Appel à la désobéïssance civique : « L52-2, je t’emmerde ! »

1. Considérant que la démocratie ne commence ni ne s’arrête à la porte des bureaux de vote, et encore moins à la grand messe du 20h00 des chaînes de télévision

2. que le fait d’interdire l’information, particulièrement à ce moment là, est attentatoire à nos libertés fondamentales

3. que la règle étatique d’interdire toute communication concernant des résultats partiels du scrutin avant 20H00 le soir du 22 avril 2012 est la démonstration caricaturale du total dépassement de nos institutions par l’évolution à la fois des techniques et des mœurs, ainsi que des attentes citoyennes,

4. que la commission des sondages, chargée de faire appliquer cette loi archaïque, devrait plutôt s’aviser de ce que le matraquage éhonté par les sondages quotidiens que nous avons subis comme jamais pendant cette campagne est bien davantage de nature à influencer les votes qu’une éventuelle fuite de résultats au moment où 75 % des électeurs ont déjà voté,  alors qu’aucun sondeur même parmi les moins sérieux n’a jamais été sanctionné d’aucune amende à ma connaissance

5. que c’est à la loi de s’adapter à ladite évolution et non l’inverse, à moins de vouloir en rester à l’interdiction du pantalon pour les femmes, comme c’est encore si ridiculement le cas aujourd’hui,

6. Considérant en outre que le fait de dévoiler une quelconque estimation ou un quelconque résultat partiel avant 20h00 n’a qu’une incidence mineure,

7. que la peur que l’on veut engendrer par une amende aussi dissuasive – 75 000 euros ! – est totalement disproportionnée et hors de propos

Pour ces motifs :

j’ai décidé en mon âme et conscience de ne pas respecter ladite loi , et de ne pas m’abstenir de communiquer ici ce que je sais, entends, vois, et lis, quelle qu’en soit la provenance au soir des élections présidentielles, comme pour les autres.

Conscient du fait qu’en agissant ainsi, j’enfreins volontairement la loi, je suis prêt à en accepter les conséquences, que j’espère voir atténuées par un mouvement de masse en la faveur de cette position, afin que la législation évolue enfin de manière plus raisonnable et appropriée à notre époque.

J’invite en outre tous les blogueurs, twittos, facebookers et autres junkies des réseaux sociaux  à faire preuve de solidarité en faisant connaitre le plus largement possible cette position, pour qu’isolément nous ne soyons pas l’objet de sanctions et de pressions rédhibitoires, qui mettraient l’auteur de cet appel dans une position plus que difficile étant donné ses maigres moyens financiers qui ne sont pas vraiment de nature à faire face à des amendes au montant si exorbitant dont il est question. Mais ensemble, nous sommes plus forts.

Pour les mêmes raisons, j’annonce dès à présent que malgré les recommandations de mon parti, je violerai volontairement la loi en laissant ouvert après vendredi soir les commentaires des billets de ce blog et que je continuerai de publier selon mon bon plaisir, heureux d’avoir trouvé là l’un des derniers espaces de liberté réelle, c’est à dire non conditionnée. Car la liberté ne s’use que quand on ne s’en sert pas.

Fait à Lunéville par le citoyen gauchedecombat en la première année du calendrier Mélenchonien.

Place au peuple !

Blogueurs, n’hésitez pas à reprendre ce texte par copié-collé et à le placer sur votre blog si vous partagez cette position.

Post-Scriptum : un collègue du blog « Humeurs mondialisées » propose une méthode de contournement de cette loi à la fois originale et traditionnelle. je vous invite à consulter son billet si vous souhaitez vous protéger des foudres de la loi. Je songe à utiliser le même code, tiens, ce serait amusant…

.

19 réflexions sur “Appel à la désobéïssance civique : « L52-2, je t’emmerde ! »

  1. Bien dit camarade ! Pour moi, je n’ai pas de téléphone sans fil, et comme à ces heures-là je ne serai pas chez moi…

    Je retransmets l’appel !

    On ne lâche rien !

    J'aime

  2. Je me méfie. C’est pas une si mauvaise loi pour moi, dans la mesure où l’effet peut être détourné pour manipuler les mentalités.
    Prenons un exemple purement théorique. Mettons que des blogs affiliés au PS se mettent à publier le 22 avril à 16h que LePen est en tête 20% des voix et que Hollande est en train de stagner. Les gens vont se ruer sur les urnes pour voter Hollande et ceux qui étaient partis pour voter Mélanchon vont changer leur vote. Après dépouillement total, on se rend compte que c’était du pur pipeau. Sauf que c’est trop tard, Hollande a récupéré un maximum de voix et Mélanchon est définitivement coulé. Les blogs n’auront plus qu’à s’excuser de cette malheureuse estimation. Et voilà.
    Non, je pense que c’est mieux d’attendre que les bureaux de vote soient définitivement clos avant de divulguer le moindre résultat.

    J'aime

  3. @ Erstam
    Sauf qu’à 16 heures, aucun bureau de vote n’est fermé (sauf à la Réunion et a Mayotte, peut-être), et que normalement il est impossible d’avoir un échantillonnage de résultats par bureaux. Déjà à 18h on limite beaucoup la casse, encore plus à 19 h.

    Quant aux interviews en sortie de bureaux, de personnes ayant déjà voté, ils sont à peine plus fiables que les sondages, puisqu’on peut bien dire ce qu’on veut. Personne ne pourra contrôler.

    J'aime

  4. Pas d’accord. Connaitre les résultats à 18h au lieu de 20h n’apporte rien, sinon miner un peu plus l’exercice démocratique. Voter ce n’est pas une course de chevaux. Il est essentiel que cela se fasse dans le calme et la tranquillité. C’est pour la même raison qu’il faut conserver la fin de campagne officielle 2 jours avant.

    Il y a quelque chose de vrai par contre: le gvt aurait du et devrait s’adapter aux nouvelles technologie, et donc non pas juste interdire la publication de sondage et de résultats mais en interdire la collection.

    J'aime

  5. @ Babelouest

    1. Mayotte et la Réunion voteront samedi 21 avril et samedi 5 mai. Comme tous les Dom-Tom. Ils auront donc fini depuis longtemps quand les estimations de la métropole tomberont.

    2. Les estimations données depuis des années à 20H à la télé sont basés, non pas sur le dépouillement des bureaux déjà fermés, mais sur les sondages à la sortie des urnes. C’est très fiable, jamais démenti depuis que ça existe.

    J'aime

  6. @babelouest : merci pour le soutien
    @Erstam : démonstration pas convaincante : 90 % des gens auront déjà voté. Et que Sarko soit du même avis que moi ne doit pas me dissuader d’avoir un avis.
    @Redstranf : le fait de réduire la démocratie à une élection tous les 5 ans n’est il pas tout aussi lamentable ? En outre, je revendique là ma liberté personnelle d’expression libre.
    @Clyde Barrow : je sais. m’en fous. je ne suis pas la groupie du pianiste.

    J'aime

  7. @GDC

    Qui dit que la démocratie se limite à une élection tout les 5 ans ?

    Mais on ne peut pas se plaindre de la peopolisation de la vie politique et participer à la chasse au scoop et à la mise sous tension du jour de l’élection

    Quand à la liberté d’expression, je vois pas trop ce que cela change. Et puis ma foi, voudrais tu aussi supprimer la règle de l’égalité de temps de parole au nom de la liberté d’expression ?

    J'aime

  8. #Rad Transf : parlons de cette règle là aussi tiens : elle est également inadaptée puisque basée sur je ne sais quel ratio lié aux résultats de chacun des partis lors des précédentes élections. Or, quand un parti n’existait pas, comme c’est le cas du front de gauche qu’on ne saurait réduire au seul PCF, le voilà réduit à sa portion congrue. L’esprit n’a pas été respecté et les deux candidats en avant dans les sondages ont eu un temps de parole démesuré vis à vis des autres, ce qui entraine chez les autres beaucoup d’aigreur… Normal

    PS : je ne participe en rien à la chasse au scoop ce n’est pas mon propos. Je dirai ce que je sais et cela s’appelle liberté d’informer. Point barre. Relativisons le poids d’un blog, s’il te plait….

    J'aime

  9. Je parlais de l’égalité de temps de parole qu’il y a après le dépot des candidatures et qui est sensé être strictement ídentique pour chaque candidat.

    J'aime

  10. Question un poil philosophique, est-ce que je peux te faire confiance pour diriger (je parle de toi, personnellement) le pays, si en simple militant, tu refuses de respecter la loi ?
    Et à quel point je peux faire confiance à ton parti politique, donc ?

    J'aime

  11. @maxime : 1. je ne serai jamais au pouvoir, il ne m’intéresse âs. 2. je découvre cette loi, et je proposerai au Front de Gauche de la modifier à travers ces élus. 3. Il faut savoir désobéir pour faire avancer les lois. 4. Les femmes qui contreviennent à une loi archaïque en portant un pantalon doivent-elles êtres sanctionnées ?

    J'aime

  12. 1. Mais en tant que militant, tu représentes ton parti, de même que pour beaucoup de mes amis, je suis la seule représentation concrète qu’ils ont de mon parti.
    2. Ok.
    3. Je dis pas le contraire, et tu dis que tu assumeras les conséquences, si conséquences il y a (principe de la désobéissance civique).
    4. Oui 🙂 Mais là, doit y avoir moyen de lancer une QPC car la loi est contraire à la Constitution.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.