Les voleurs de débat sont dans le dernier Fakir

Les Voleurs de débat (1) : François Lenglet

Par Adrien Levrat, Franck Dépretz, François Ruffin, 29/02/2012 , N°54 (03-04 2012)

Le journal Fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Le nouveau numéro de Fakir vient de sortir dans tous les kiosques de France – ou par abonnement. En dossier, « Journalistes, économistes, sondeurs : les Voleurs de débat ». Dont François Lenglet, le « Monsieur Statistiques » de l’émission politique-phare de France 2, Des Paroles et des actes. On vous offre cet apéro en cadeau…

Acte 1. Le « Monsieur chiffres » qui mentent

« Justement, je vous ai préparé un petit graphe… » François Lenglet, c’est le Monsieur Graphique chauve dans l’émission de France 2, Des Paroles et des actes. « Très pédago », il paraît. Sauf que dans son enseignement, il ment. Des Paroles et des actes, l’émission politique phare de France 2, ne comporte aucune rubrique « Social » – pour discuter de santé, de logement, d’éducation, etc. Et David Pujadas, son présentateur, ne convie jamais le rédacteur d’un canard syndical, de la Nouvelle Vie ouvrière (CGT) par exemple, pour intervenir. Voilà qui manquerait d’objectivité. Cette émission compte, en revanche, une séquence « Économie ». Et c’est tout naturellement le directeur de la rédaction de BFM Business, la radio des affaires, qui l’anime. François Lenglet officiait auparavant comme dirigeant de la Tribune. Bref, un homme qui a fait sa carrière dans la presse financière – et qui, donc, naturellement, interroge les candidats à la présidentielle sur leur programme économique. Et sans que, là, l’objectivité ne paraisse atteinte. Mais pour défendre l’ordre libéral, il y met quelques formes.

La vérité est ailleurs

« La France est déjà quasiment la championne du monde, en matière de dépenses publiques. » C’est d’un ton posé que François Lenglet se fait l’avocat du capital : « La dépense publique, ça ne crée pas de croissance, c’est ce que montrent ces chiffres… »

 Qu’un Jean-Luc Mélenchon s’imagine relever l’impôt sur le patrimoine, et le voilà qui proteste : « Vous voulez l’augmenter ? Mais c’est quand même un sujet pour la compétitivité française… » Que le candidat du Front de Gauche s’attaque aux actionnaires, qui « prenaient, en dividendes, 3 % de la richesse du pays dans les années 80, aujourd’hui ils prennent 9% », et François Lenglet dégaine un graphique : « Sur une longue période, sur cinquante ans, la part qui revient aux salaires et la part qui revient aux actionnaires… Regardez, ce n’est pas si différent que durant les Trente glorieuses… On a connu, effectivement, un petit ressaut au début des années 80, et vous, vous prenez, précisément, comme point de départ, ce moment de déséquilibre… mais sur une longue période… » Et d’insister : « La vérité elle est là. Je vous montre les faits, Monsieur Mélenchon. »

Sauf que « la vérité » n’est pas là.

Elle est ici. Fakir vous l’offre en accès gratuit sur Internet, afin que vous puissiez vous faire une idée du bazar. Mais faites comme moi, je l’ai acheté et ça vaut le coup. Un contenu qu’on ne trouve nulle part ailleurs ! Et en plus ça aide ces feignants d’assistés à se réinsérer, alors… Bonnes âmes, contribuez ! Offrez leur à eux aussi le bonheur de se lever tôt…

 

4 commentaires

  1. A propos de chiffres :

    Sarkozy à la ferme : « Moi, je n’ai pas 40 hectares. »

    Avant son accueil sous les huées à Bayonne, le déplacement de Nicolas Sarkozy dans le Sud-Ouest avait déjà débuté sous le signe de la tension.

    France Inter a diffusé vendredi 2 mars un extrait de l’échange du président-candidat avec un couple d’agriculteurs rencontrés, en compagnie de Michèle Alliot-Marie, à Itxassou, au sud-est de Bayonne.

    L’éleveuse évoquait la pénibilité de son travail et ses problèmes financiers :

    L’agricultrice : « Ecoutez, on n’est pas aux 35 heures, hein. »

    Nicolas Sarkozy : « Moi non plus. »

    L’agriculteur : « Oui, mais on n’a pas le même salaire. »

    L’agricultrice : « Nous, on n’a rien. On vivote. »

    Nicolas Sarkozy : « Moi, je ne suis pas propriétaire de 40 hectares, hein, ok ? »

    L’agricultrice : « Mais vous avez autre chose en banque peut être. »

    http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120302.OBS2765/video-sarkozy-a-la-ferme-moi-je-n-ai-pas-40-hectares.html

    Rappel :

    Le salaire mensuel du président Nicolas Sarkozy sera augmenté à partir du 1er janvier 2008 de 172 %, et non de 140 %, écrit Le Monde.

    Le quotidien explique que la plupart des journaux, dont lui-même, avaient fondé leurs calculs sur une note de l’Elysée, mais que le plus grand flou régnait lors du vote de cette mesure le 30 octobre à l’Assemblée nationale.

    Or, le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, qui a défendu les amendements du gouvernement sur le budget de l’Elysée, a fourni des précisions au Monde.

    Il en ressort que de 7.084 euros à l’heure actuelle, l’indemnité nette mensuelle du président de la République passera à 19.331 euros, soit une augmentation de 172 %.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-salaire-de-sarkozy-augmente-de-172-pourcent-et-non-140-pourcent_467694.html

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.