Sauvons l’école… de Sarkozy

source : cliquez sur l'image

Vœux présidentiels : l’École de la République désarticulée (SE-Unsa)

Lors de ses vœux au monde de l’Education, le Président de la République vient de tracer les contours précis du projet pour l’École que portera le candidat Sarkozy dans la campagne des présidentielles.

Durant ce quinquennat, il aura, par touches successives, entamé une transformation en profondeur de notre système éducatif : suppression de la carte scolaire, dynamitage de la formation des enseignants, asphyxie des RASED, recrutement des personnels par les chefs d’établissements en zone ÉCLAIR, volonté de mettre en place un système d’évaluation injuste et inefficace…

Il annonce aujourd’hui la poursuite de sa politique d’étouffement budgétaire. Il la couple à une vision libérale et rétrograde dans laquelle le collège deviendrait une machine à exclure. Là où il faudrait lutter contre la difficulté scolaire, c’est une orientation sans issue qui est proposée.

Quant à l’autonomie accrue des établissements, présentée comme le moyen de restaurer l’autorité des enseignants, elle est, de fait, prétexte à une mise en concurrence dévastatrice pour la cohésion sociale. D’un coté les « classe affaire », de l’autre les établissements « low cost ».

Cerise sur la galette, le Président de la République annonce «  une augmentation considérable de la rémunération  des enseignants », oubliant qu’il en avait pris l’engagement dans sa « lettre aux éducateurs » de 2007 »… et que les personnels attendent toujours !

Pour le SE-Unsa, ce projet ne peut être celui de l’École de la République. Il formule le vœu que l’Education reste un droit garanti par l’État et un investissement indispensable pour la Nation qui doit y consacrer des emplois et un budget conséquent. La cohésion sociale et l’avenir du pays sont à ce prix.

Lire aussi les articles sur le même sujet de différents syndicats sur le site du collectif  Sauvons l’école

.

.

 

5 commentaires

  1. Il y a une augmentation de 200 euros de prévue pour les nouveaux profs.
    Les salaires des autres sont gelés par contre.

    Mais bon, c’est du Sarkozy tout ça, ça pue.

    J'aime

  2. @Eve Zibelyne, le locuteur, ne maîtrise pas suffisamment la langue pour rester en France, il doit embarquer dans le prochain charter ou train pour son pays.

    J'aime

  3. En cas d’invasion il n’a jamais été demandé à un OCCUPANT de connaître la langue du pays où il sévit. Premier CQFD.

    En général les OCCUPANTS aiment bien envahir les châteaux désertés volontairement ou pas par les rois. Second CQFD.

    Reformuler les phrases ? De quelle langue s’agit-il ? Troisième CQFD

    Le locuteur se situe à égale distance entre le pied du tabouret et le dessus de la table. C’est là son niveau d’études. Quatrième CQFD. Ne lui demandez pas de s’étendre sur al jabr (الجبر) afin de démontrer avec une équation à N inconnues sa compétence : il connaît mal l’arabe (ainsi que l’anglais, le tatar, le tamoul, le pashtoune, le français, le cantonnais et le swahili).

    Le langage est-il adapté à sa charge ? Poser la question à Ghengis Khan, lui connaît sûrement la réponse.

    J'aime

  4. En réponse, voici un extrait ( le moins insultant ) d’un texte de mon cru « Examen de passage pour être Français ». En fait, peut être Sarko veut-il mettre chacun en dessous de son niveau, ce qui sera dur, très dur…

    Etude de la structure de la phrase et étude de texte :

    Sarko est président de la république.
    Sarko habite le château de Versailles
    Les rois habitaient les châteaux.

    Qu’en déduisez-vous ?
    Deuxième partie :

    Lisez les exemples de langage ci-dessous* et dites si à votre avis le langage est « possédé » , soutenu, familier, argotique ou inclassable:

    « Si on dit plus qu’est-ce qui va et qu’est-ce qui va pas… »
    « Le repliement communautaire »
    « Ce sont nos principals concurrents et nos principales partenaires »
    « L’apprentissage, elle a ‘plein de vertus) »
    « Nous sommes la dernière génération qui peuvent sauver le monde »

    (Extraits choisis du débat télévisé de N.Sarkosy du 25 01 2010)

    « Faut pas s’étonner que tous nos emplois s’en ont »
    « mais, mais, mais,… mais, mais, mais, mais,… euh… »
    (N. Sarkosy, extraits vidéos diffusés au Petit journal de Canal + du 14 02 2010)

    – Corrigez si nécessaire et reformulez les phrases.

    Que pouvez-vous dire du niveau de langage.
    Est-il témoin ou non d’une intégration réussie ?
    Compte tenu de la personnalité évoquée ici, le langage est-il adapté à sa charge ?
    A quel niveau d’étude situez vous le locuteur ?

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.