la gauche de combat monte au front des PPP

Le Front  de Gauche déterre la hache de guerre contre la destruction des services publics et leur phagocytage par la logique cannibalistique des partenariats public/privé (PPP)… (auxquels une certaine gauche se prête aussi, d’ailleurs… ). Et c ‘est tant mieux ! Pour les finances publiques,  l’argent du contribuable… et l’efficacité opérationnelle.   Fier de cette gauche là… Le pourquoi du comment :
Assemblée nationale

La gauche attaque les partenariats public-privé

 Le 2 février, lors d’un débat animé au Palais-Bourbon, plusieurs députés de l’opposition ont dénoncé le manque de transparence et l’insuffisance des contrôles des partenariats public-privé. Le ministre de l’Industrie, Éric Besson, a défendu ces contrats qui ont permis la réalisation de 18 milliards d’euros d’investissements publics depuis 2002.

Les députés du Front de gauche, emmenés par le communiste Roland Muzeau, vont demander une commission d’enquête parlementaire sur le nouveau centre hospitalier sud-francilien, construit en partenariat public-privé (PPP) et qui vient d’ouvrir ses portes dans l’Essonne. Selon le député, qui participait le 2 février au débat de l’Assemblée nationale sur les PPP, la création de l’hôpital sud-francilien, présenté comme le fleuron de la politique hospitalière du gouvernement, a “tourné au cauchemar”.

L’établissement, construit par le groupe Eiffage et qui a ouvert ses portes fin janvier avec huit mois de retard, a fait l’objet de 8 000 malfaçons, a rappelé Roland Muzeau, qui a égrené une série de chiffres à l’appui de son argumentation. La polémique a d’autant plus enflé qu’Eiffage a réclamé une rallonge de 100 millions d’euros et que le loyer dû par l’État dès 2011 a été réévalué de 29 à plus de 40 millions d’euros annuels… Ce loyer devra être payé pendant trente ans, avant que l’État ne devienne propriétaire de l’établissement. Roland Muzeau a stigmatisé “l’échec” de ce partenariat public-privé qui “n’a pas permis de réaliser l’établissement plus vite et à moindre coût”. En séance, l’élu des Hauts-de-Seine a exigé la communication des termes du contrat actuel.

(source)

Pourtant, chez nos voisins britanniques, les PPP  ça ne marche pas !  Pourquoi la droite s’obstine-t-elle donc  ? Pour nourrir quels intérêts privés ?

Lire aussi

.