la précarité énergétique explose… et tout le monde s’en fout ?

Denis Merville, le Médiateur national de l’énergie (ci-contre sur la photo), vient de publier son rapport d’activités 2011, sur lequel se sont jetés les journalistes  – à la suite de sa conférence de Presse d’hier – qui voulaient parler d’autre chose que du sujet obsessionnel du jour. Leurs titres évoquent tous l’augmentation sans précédents de la précarité énergétique. En effet, le médiateur, autorité indépendante créée en 2008, a vu le nombre de réclamations qui lui ont été adressés augmenter de 3 %, soit près de 18 000. Mais ce qui est plus frappant, c’est que sur ce nombre les  difficultés de paiement ont augmenté de 80% par rapport à 2010, et représenté plus de 15% de l’ensemble des saisines, d’après ce rapport.

« La crise économique et la hausse du coût de l’énergie ont aggravé le phénomène de la précarité énergétique« , c’est-à-dire la difficulté à payer ses factures d’électricité ou de gaz, et poussé de plus en plus de ménages modestes à demander une médiation, explique l’institution. Le Médiateur rappelle au passage que les tarifs réglementés du gaz ont augmenté de 25% en deux ans, et ceux de l’électricité de 8%. Parmi les solutions préconisées, une meilleur information : seuls 42 % des consommateurs savent qu’ils peuvent changer de fournisseur pour l’électricité, et 37 % de fournisseur de gaz.

Bien entendu, l’augmentation du coût de la vie de manière générale et celui, exorbitant, de l’énergie, n’est pour rien dans ces difficultés de paiement, puisque ce n’est écrit nulle part dans ce rapport.

Et c e n’est pas près de s’arranger puisque la Commission de régulation de l’énergie estime que le prix de l’électricité pourrait grimper de 30 % d’ici à 2016… On arrête pas le progrès.

5 réflexions sur “la précarité énergétique explose… et tout le monde s’en fout ?

  1. Attention, changer de fournisseur pour l’électricité n’est pas rentable, et il est impossible de revenir au tarifs règlementés, je crois.

    J'aime

  2. changer de fournisseur est surtout dangereux, la distribution d’énergie doit être sous le contrôle de l’état avant tout (bon ok, chez nous c’est en partie privatisé)
    et il y a deux tarifs : le tarif « bleu ciel » qui est le tarif en fonction du marché, et le tarif règlementé
    il y en a même un troisième, le tarif première nécessité pour les bénéficiaires de la CMU

    on peut vérifier le tarif appliqué au dos de sa facture, dans les petites lignes sous le tableau qui récapitule la consommation, les taxes et les taxes sur les taxes

    je suis pas sûre qu’il y ait des restrictions sur le choix du contrat si on veut revenir chez EDF, et apparement, si on a un compteur heure pleine/heure creuse, on a forcément un tarif règlementé (de ce que je lis ici : http://bleuciel.edf.com/abonnement-et-contrat/les-prix/les-prix-de-l-electricite/tarif-bleu-47798.html )

    J'aime

Les commentaires sont fermés.