la loi doit-elle se mêler des opinions et de l’histoire ?

 

Source : RMC, 22.12.2011

 

Pénalisation de la négation des génocides :

et vous, z’en pensez quoi ?

.

France: les députés votent le texte sur la négation des génocides

Les députés français ont adopté jeudi en première lecture, par un vote à main levée, la proposition de loi UMP qui vise à pénaliser la négation des génocides et notamment le génocide arménien de 1915. Malgré les pressions de la Turquie, les députés ont validé le texte déposé par l’UMP Valérie Boyer.

La proposition de loi, qui visait dans une première version la négation du seul génocide arménien, a été élargie pour s’appliquer à tous les génocides reconnus par la loi. Elle prévoit de punir la négation d’un génocide d’un an d’emprisonnement, d’une amende de 45 000 euros ou des deux.

L’examen de ce texte s’est déroulé dans un climat parfois empreint d’émotion. Un important dispositif de sécurité a été mis en place tant à l’intérieur du Palais-Bourbon qu’à l’extérieur, où plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans le calme en début de matinée.

Source : Romandie.fr

N’ayant pas d’opinion tranchée et définitive sur le sujet, bien qu’étant à priori favorable à cette mesure, je vous propose de lancer le débat, que vous soyez de droite, de gauche ou du centre. Seuls les commentaires non conformes à la charte définie dans la page d’avertissement ci-dessus seront éliminés. Je publierai ensuite un billet qui exprimera ma position plus circonstanciée sur le sujet après avoir pris en compte les commentaires recueillis, étant entendu que seuls les imbéciles (et les sectaires…) ne changent pas d’avis. Et je n’en suis pas, jusqu’à preuve du contraire.

PS. vous êtes priés de débattre avec courtoisie, et si possible en argumentant calmement. On peut être d’un avis divergent et se respecter, sans avoir recours à l’insulte par exemple… bordel de merde !

 

… et pour ceux qui seraient en panne d’inspiration argumentaire : la position intéressante de J.J.Urvoas, député du Finistère

.

.

7 réflexions sur “la loi doit-elle se mêler des opinions et de l’histoire ?

  1. Pas plus tard qu’hier, j’entendai les opinions du pour et du contre à la radio. Je ne suis, pour ma part, pas favorable à cette loi qui risque d’éviter de parler de ces génocides, justement. Et puis de quels génocides ? Qui les reconnaît en tant que tels? L’esclavage n’est pas considéré comme génocide, par exemple et aucune pénalisation n’est possible pour l’instant. La France a été coupable elle aussi d’actes de quasi génocides… On voit d’ailleurs que le révisionnisme dans ce domaine a toujours cours lorsque l’on lit certains discours de Sarkozy.
    Au contraire, je crois qu’il ne faut pas fuir le débat pour dénoncer les manipulations, les révisionnistes sous le manteau. Et surtout ne pas réduire le débat au seul problème armeno-turc. Dans le même genre, on pourrait parler du problème du kosovo avec une blessure à vif entre les serbes et les kosovars/albanais où l’on a tranché sans régler non plus le problème. Pour certains serbes, il y a eu « génocide » (je mets des guillemets) à l’époque de la domination turque.
    Je ne vais pas aller plus avant pour laisser chacun s’exprimer en espérant que cela ne tournera pas au pugilat ou l’anti-islamisme primaire comme souvent vis à vis de la Turquie.

    J'aime

  2. À la vitesse à laquelle la Sarkozye-UMPiste pénalise, interdit, contrôle et incrimine à tours de bras, bientôt le fascisme passera pour une douce utopie.
    Se rappeler que toute loi non strictement nécessaire est néfaste, comme l’est toute entrave à la liberté non strictement nécessaire.

    AMHA toute entrave à la liberté d’expression (oui, même d’expression haineuse, haïssable, révisionniste, raciste, tout ce qu’on veut…) est une fort mauvaise chose parce que, a/ Elle risque toujours d’être ensuite « élargie » ou appliquée plus largement qu’initialement « prévu » (ce qui est une stratégie vieille comme la politique, on fait des lois contre les pédophiles et les nazis, qu’on élargit ensuite aux trafiquants de drogue, puis aux voleurs de mobylettes, et à la fin c’est les syndicalistes qui finissent au gnouf…) b/ on peut combattre par les mots une opinion qui s’exprime dans les mots, mais si l’opinion que l’on combat n’a plus le droit de s’exprimer « officiellement », elle prend des masques et il devient alors extrêmement difficile de la combattre – puisqu’elle se nie pour ressortir dans des canaux sous-terrains à l’abri de la contradiction publique c/ Ce n’est pas le rôle du législateur que d’écrire l’histoire (il la fait en partie, d’autres l’écriront plus tard) et donc pas le rôle du législateur de déterminer le vrai et le faux « historique » et d’interdire l’expression d’opinions contraires à la Pravda (que l’opinion de la Pravda soit ici juste ou mensongère ne change rien à l’argument).

    Chaque fois qu’on ôte un peu de liberté à autrui, c’est un peu de ma propre liberté qu’on ôte, même si je ne suis pas d’accord à ce qu’autrui ferait de la sienne.

    Voilà.

    J'aime

  3. Je pense que ce n’est pas aux députés de faire le travail des historiens.

    La loi doit servir à décider ce que nous avons le droit de faire aujourd’hui (et demain), en étudiant le passé et le présent. C’est l’application de la loi qui détermine la Justice.
    La loi n’a pas à décider de la manière dont nous devons voir/interpréter le passé.
    En France plus particulièrement, la loi devrait assurer la liberté, l’égalité et la fraternité des français ainsi que des étrangers sur le sol français (pour les étrangers dans le reste du monde, je ne sais pas vraiment où on doit commencer et où on doit s’arrêter).

    Mon message reste un peu théorique, je sais très bien que toute justice humaine (par opposition au principe même de « Justice » qui devrait être universel) est imparfaite, voire inégale dans certains cas.

    J'aime

  4. Pour ma part, je pense qu’on avance à grand pas vers un populisme de bas étage. N’avons nous pas des lois plus importantes à voter ? Pourquoi vouloir stigmatiser les Turcs d’aujourd’hui, près d’un siècle après les faits ? On excite les peuples, puis on viendra nous dire que les musulmans ne sont décidément pas des gens fréquentables ! Je ne sais pas si c’est pour récupérer les votes des Arméniens ou pour faire peur aux Français, mais on il y a là quelque chose de ragoûtant. çà avance à quoi tout cela ?
    Dédiément, çà pue de plus de plus en plus !

    J'aime

  5. gauchedecombat je vous aime bien: dubitatif vous vous interrogez et demandez un avis.
    Pour ma part je pense que la France fait une très grosse erreur en voulant légiférer sur des questions qui intéressent l’histoire.
    Ratifier une décision de l’ ONU serait plus dans mes cordes.
    Je suis contre une loi dont le seul but est d’interdire le droit de s’exprimer. Ce serait condamner par avance toute personne bien intentionnée mais pas au courant que certains propos sont condamnables.
    La loi proposée même si elle n’est pas précise concerne le génocide arménien. J’imagine le jeune turc venant en France et répondant à une question précise :
    <>
    Il sera condamné parce qu’en France « NOUS AVONS DÉCIDE »
    Débile
    Si nos législateurs veulent réellement être utiles ils devraient décréter que la pauvreté est interdite. Voter cette loi c’est ce que nous voulons tous

    J'aime

  6. Comme je l’ai souligné dans mon dernier billet (http://icezine.wordpress.com/2011/12/23/ce-que-dit-reellement-la-loi-europeenne-sur-les-genocides/), la loi cadre européenne derrière laquelle se retranchent Sarkozy mais aussi Hollande en son temps, est beaucoup plus large avec cette phrase de l’article premier :
    “l’apologie, la négation ou la banalisation grossière publiques des crimes de génocide, CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ et crimes de guerre, tels que définis aux articles 6, 7 et 8 du Statut de la Cour pénale internationale, visant un groupe de personnes ou un membre d’un tel groupe défini par référence à la race, la couleur, la religion, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique lorsque le comportement est exercé d’une manière qui risque d’inciter à la violence ou à la haine à l’égard d’un groupe de personnes ou d’un membre d’un tel groupe; »
    pas de notion de période, pas de notion de lieu donc potentiellement, tous les crimes de guerre de l’histoire (dont ceux de la France) sont concernés. Pourquoi dans ce cas ne prendre que le cas particulier armeno-turc ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.