quelqu’un veut-il rechristianiser la France ?

Le sabre et le goupillon ne  remplaceront jamais le partage du savoir et la convivialité à la française… Où la parole est libre, là est ma France à moi.

Nous nous apprêtions à partir de chez les beaux-parents lorsque, attendant que le nain ait fini de s’habiller, de mettre ses chaussures et de faire pipi (comme prolongeant le temps du départ à souhait…),  je jetai un coup d’oeil aux infos que regardait  l’ancêtre de la maison… TF1, je ne regarde jamais. Mais là… Edifiant.  Les trois quarts du début du journal occupé par des informations à  caractère religieux, voilà qui ne pouvait que me faire bondir. Et me donner envie de partir plus vite…  Je sais bien que c’était le jour de Noêl, mais faut pas pousser ! N’ya-t-il pas d’autres informations à traiter ? Entre les  incontournabes discours du pape, le reportage sur la vocation des prêtres, et les attentats anti-chrétiens (effectivements atroces et scandaleux) au Nigéria, impossible d’échapper à un sujet religieux, strictement réservé à une seule prise de vue… étrangement orientée.

Aussi, quand j’ai appris par un tweet de Faabien à mon retour que Sarkozy avait accueilli une dizaine de prêtres à l’Elysée, mon sang n’a fait qu’un tour. je ne dénie pas au Président français le droit de consulter qui il veut, entendons nous bien. Si encore il avait reçu des représentants de différentes religions, c’eut  été différent. Pourquoi pas. Mais là… Dans le contexte de ses prises de position inadmissibles (souvenez-vous de Latran… ) qui rompent si brutalement avec les usages et la tradition de ses prédecesseurs qui veillaient jalousement à ne pas donner de signes ostentatoires de leur appartenance religieuse en public, voilà qui est plutôt  choquant.

 Suis-je le seul, avec Fabien, à m’en émouvoir ? je n’ai pas vu de journaux , chroniqueurs et autres médias avec pignon sur rue s’en étonner davantage au point d’en faire une polèmique comme ce fut le cas pour d ‘autres religions. Que n’aurait-on dit  si le même président n’avait  accueilli que des imams ou des rabins!

Les derniers  débats puants sur l’identité nationale ou sur la laïcité n’en révèlent que davantage leurs orientations intéressées… et bien peu soucieuses de laïcité, comme une certaine droite  s’en prévalait pourtant il n’y a pas si longtemps face à de vulgaires faits divers… derrière lesquels on a courru pour  rejoindre les thèses d’un front national qui ne pouvait que s’en rengorger le plastron… Ces gens là se rendent-ils compte qu’ils font du mal à notre cohésion nationale ? Pourquoi ne pas complèter le tableau par les déclarations de la folle du régiment à la voix de poissonnière, tant qu’on y est ?

Deux poids, deux mesures, vous dis-je. D’ici là qu’on exige le retour du cathéchisme obligatoire à l’école, il n’y a qu’un pas que je ne serais pas si étonné que  cela de voir franchir par ces fous qui nous gouvernent.  Déja qu’on laisse des fous de dieu saccager des oeuvres d’art ou envahir des théâtres avec beaucoup d ‘indulgence gouvernementale…N’oublions pas que la laïcité n’est pas qu’un concept inventé par des intellos pour faire joli mais qu’elle est le ciment de notre paix nationale, seule garante de la possibilité pour les différentes religions et croyances de coexister pacifiquement.

A trop vouloir jouer avec ce feu national là, comme si la  religion catholique était redevenue une religion d’Etat, on risque bien de renforcer des animosités entre communnautés déja suffisamment prégnantes comme celà. Et engndrer de nouvelles guerres de religion. Personne n’y a intérêt.

Sauf  ceux qui voudraient détourner le regard du public des vrais problèmes du peuple français, en dirigeant leur colère vers des boucs émissaires faciles, loin des origines du chômage, de la précarité qui s’incruste un peu trop durablement et profondément dans la société française, et d’une crise du logement telle qu’elle atteint y compris les classes moyennes… Mr Apparu préférant nier hier encore qu’elle exista en vantant les mérites de l’action (bien peu visible sur le terrain) de son gouvernement.

Pauvre France.

je ne suis pas vraiment très fier de toi. Qui m’en redonnera la possibilité ?

.