge dans l’usine de la Hague si le gouvernement japonais le souhaite, a-t-il ajouté.

    Traiter du combustible usé qui a été exploité au Japon ou ailleurs fait partie des missions de ce site, a argué M. Oursel, contrant par avance une éventuelle levée de boucliers en France.

    Il y aura bien sûr le cas échéant des mesures particulières à mettre en place, une pédagogie à faire, mais il faut avoir une approche rationnelle, a-t-il insisté.

    http://www.romandie.com/news/n/_Le_retraitement_du_combustible_use_de_Fukushima_est_envisageable_a_la_Hague_67200420121427.asp

    J'aime

  2. Ne s’agissant pas d’un sondage mais d’une analyse sur le comportement post électoral de manière fictive, et d fait qu’il est précisé que l’écrit date du 16 Avril avec publication 6 jours plus tard, l’article ne tombe pas plus sous le coup de la loi . Mais je vais modifier la date de diffusion à …. ce soir 23h59 pour éviter tout problème. Nous verrons bien si deux jours plus tard, cela se déroulera comme je l’ai prévu :p

    J'aime

  3. Bonjour.A propos du « souhait » de votre dernier paragraphe,je crains que mème une victoire de la gauche le 6 mai ne soit pas suffisante.Je me rappelle l’éviction de Bernard Langlois du journal de Midi soit disant pour un « manque de respect » lors de la mort de Grace Kelly puis la reprise en main petit à petit.La télé a eu aussi son « tournant » de la rigueur » dès 1982/83.Et comme les téléspectateurs ont plutot regressé (comme les émissions d’ailleurs)…

    J'aime

  4. J’ai également regardé le film de Pierre Carles et j’en ai écrit un billet à paraître demain. Malheureusement, le propos ne sera entendu que par ceux qui veulent l’entendre et ils sont combien ? Même en imaginant une très large diffusion, il n’y en aura que 10, 15 peut être 20%
    CEla permet tout de même de faire pencher quelques balances me direz vous. et l’une d’elle serait qu’après demain, nous puissions avoir quelqu’un d’autre que ces deux favoris. Une victoire ? Non, certainement pas mais l’occasion de voir un déchainement médiatique comparale à 2002, même si c’était Melenchon, Joly et peut-être même Bayrou.

    J'aime

  5. Bonjour !!!!
    Des médias « neutres », ou pires, se réclamant « de gauche », mettent délibérément en valeur le candidat dit « de gauche », en écrasant de leur mépris et de leurs sarcasmes les autres candidats. Cela donne une très haute idée du débat démocratique dans notre pays. Même les blogueurs « dits de gauche » s’en mêlent, attentifs à ne tirer que sur l’homme déjà à terre, et sur le challenger héros de la Bastille, du Prado, du Capitole parce qu’il ne porterait pas un projet « sérieux » (traduisez « bien dans la doxa néolibérale »). Ce tir convergent se répète jour après jour, depuis toutes les bouches de canons possibles. Le candidat « si dérengeant » en est réduit à remplir des places immenses, où se pressent tous ceux qui retrouvent l’espoir. Un paradoxe : plus les « voix officielles » lui tirent dessus, plus il grandit, et son projet, notre projet, avec lui.

    Hô, les suppôts du libéralisme « triomphant », vous n’êtes pas un peu gênés de faire ce travail de sape contre une proposition de changement de société où vous y gagneriez ? Seriez-vous si riches, que le SMIC ne vous interpelle pas ? Seriez-vous si sûrs de garder votre boulot, ou votre retraite, que la défense du droit du travail vous indiffère ? Je rappelle que ce sont les travailleurs qui paient la retraite de ceux qui ont fait leur part. Plus ceux qui appartiennent à la « classe active » sont nombreux et bien payés, plus les régimes de retraite sont prospères et garants de l’avenir.

    Non, je suppose que vous préférez fermer les yeux sur les délocalisations (sic) d’usines, sur les bassins d’emploi sinistrés, sur les hôpitaux de proximité qui ferment, sur les classes du primaire ou du collège en surnombre, sur la bonne santé de nos milliardaires de plus en plus nombreux alors que d’autres ont faim, tout simplement. Je lisais il y a deux jours une dépêche d’agence, où le Crédit Municipal (celui que l’on appelle pudiquement « ma tante ») ne s’est jamais si bien porté, ce qui est fort mauvais signe comme le soulignait son directeur. Les restos du Cœur ne désemplissent pas, bien au contraire.

    Et vous, les chroniqueurs qui détestez tant le président encore en place, soutenez un homme qui fera la même chose, mais de façon moins voyante ? qui ose aller à Londres rassurer les Marchés de sa bonne volonté à leur égard ? qui n’inquiète même pas la Bourse alors qu’il arbore toujours discrètement une posture dite « de gauche » ? Vous n’avez même pas le prétexte de gagner votre vie grâce à votre soumission au $¥$T€M comme les « grandes figures de la radio et la télé…. je ne comprends pas.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.