Courroye, la justice made in Sarkozie

Nouveau rebondissement dans l’affaire des Fadettes. Le procureur de Nanterre (Hauts-de-Seine), Philippe Courroye, qui instruisait il y a quelques mois l’un des nombreux volets de l’affaire Bettencourt, risque aujourd’hui une mise en examen pour violation du secret des sources journalistiques.

Mardi, la Cour de cassation a clairement épinglé le haut-magistrat et reconnu qu’il avait bafoué «la loi».

  «Cette atteinte n’était pas justifiée par l’existence d’un impératif prépondérant d’intérêt public et la mesure n’était pas strictement nécessaire et proportionnée au but légitime poursuivi», écrit dans son arrêt la Cour de cassation, qui de fait, annule une procédure ouverte par le procureur de Nanterre, censée identifier les auteurs des fuites dans l’affaire Bettencourt. (source)
Précisons que celui qui est censé faire respecter la loi n’en est cependant pas à son  coup d ‘essai dans cette histoire. On pourra pour s’en convaincre lire utilement, si le coeur vous en dit (je ne force personne) mes précédents billets sur le sujet, ici et ici.
Celui qui  a classé « sans suite » l’enquête préliminaire de police sur les conditions d’achat par Nicolas Sarkozy d’un luxueux duplex à Neuilly ne saurait cependant être inquiété par la justice des hommes, se sentant si  fortement protégé par celle de dieu… Espérons le pour la santé de notre démocratie, plus pour longtemps.

Une réflexion sur “Courroye, la justice made in Sarkozie

Les commentaires sont fermés.