in mémoriam Romain Lecoustre, victime du travail

Les inspecteurs du travail rassemblés à Lille, après le suicide d’un collègue

La Voix du Nord

Recueillement et colère, hier après-midi, …face à la direction régionale du travail, rue Saint-Sauveur à Lille. Cent cinquante personnes disent au revoir à Romain Lecoustre, un inspecteur du travail de 32 ans exerçant à Arras (nommé à Lille en novembre), et qui a mis fin à ses jours le 18 janvier. Un jeune homme « broyé par sa hiérarchie », expliquaient la semaine dernière ses collègues arrageois ; un sentiment partagé, hier à Lille, par les manifestants et syndicats réunis.

« Romain avait déjà fait une tentative de suicide, souligne Pierre Joanny, de SUD. Il a tout écrit, tout dit (à la direction), expliquant que la pression du travail était trop forte. Son geste a semé l’effroi et la colèr e partout en France. » Le jeune contrôleur serait victime « de dogmes débiles, comme le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux à la retraite. Forcément, dans un service, ça finit par se voir » (la direction du travail compte 650 agents dans le Nord – Pas-de-Calais, précise la CGT). Et dans ce contexte, poursuit Pierre Joanny, « ils (l’administration)ont mis en place tout un système d’évaluation » des inspecteurs du travail. « C’est un management consistant à demander des chiffres, et faire pression si on ne les donne pas. »

« Pas une marchandise »

Au contraire, le métier d’inspecteur ou de contrôleur connaît un rythme « très variable en fonction des entreprises contr ôlées, avec des périodes d’enquête et de rédaction ». Un accident mortel sur un chantier du Vieux-Lille prend « plusieurs jours en séquences » sur une longue période. La visite d’une imprimerie à Marcq-en-Baroeul nécessite « une demi-journée, hors contrôles administratifs ». Et celle d’un coiffeur, à Lille, sera « plus courte ».

« Notre travail n’est pas une marchandise qu’on peut traduire en chiffres, souligne Pierre Joanny, on ne vend pas, on sert.

 » Selon les manifestants, hier, Romain défendait cette idée : « Il a engagé un combat, on va le poursuivre. » Une délégation s’est présentée au CHSCT (comité d’hygiène et de sécurité), exigeant « les résultats de l’enquête de l’Inspection générale des affaires sociales sur la première tentative de suicide de Romain. Et la reconnaissance de son suicide en accident du travail ».

• A. D.

Une réflexion sur “in mémoriam Romain Lecoustre, victime du travail

  1. Malheureusement, les travailleurs ne sont plus que des variables d’ajustement des profits des entreprises et des Etats. Le travailleur est devenu un kleenex que l’on prend et que l’on jette lorsqu’on n’en a plus l’usage.
    Mais il faut croire qu’on ne les pressure pas encore assez puisqu’il n’y a pas de révolte générale.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.