Programme de droite, mesure pour l’éducation n°1 : planquer les stats

C’est une fédération de parents d’élèves qui m’a mis la puce à l’oreille, lorsque je suis tombé  sur ce titre :

La FCPE critique la non publication de statistiques dans l’éducation

Cette fédération de parents d’élèves majoritaire, la plus importante de France,  « s’étonne » de la non publication de nombreux travaux de la Depp (direction de l’évaluation et des statistiques du ministère) et « des deux inspections générales » de l’Education nationale.

Deux nouvelles enquêtes, l’une comparant le niveau de maîtrise de la langue entre  2003 et de 2009, l’autre entre 1997 et 2007, montrent que les lacunes des plus faibles se sont aggravées. Mais ces deux travaux attendaient dans les tiroirs du ministère de l’éducation depuis le mois de juin. C’est l’Insee qui, le 16 novembre, les a divulgués dans son Portrait social.  Le jour de la parution de l’ouvrage, les statisticiens de la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) ont été priés de ne pas commenter ces résultats qui ne suivaient pas la « bonne » courbe.

« Ce qui s’est passé là est assez symptomatique. Nos enquêtes sont bienvenues lorsqu’elles accompagnent la communication du ministre. Sinon, elles attendent, rappelle un chercheur, sous couvert d’anonymat. Et plus encore si elles montrent une baisse de niveau »

 (Le Monde)

Cette volonté manifeste de dissimuler des études qui  ne vont pas dans le sens de la majorité est dénoncée  depuis de nombreux mois par les personnels statistiques de l’Etat, regroupés dans un collectif nommé Interstat. Car ce qui est valable pour l »éducation l’est en effet également dans d’autres domaines aux enjeux politiques forts, comme le chômage, l’emploi, la formation… entre autres.

.