bravo EVA !

je sais ce que vont dire en toussotant, raillant, se gaussant ou hurlant à l’excès, selon leurs personnalités respectives et leurs statuts (qui les autorisent à plus ou moins de liberté de ton…) les différents commentateurs politiques, à propos de la sortie d’Eva Joly , qu’ils soient encartés dans les partis, journalistes ou blogueurs… Qu’elle fout le bordel, qu’elle ne se la joue pas groupir, qu’elle sabote la sacro-sainte unité de la gauche (qui ne s’exerce que dans un seul sens d’ailleurs…), qu’elle a pété un plomb… Qu’elle ne respecte pas l’accord signé par son parti, toussa toussa…

 Mais qu’on me permette d’exprimer à contre-courant probablement ma grande admiration, mon respect sans bornes, ma joie et mon bonheur de voir enfin débarquer en politique quelqu’un qui respecte si peu les codes hypocrites de ce qui est hélas devenu une profession dans laquelle certains s’enkystent au point de n’avoir plus de langue que de bois et convenue. Et qui préfèrent les petits accords entre amis, les secrets d’alcôve et les bidouillages d’antichambres, plutôt que la force des idées et une ligne plus claire. Avec cet épisode entre le PS et EELV, on a tous pu constater ce que cela a donné : un gâchis et un amateurisme qui aura des répercussions auprès des électeurs.

 C’est une femme intègre, qui n’a manifestement pas digéré l’entourloupe d’Areva, et qui s’indigne à juste titre de ce qu’un lobby industriel tente de confisquer à son profit les règles démocratiques et politiques.

 On la croyait Out, balayée, lessivée, prête à rendre les armes et son tablier, tant sa position était intenable. Comment en effet oser revenir la tête haute alors que ce qui a été décrit comme un ultimatum par ses adversaires politiques a été balayé d’un revers de la main, et que l’une de ses principales revendications, l’arrêt du projet d’EPR de Flamanville, n’a pas été exaucé, au mépris de toutes les considérations économiques et de sécurité, comme je l’évoquais ici ?

 Pourtant, cette vieille dame venue d ‘ailleurs, avec ses petites lunettes rouges, est sortie de son silence pour venir nous dire tranquillement sa colère, son refus de respecter des règles qui vont à l’encontre de ses convictions, et son indignation des méthodes de voyou qui ont entraîné la disparition d ‘un paragraphe du fameux accord qui a fait couler tant d’encre dans les rotatives…

 On peut ne pas être d’accord avec elle, ses réactions et ses idées, mais cette intégrité là, si rare en politique qu’elle en désole les électeurs potentiels au point qu’il préfèrent s’abstenir, on doit peut être la respecter, n’en déplaise aux pédants et à cette cohorte d’ experts interchangeables aux discours convenus qui fustigent une pseudo recherche de « pureté », préférant se moquer plutôt qu’agir. Ça aussi, c’est suspect, à mes yeux… Nous aurons à l’avenir bien plus besoin d’hommes et de femmes de la trempe d’Eva plutôt que de béni-oui-oui bien dociles pour jeter en pâture au Moloch des marchés, sous la bénédiction des agences de notation.

 Quant à ceux qui lui reprochent un anathème qui me semble contenir une certaine réalité (la difficulté de ce parti de se positionner fermement face aux lobbies… Qu’est-ce que ce sera devant les banques et le système financier !), j’attends toujours leurs condamnations tout aussi fermes des propos de Collomb, bien plus violents, honteux et inadmissibles. Les écolos, des khmers verts ? Jusqu’à preuve du contraire, ils n’ont encore tué personne, eux… Alors que le nucléaire, lui, si. Et ce n’est pas fini… Monsieur Moscovici, quand on veut être respecté, on fait pareil pour les autres. (souvenez vous des insultes envers Mélenchon… et à travers lui des militants du front de gauche, qui n’apprécient pas vraiment d’être rangés dans les mêmes rangs que ceux du front national…). Et ce n’est manifestement pas le cas.

 PS. je préfère largement le fonctionnement plutôt sain d’Éva Joly que le comble de la tartuferie dans lequel s’enfonce la prétendue Ministre de l’écologie actuelle…

Sur ce sujet, lire aussi :  Politis

.