Ce cancer qui ronge nos Etats… jusqu’à la moelle

Notre bonne vieille (et à la fois si jeune)  Europe doit  lui apparaître bien malade, pour que le bon professeur Obama daigne venir à son chevet, alors que sa propre nation est à peine mieux lotie

Bien malade, elle l’est, assurément, pour que les sommets se succèdent à un rythme de plus en plus rapproché, comme les manifestations d’une crise qui ressemble de plus en plus à une maladie chronique et incurable : le capitalisme…

Bien malade, si l’on en juge par le seul fait que nous sommes tous là en train de scruter, depuis tant et trop de temps,  l’œil hagard, ébahi,  le cœur du cyclone qu’est aujourd’hui la Grèce, dont son premier Ministre, contesté comme jamais,  négocie avec son président le nom du prochain condamné

Bien malade, notre Europe, car nos dirigeants ne font que traiter les symptômes – et avec quelle réactivité ! – alors que ce cancer qu’est le capitalisme aveugle gagne chaque jour de nouveaux territoires : avant hier l’Islande, hier le Portugal, l’Espagne, et aujourd’hui l’Italie, mise sous surveillance et qui demain, n’en doutons pas, sera frappée du même traitement que sa cousine européenne. La corruption, le travail au noir, le sport qui consiste à payer le moins d’impôts possible n’y sont-ils pas tout aussi flagrants qu’en Grèce, qu’on stigmatisait hier ? Aux mêmes causes, les mêmes effets. La cupidité de quelques uns risque bien d’entraîner  la misère des 99 % d’autres, si rien n’arrête ce fléau.

Et demain, la France…

Mais en ces heures sombres, loin de l’empathie, de la générosité et de la solidarité, les français se concentrent sur leur propre sort : notre premier Ministre va nous décrire par le menu les ingrédients de la sauce à laquelle nous allons  être mangés…  en attendant la prochaine fièvre… demain ou après demain ?

Un autre monde est possible.

.

4 commentaires

  1. Retenons cette analogie avec la maladie. Combien sont vraiment traitées pour leurs causes ? A part avec les antibiotiques qui détraquent le tube digestif, et les vaccins dont les effets dits « secondaires » sont parfois pire que le mal soigné, seuls les symptômes, l’apparence, sont pris en compte. On fait durer la maladie, pour le plus grand bien des industries. Ne reproche-t-on pas, souvent, les médecins de s’occuper de la maladie, pas du malade ?

    Dans la finance, c’est pareil. « La crise, la crise, la crise ! » et nos « élus » prennent soin des causes, les banques, pour les faire perdurer. Les vraies victimes n’ont qu’à se débrouiller.

    J'aime

  2. @iceman : je dirais plutôt qu’on n’a même pas encore compris devant quelle maladie on se trouvait, regardant les symptômes, et appliquant une pommade bêtement antiseptique, qui ne sert à rien.

    J'aime

  3. Retenons l’image de la maladie. Les « grands » (sic) de ce monde ne font que donner un antidouleur à un malade du Cancer en phase terminale. Pas de chimio ou d’autre type de traitement, oh non….trop cher ou remettant en cause leur business de l’antidouleur.
    Donc on regarde le patient mourir à petit feu en prenant bien soin qu’il ne crie pas trop fort pour ne par réveiller le voisin.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.