Libertés&Internet : le front de gauche s’engage

[…] Sans se prononcer directement sur la fermeture du site de téléchargement Megaupload, le Front de gauche (FG) de Jean-Luc Mélenchon se dit « contre le filtrage d’Internet et pour la liberté de circulation », a indiqué Martine Billard, co-présidente du Parti de gauche, au Monde.fr, vendredi 20 janvier. La députée réaffirme la volonté du FG d’abroger la loi Hadopi, et d’instaurer la licence globale, estimant qu« il vaut mieux avoir une approche coopérative que répressive«  en poussant les auteurs qui le souhaitent à diffuser leurs œuvres en ligne gratuitement.

Dans ce sens, le Front de gauche propose « un service de téléchargement public », indique Martine Billard. « Cette mesure consiste à mettre en place une plate-forme publique, où tous les auteurs pourraient mettre leurs œuvres gratuitement sur Internet. Ils ne seraient pas rémunérés directement mais cela leur permettrait de se faire connaître et d’attirer plus de monde à leur spectacle payant », explique-t-elle. Le gouvernement a déjà approuvé le principe de cette mesure mais ne l’a malheureusement jamais mise en place, assure-t-elle.[…]

source

Sur le sujet, lire aussi Pourquoi la fermeture de Megaupload est dangereuse pour nos libertés ?

et  Les Anonymous attaquent le site de l’Elysée

4 réflexions sur “Libertés&Internet : le front de gauche s’engage

  1. @maxime, moi je le savais (j’ai assisté à tout cela en direct pendant la nuit avec passion…), mais si ton lien peut être utile à d’autres. je n’ai cité le c&s de l’Elysée que parcequ’il me semble symbolique est significatif de ce que personne n’est à ‘labri de la colère des anonymous… 🙂

    J'aime

  2. J’aime pas l’idée de centraliser. C’est pas à l’état de faire ce que le P2P fait déjà très bien. Il faut plutôt travailler une licence globale intelligente. Et c’est pas simple. Je pense que ça passe par une forme de dividende universel. Et je comprends pas pourquoi cette idée ne gagne pas la gauche. ça me désespère.

    Pour leur promo, les créateurs ont les blogs, les réseaux sociaux… et le bouche à oreille. Avec un dividende universel, leur situation devient moins précaire.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.