cumulards médiatiques : ça suffit aussi !

En voilà un sujet qu’il est intéressant, quand on évoque les obstacles, barrages, parasites et manipulation ou à l’opposé la libération de l’espace démocratique, en France. Car il n’y a pas que les personnages politiques mais également médiatiques, qui cumulent…

 Quelques noms feront l’affaire, mais on aurait pu en citer d’autres… « On les surnomment les cumulards. Presse écrite, radio, télévision, avec en plus, pour certains, un blog, des vidéos sur Internet et des centaines de followers sur Twitter, ces journalistes politiques sont présents sur tous les supports pour y décliner leurs analyses et éditoriaux »(source)

 Jean-Michel Aphatie – Christophe Barbier – Eric Zemmour – Yves Calvi – Joseph Macé-Scaron -Laurent Joffrin… Voilà des noms qui vous disent forcément quelque chose, que vous n’avez pas pu ne pas entendre ou voir au moins une fois récemment dans votre quotidien, tant ils squattent tous les supports : radios, télés, journaux papier, sites internet, réseaux sociaux… Difficile de les éviter.

 Cela peut apparaître quelque peu problématique quand on étudie le traitement de l’information par souci d’objectivité, dans la mesure où le fait qu’une oligarchie médiatique puisse concentrer la plupart des analyses et des interventions sur la chose politique peut entraîner une grave diffraction de la lumière apportée à nos concitoyens dans un espace médiatique accessible immédiatement et aisément par tous relativement restreint. Peut-on en outre critiquer si férocement l’oligarchie politique sans faire de même lorsqu’elle sévit dans les médias ? N’y a-t-il pas là une certaine forme de collusion (a)morale ?

 Pourtant leur vérité est incontournable… à moins de passer des heures, comme nous autres, internautes et blogueurs, à nous faire notre propre opinion et à rechercher l’information, comparer, analyser, se documenter, fouiller, creuser… et remettre en forme, pour redistribuer ou garder pour soi.

 Malheureusement, je ne suis pas certains que tous nos concitoyens aient la même passion, la même envie, ni la même patience.. Il est même hautement probable qu’ils doivent se contenter de la (pseudo) pensée pré-digérée qu’on leur apporte de manière si… ludique et amusante. Ou pas.

 Ce cumul là aussi, à l’heure où tant d’autres n’ont pas cette chance (quand on sait, en plus, combien ils sont payés…) n’est-il pas préjudiciable à l’évolution constructive de notre démocratie ? Le paysage audio-visuel public, par exemple, ne devrait-il pas avoir également cette mission, de proposer une parole publique politique plus diversifiée, plus alternative, pour qu’un autre monde soit possible ?

 Je pense en outre que cette indigence d’offre de paroles et de tons politiques alternatifs, à travers différents formats d’émissions, n’est pas pour rien dans l’aura sondagière et la portée incantatoire et subjective donnée au Front National.  Pour ce qui concerne un certain public, qui souhaiterait éventuellement protester, se démarquer et/ou se révolter contre le système en place, il n’a pas forcément grand chose d’autre à se mettre sous la dent, quand il ne regarde que TF1, et des chaînes ou des émissions du même acabit, qui vont jusqu’à se propager sur des chaînes autrefois un peu plus (et mieux) publiques.

Quand on est si mal informés, et que nulle part (où dans des endroits, je le répète, difficilement accessibles) des opinions politiques contradictoires ne leur sont apportées,  comment voulez vous…

12 réflexions sur “cumulards médiatiques : ça suffit aussi !

  1. Ô que je suis d’accord ! Il serait édifiant de savoir combien d’internautes vont sur le Net, en tout, pour se renseigner, et discuter éventuellement, à propos de politique. C’est sans doute impossible à savoir, sauf au niveau d’un sinistère de l’intérieur capable de rapprocher les sites « incriminés » et les adresses IP des visiteurs. Peut-être n’y en a-t-il pas plus de quelques milliers dans l’hexagone. Si c’est ainsi, les efforts des blogueurs sont voués à l’échec, et c’est peut-être pour cette raison que la censure ne s’abat pas plus souvent sur un site. Si c’était vraiment significatif, les prévôts du Net seraient bien plus sur les dents, tenaillés par un Grand Vizir aux abois.

    J'aime

  2. Ton billet est bien meilleur que celui du Monde sur le même sujet :
    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2011/11/06/le-cumul-des-mandats-dans-les-medias-fausse-t-il-le-debat_1598889_3236.html
    Dans cet article, les commentateurs font plus d’analyse que l’auteur !

    Et allez, pour être vraiment édifié sur 10 d’entre eux, lire aussi « Les éditocrates ».
    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_editocrates-9782707158697.html
    Vous noterez sur la fiche de présentation que les soit-disant grands médias se sont bien gardés d’en faire l’apologie. 😉

    J'aime

  3. Excellent billet !
    Les blogueurs, twitter finalement ça ne sert pas à grand chose : un seul militant qui fait du porte à porte a bien plus d’influence.
    Les militants du FDG sont en train de me convaincre pour le 1er tour.

    J'aime

  4. perso, je me plains pas de voir plus de Calvi. il anime merveilleusement les débats, gère les intervenants comme personne, ne propose aucune idée orientée, pas même qu’il refuse aucune explication hors de la pensée dominante.

    Par exemple, il ne contredit pas de manière ouverte Sarko quand celui-ci essaye de le balader, mais, par son sourire, on voyait bien qu’il avait comprit que sarko essayait d l’enfumer. alors que Pernod buvait les paroles du prince (« Monseigneur!!! »)

    J'aime

  5. Epluchant la presse quotidiennement, je suis grosso mode d’accord avec toi mais je pense néanmoins qu’il ne faut pas mettre dans le même panier le Nouvel Obs, drôlement plus critique depuis que Joffrin en a repris les commandes – tant pis pour Libé ! qui reste néanmoins largement sur un ligne critique – après le départ d’Olivennes dont tout le monde a bien compris d’où il parlait : direct live de l’Elysée ! – ni Marianne qui reste fort critique. Je ne le dis pas parce que j’en suis blogueuse associée mais parce que je le lis de A à Z sur la version papier que j’achète toutes les semaines (depuis le 1er numéro de 1998).et qu’ils sont toujours fort critiques, parfois salutairement iconoclastes.

    Ayant vécu 30 ans à Orléans, je connais le poids de la presse régionale quotidienne (PQR) sur les opinions et quand j’ai suffisamment de temps j’épluche aussi au moins les éditoriaux, pas du tout tendres envers Sarkozy…

    Nous ne referons sans doute pas le monde – rêve de mes 20 ans soixante-huitards ! – mais j’avoue être d’accord avec Suzan George (d’Attac !) disant dans une interview déjà ancienne donnée à Politis que l’objectif prioritaire n’était plus de prôner l’abolition du capitalisme. Le communisme « réel » de la défunte Urss nous en donnant hélas ! l’exemple. Le sarkozysme réel, également ! il ne fait qu’essayer d’appliquer le programme de l’ultralibéralisme dénoncé en mars1998 par Pierre Bourdieu dans un article du Monde diplomatique. J’ai la chance d’avoir eu de bonnes connaissances de bases en matière économique, matière obligatoire au programme de chaque année des études juridiques. Ce qui est préférable lorsque l’on veut critiquer intelligemment. La lecture constante du Diplo depuis 1983 m’a dotée d’armes complémentaires.

    J’ai sans doute le tort d’être keynésienne depuis plus de 30 ans mais ce que Sarkozy et sa bande de barons voleurs du Fouquet’s ont conduit la France à sa ruine. Et les nouvelles mesures envisagées nous mènent droit dans le « mur du con » de la dépression (dans toutes les acceptions du terme). Nous devrions payer pour leurs turpitudes ? MERDALOR !

    Il me reste l’espoir de l’implosion façon puzzle de cette Planète finances, emportant tout dans un « big-bang » financier : la globalisation ultralibérale, l’Europe de m…, l’euro et la zone euro. Cela ne peut que se produire aussi indubitablement que le krach du 21 septembre 2008. Il reste à connaître l’heure (certains ont même « prédit » le 11 novembre 2011, augure à vérfier…) et l’événement, le grain de sable qui sera le Deus ex machina de ce dénouement jetant à bas le géant au pieds d’argile de la mondialisation… De mon avis, Sarkozy devrait serrer les fesses quand il devra comparaître devant la « statue du Commandeur » !

    A trop jouer de la séduction devant les électeurs – Sarko-Dom-Juan – devrait être mis de devant ses fallacieuses promesses de mariages. Puisse-t-il être aussi « sidéré- que le héros de de Molière. En n’ayant garde d’oublier qu’Attila qui dévasta la France dans le haut Moyen-Age était originaire de… Hongrie !

    J'aime

  6. Répéter, répéter, répéter et le mensonge devient vérité. L’éditocrate de plateau n’est qu’un élément du dispositif comme certains quotidiens gratuits du matin (c’est du violent) ou l’info continue de la TNT.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.