en soutien à Chantal Augé, victime de son combat contre la corruption

Comme mes lecteurs les plus assidus ont pu le constater, je soutiens régulièrement les activités de l’association Anticor. je pense en effet que son action contribue profondément à la préservation de notre démocratie de plus en plus attaquée de toutes parts… et sujète à des phénomènes de corruption et de conflits d’intérêts qui la minent de l’intérieur et font le jeu du Front National.

Aussi, je tenais à diffuser ce communiqué à propos d’une histoire qui commence, médiatiquement, à faire tache d’huile, médiatiquement parlant. Et c’est tant mieux. Et dire que le maire de Strasbourg se dit socialiste…. On attend avec impatience ses explications sur ce sujet !

Anticor condamne la décision abusive du sénateur-maire P.S. de Strasbourg

22 décembre, 2011

Roland Ries, Maire de Strasbourg, a subitement mis officiellement à l’écart hier après-midi sa maire adjointe aux marchés publics, dont le seul tort apparent est d’avoir monté il y a peu un groupe local d’ANTICOR dans le Bas-Rhin afin d’y promouvoir nos valeurs d’intégrité en politique et de transparence dans la gestion des affaires publiques.  Roland Ries, le Sénateur-Maire P.S. de Strasbourg, a retiré en fin d’après-midi ce mercredi 21 décembre la délégation aux marchés publics de sa Maire adjointe Chantal Augé (divers gauche), suite au Conseil municipal du 8 décembre, où elle avait dû subir, avec l’un de ses collègues, un véritable procès public de la part de la majorité des élus et du Maire parce qu’elle venait de créer le groupe local « Anticor Bas-Rhin » (lire les extraits de cet incroyable Conseil municipal dans article DNA du 10/12/11). Quelles que soient les raisons qui pourraient être évoquées a posteriori, il est évident pour ANTICOR qu’il s’agit d’une mise à l’écart de rétorsion, discriminatoire en raison de l’investissement citoyen de Chantal Augé au sein d’Anticor, et dont les motifs n’ont rien à voir avec la bonne marche de l’administration communale. A la demande du Maire, Chantal Augé avait pourtant adressé le matin même le courrier ci-dessous, en ajoutant notamment la mention « dans le cadre des lois de la République ». Cette dernière a déclaré hier soir : « Suite à ce courrier qui ne correspondait finalement pas à toutes ses demandes, le Maire a décidé de me retirer ma délégation ce soir. Il exigeait en effet que je m’engage à ne plus avoir d’expression publique jusqu’à la fin du mandat en 2014 ». Ce dernier ayant également annoncé à Chantal Augé qu’il la fera aussi démettre de ses fonctions d’adjointe, lors du prochain Conseil municipal de Strasbourg, celle-ci a déclaré : « Dans ces conditions, il pourra me remplacer facilement : une plante verte devrait faire l’affaire. ». Anticor s’élève avec indignation contre cette atteinte à la liberté d’association et à la liberté d’expression, et s’interroge sur les raisons qui font que l’adhésion à Anticor de certains des membres du Conseil municipal de Strasbourg inquiète autant son Sénateur-Maire.

Le courrier indiqué dans l’article :

Chantal AUGE Adjointe au Maire

Mairie de Strasbourg Strasbourg,le 21 décembre 2011

Monsieur le Maire, Différents échanges et prises de position ont pu créer des malentendus que je souhaite lever auprès de vous. J’ai été élue sur la liste que vous conduisiez et vous réaffirme, comme en 2008, mon attachement à la réussite du mandat que vous exercez, mandat conforme au projet municipal sur lequel je me suis engagée. Une fois élu, vous avezbien voulu me témoigner votre confiance en me proposant comme adjointe au maire et en me déléguant votre pouvoir dans le domaine des marchés publics et de la politique des achats. J’ai donc conscience que I’exercice de mes pouvoirs délégués se fait en votre nom, et exige la plus grande solidarité. A ce titre, je prends I’engagement ferme : – d’exprimer et de défendre mes positions dans le cadre des rencontres de I’exécutif municipal, rassemblant les adjoints et conseillers délégués, comme je I’ai toujours fait depuis mars 2008 – de me ranger solidairement à la position majoritaire de I’exécutif, quelle que soit cette position, dans le cadre des lois de la République. Je souhaite donc poursuivre mon travail auprès de vous et de votre équipe, dans le respect et la solidarité mutuels. Veuillez agréer, Monsieur le Maire, I’expression de mes sentiments respectueux.

7 réflexions sur “en soutien à Chantal Augé, victime de son combat contre la corruption

  1. Je me demande qui est le plus gêné par cette histoire. Le maire qui aest en train de virer son adjointe, ou l’opposition qui a provoqué le maire pour le pousser à réagir (ou les deux).

    J'aime

  2. Bonjour, il me semble que la fondation d’Anticor, très pertinente au premier abord, repose sur une faille « incicatrisable », voire un abcès, de la société française: la chasse à l’extrême, droite en l’occurrence, qui place d’emblée l’association en déséquilibre, en bascule, pour ne pas avoir vu l’évidence, l’extrême, le populisme, existent aussi bien à l’autre bord. Thierry le Luron l’avait bien exprimé en créant la « version soviétique » de Nuit et Brouillard, Jean Ferrat ayant lui aussi mis de l’eau dans son vin dès 80, et pour approfondir on peut utilement lire ou relire « Les systèmes totalitaires » de Hannah Arendt. Si un extrême existe (de quelque bord), la société en a assuré la gestation, et refuse (hypocritement?) de reconnaître l’enfant, d’assumer sa part de responsabilité, préférant agresser et nourrir les échanges haineux.
    Ce qui me remet à l’esprit le sort peu enviable que la France réserve à ses enfants d’une manière générale, la Justice aux Affaires Familiales allant jusqu’à se déclarer elle-même, localement, comme « sinistrée » !
    Pour les élus, si les 3/4 d’entre eux sont considérés par l’opinion comme plutôt malhonnêtes, ils ont été choisis par des électeurs, sinon malhonnêtes eux-mêmes, mais qui se sont laissés emporter par les shows électoraux style « Star Ac ». Maturité ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.