L’aile gauche du PS ou la cuisse de Hollande ?

Postes dans l’éducation : Hamon, Lienemann, Emmanuelli ont raison !

On ne plaisante pas avec la « rigueur qui a du sens » !

Les représentants de l’aile gauche du Parti Socialiste, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Marie Noëlle Lienemann se sont offusqués mardi 17 janvier des propos de Jérome Cahuzac, Président de la commission des Finances de l’Assemblée Nationale, selon lesquels la création de 60 000 postes d’enseignants promis par Hollande se feraient par des redéploiements de postes déjà existants et non par des créations de nouveaux emplois de fonctionnaires.

Dans un communiqué commun publié au nom du courant « Un Monde d’Avance » qu’ils animent, Hamon, Emmanuelli et Lienemann affirment à juste titre qu’ « un poste de professeur en plus ne peut être payé par un poste d’infirmière en moins. » Une évidence, pour quelqu’un de gauche,  qui permettait de rassembler justement la gauche ! Dans un appel à l’arbitrage du candidat socialiste, ils ajoutent : « Si les 60 000 créations de postes annoncées par François Hollande ne devaient l’être que par redéploiement, cela reviendrait à réduire le service public de la santé ou de l’emploi pour consolider les moyens de l’Education Nationale. Cela n’aurait aucun sens. »

Hélas ! François Hollande a tranché : ce sera par redéploiement et en évitant les créations de nouveaux postes. Il a même précisé, de façon assez alambiquée, sur le site internet du journal Le Monde, mercredi 18 janvier, qu’il y avait chaque année « 60 000 départs à la retraite dans la fonction publique d’état. 30 000 ne sont pas remplacés aujourd’hui. C’est sur cette enveloppe que nous prendrons les 12 000 postes » (pour en créer 60 000 sur cinq ans). Cela veut il dire que François Hollande compte seulement atténuer la règle du non remplacement de un fonctionnaire sur deux mise en place par Nicolas Sarkozy ?

Hollande prétendait réinventer le « rêve français » en rétablissant l’espoir de voir la situation matérielle s’améliorer pour les futures générations. Pour l’instant il y a surtout la perspective qui se dessine que les enfants sont promis à encore plus d’efforts et d’austérité que ce que leurs parents ont déjà eu à subir auparavant…

Rien de bien enthousiasmant dans un tel projet pour redonner « envie de gauche » aujourd’hui. Raison de plus pour amplifier la dynamique du Front de Gauche pour remettre la gauche sur ses pieds ! Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues…

 source : communiqué de Gauche Unitaire

4 réflexions sur “L’aile gauche du PS ou la cuisse de Hollande ?

  1. Il n’est pas en train de se scier lui-même les bretelles, le Corrézien ? Quand il sera en slip devant le Peuple, il aura bonne mine !

    Allons, je pense que les deux cadors des médias sont en train, médiatiquement justement, de passer de vie à trépas. Et je doute que Bayrou fasse l’affaire des patrons de presse.

    Reste le coup de la menace terroriste bidon, au dernier moment, pour redonner à un de ces culs-de-jattes un peu de vigueur. Lequel ? Trop tôt pour le savoir. L’annonce à la dernière limite de la candidature nouvelle du locataire du 55 pourrait être le signal du grand jeu, ou plutôt elle serait « la réponse à la menace » du sauveur de ses chaussettes.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.