Hollande, balle au centre ? Ou débordement par la gauche ?

Faire alliance au centre ou rassembler la gauche ?

Ces derniers jours, François Hollande et Eva Joly se sont lancés dans un triste concours de séduction envers François Bayrou qui vient de déclarer sa candidature à l’élection présidentielle. Ce n’est malheureusement guère une surprise car depuis que cette question avait été brutalement posée par Ségolène Royal en 2007, elle n’a jamais vraiment disparu du paysage politique. En 2008, les élections municipales avaient illustré à travers de nombreux accords locaux entre PS et MODEM, l’extension de cette stratégie d’alliance au delà du clivage gauche – droite. En 2009, après les élections européennes, c’est un groupe commun (l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates) qui est mis en place pour rassembler droites centristes et socialistes européens. Depuis, les déclarations sur la nécessité de l’ouverture aux « Progressistes » (façon hypocrite de parler de la droite modérée…) ont constitué un bruit de fond permanent dans le paysage politique. Même Jean Pierre  Chevènement et le MRC s’y sont ralliés ces dernières années…

Alors « progressiste » François Bayrou ? Le Front de Gauche publie une brochure (disponible ici) qui démontre dans le détail la politique 100 % de droite, 100 % d’austérité à laquelle Hollande et Joly veulent s’allier. C’est une dérive dangereuse qui repose sur un raisonnement erroné des dirigeants socialistes et écologistes. La stratégie d’alliance au centre, se base uniquement sur les sondages et considère d’une part que les électeurs de gauche se reporteront automatiquement sur le candidat de gauche, et d’autre part que les abstentionnistes des milieux populaires sont irrécupérables (comme le laisse entendre le think tank Terra Nova). Dans cette logique, il faut donc pour rassembler une majorité électorale contester l’électorat de centre droit à Sarkozy et multiplier les avances envers son candidat ! Voilà une stratégie 100 % gagnante pour envoyer la gauche dans le mur en faisant d’une pierre deux coups. D’abord en légitimant les thèmes de la droite en se plaçant sur son terrain. Ensuite, en laissant tout l’espace à Marine Le Pen pour prétendre représenter les classes populaires.

Il faut que la gauche se reprenne. Ce n’est plus une question de petites phrases mais de ce que la gauche veut être. Alors que Sarkozy a « décomplexé » la droite, la gauche a peur d‘être elle-même. Battre la droite et chasser Sarkozy en 2012 est possible. Cela suppose de ne pas réduire son horizon aux additions de sondages d’opinion. Car il y a une autre stratégie possible. L’objectif du Front de Gauche est de contribuer à reconquérir les milieux populaires, tous ceux qui hésitent, qui ne croient plus en la politique, qui s’abstiennent. C’est certes plus difficile que de faire des clins d’œil au Modem… Mais il n’y a pas d’autre chemin pour battre la droite durablement. Et cela va de pair avec la volonté de rassembler la gauche sur une politique de refus de l’austérité pour donner la priorité aux besoins sociaux et être capable de construire un véritable gouvernement de rassemblement populaire pour résister aux marchés financiers.

Source : Gauche Unitaire

4 réflexions sur “Hollande, balle au centre ? Ou débordement par la gauche ?

  1. Le challenge est de réussir à démontrer à ceux qui désormais votent FN par peur, que leur peur est mal dirigée, que leurs ennemis sont ailleurs, que la droite se sert d’eux.

    Je n’ai pas dit que c’était simple.

    J'aime

  2. ‘la politique 100 % de droite, 100 % d’austérité à laquelle Hollande et Joly veulent s’allier’
    la rigueur et l’austérité sont toujours de droite ,il faut le répeter encore et encore car après on ne pourra que constater la retraite à perpete ,les soins si tu as les biftons correspondants , pas de profs donc des gosses qui seront livrés à eux mêmes avec plus de violences car moins de flic ( ou qui préféreront faire du rendement ) , des moyens de communications en déliquescence
    IL n’y a vraiment qu’un seul vote utile :MELENCHON/FRONT de GAUCHE

    J'aime

  3. Lundi 12 décembre 2011 :

    Exode des riches Français qui fuient la France vers la Suisse.

    Le directeur de la rédaction de Challenge, Pierre-Henri de Menthon, qui intervient dans la chronique « Les coulisses des entreprises » sur BFM Business, annonce que les Français riches sont en train de quitter la France à vitesse grand V.

    De ce fait, on peut se demander s’il y a un pilote dans l’avion France…

    On assiste à une sécurisation de l’épargne des Français les plus riches qui retirent leur argent des banques spécialisées, une situation similaire à la crise financière de 1929 aux USA.

    Pierre-Henri de Menthon pointe notamment le fait que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »

    Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :

    « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions affluent tous les jours. »

    J'aime

  4. Que le programme de Bayrou soit à droite, c’est effectivement le cas pour 2012, plus qu’en 2007. Et pourtant, il conserve un pouvoir d’attraction chez ce qu’on appelle les bobos, population votant parfois écolo, parfois socialo et…. parfois coco. Allez comprendre. Bon, j’ai déjà assez de mal à me comprendre dès fois….
    Pas besoin de brochure siglée FDG… en plus je doute qu’elle soit lue par ceux qui sont attirés par le vote orange. Mais pour ma part, je reste persuadé aussi qu’en ces temps de crise, le vote socialiste ne doit pas se droitiser comme il le fait. Melenchon essaie de rallier à lui la gauche du PS mais sa radicalité apparente (voir caricaturale et surtout caricaturée par les médias) continue de déranger les frileux, les mous, les tièdasses qui pullulent au PS.
    Enfin bon, pendant qu’on discute de la Gauche, y’a la machine de guerre UMP qui continue à nous matraquer de la désinformation à tour de bras, à insinuer des idées fausses et gerbantes et on a déjà bien assez à faire à convaincre autour de nous que ce sont des mensonges, non?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.