United blogs for 2012

Dans un billet intitulé Présidentielle 2012 : un projet pour les blogs ?, Marc déplore que les blogueurs aient tendance à demeurer dans leur petit coin bien douillet, au creux de leur chapelle idéologique, et le confort de leur petite famille politique. Il est vrai que cela rassure, de se laisser cocooné par son lectorat traditionnel, auréolé par la douce caresse des commentaires bienveillants. Mais la vérité n’est-elle pas ailleurs ?

 « Pourquoi ne voit on pas émerger une initiative de blogueurs pour couvrir la Présidentielle de 2012 ? »

 Le débat ne gagnerait-il pas à proposer des angles différents non pas débarrassés du clivage traditionnel et nécessaire mais plutôt en les offrant sur une même plate-forme en tentant par la même des approches un peu différentes ?

Je partage cet avis. Bien que pouvant paraître de prime abord, quand on ne me connaît pas, un peu rustre voire grossier, j’apprécie énormément le débat, c’est à dire de me frotter aux idées différentes des miennes, de tenter de convaincre avec de bons arguments, qui gagnent à s’ étoffer par la discussion même, au hasard des rencontres inattendues, sur le net et ailleurs… Et je ne crois pas que l’on puisse évoluer et s’épanouir en restant « à part soi »… Je dois d’ailleurs écrire ici que je me suis, parfois (instants précieux) mieux entendu et que j’ai pris davantage de plaisir à discuter avec des gens qui n’étaient pas forcément de mon bord politique, mais avec lesquels je me sentais respecté dans ma différence, plutôt qu’avec des gens du même bord qui prétendent détenir la vérité, seule, unique et universelle… en vous agressant de surcroît. A mes yeux, toutes les idées sont bonnes à prendre, du moment qu’elles ne virent pas vers la marge putride… je veux évoquer là, sans trop m’y attarder, de celles qui sentent le vomi.

 Des réacs, racistes, xénophobes, violents, agressifs, misogynes, homophobes, machistes, intégristes, fascistes, il y en a de tous bords. S’il suffisait d’être de gauche pour être bon, voire meilleur qu’un autre, cela se saurait. En outre, j’ai passé l’âge de considérer que mon positionnement politique est le seul qui soit, en regard de la proportion que mes idées prennent sur l’ensemble de la collectivité française. Allez, soyons indulgents envers soi-même, et sa famille politique, disons quoi… 15 % ? Cela ne suffit pas pour faire un bon collectif homogène, construire un mieux vivre ensemble, aller vers l’idéal d’un pays, d’un continent et d’un monde meilleur. Se laisser enfermer dans son positionnement politique, comme j’en connais tant, hélas, en refusant de discuter avec d’autres, c’est à coup sûr devenir un peu trop aigri et virulent à mon goût. On peut l’être, mais pour de bonnes raisons, pour crever l’abcès et reconstruire, dans une optique bienveillante, par exemple, mais pas pour casser. Pas avec le seul résultat de créer de la polémique pour de la polémique, comme le déplore également Nicolas. Nous y avons suffisamment pris notre part, l’un et l’autre, et bien d’autres encore… Le temps est à présent venu de dépasser nos erreurs de jeunesse.

 Tout cela pour expliquer que Marc a fondamentalement raison. Il faut aller vers un regroupement des forces vives, des démocrates, sur les blogs comme ailleurs. Et je le dis d’autant plus tranquillement que je me suis autrefois affronté sévèrement avec lui, pas dans les meilleurs termes, et bien loin de l’idéal de respect et de tolérance énoncé ci-dessus, alors que je mesure aujourd’hui le chemin parcouru, depuis l’aube des temps de ce blog… il y a trois ans. Je ne m’en souvenais même plus, de ce premier billet, dont pourtant je ne renie rien, qui n’ a pas pris une ride, si tristement d’actualité, et qui colle parfaitement avec le propos de celui-ci :

 Alors qu’il est urgent d’agir, que « le tyran est grand parce que le peuple est à genoux » (et d’ailleurs si petit, le tyran !), les différentes chapelles politiques, et même les plus chères à mon cœur se perdent dans des luttes fratricides, leurs militants les plus ambitieux se livrant à des logiques machiavéliques, usant de coups tordus plus ou moins bas sur la ceinture et dans la morale qu’ils n’ont plus (chez eux la fin – faim d’ambition ? )- justifiant les moyens… Pendant ce temps, des gens simples et honnêtes, proches de la vie et des vrais gens, aimeraient s’investir mais ne le font pas car ces mesquineries et ces querelles de personnes les écœure… Et leur démotivation, leur lassitude, alors qu’ils étaient au départ si impatients, les dégoûte d’agir, et cela au détriment le plus net de la vie de la cité…. Mais en bas, la révolte gronde, et si personne ne la canalise, aucun mouvement, aucun parti pour servir de médiateur, qui va la juguler ? Inquiétude. Et espoir aussi, car des forces montantes, heureusement non encartées et un peu moins conditionnées, cherchent à agir…. Autrement. Permettons leur de s’exprimer. Ici ou ailleurs…

 je pense néanmoins que la crise économique enclenchée à l’été 2007 par la crise des sub-primes a profondément changé la nature du débat.

 Ô combien ! C’est pourquoi je souhaite aller dans la voie tracée par Marc, et j’y pose mes premiers pas… On verra bien. J’ai déjà connu les affres et les tourments du NSD, de la plate-forme des blogs de gauche (vraiment) réduite à peau de chagrin, d’Unité2012.. Alors, fort de ces expériences, je pense pouvoir apporter quelque chose à l’initiative qui est en train de se dessiner,e t n’en ai rien à craindre, et tout à espérer… du moment qu’elle ne me cantonne pas, isolé, dans un nid de sociaux traîtres ! ; C’est à dire, selon mes vœux, qu’elle me permette de cohabiter avec des blogueurs de toutes origines, de toutes catégories sociales et professionnelles, de toutes appartenances (démocrates, j’ai dit!) politiques, dans le respect des règles de laïcité positive qui seules permettent la coexistence pacifique.

 Faisons vite, les gens ! Avant que nous soyons tous bouffés par le Huffington Post, et son modèle si rentable… Forcément, puisque basé sur la force de travail de tous ceux qui écrivent gratuitement pour qu’il s’enrichisse… J’invite donc toutes les blogueuses et les blogueurs qui souhaitent faire vivre leurs idées dans un cadre coopératif moins restreint que leur seul blog (n’ayez pas peur de l’espace, les gens, ça ne tue personne, je vous assure !) à nous rejoindre, et à relayer l’idée par toute forme à leur convenance. A bon entendeur…

(Tiens ? J’étais justement en train de me dire que rester entre blogueurs politiques pour construire cette initiative intéressante, c ‘était encore trop petit, et que je me voyais là pris en flagrant délit de fermeture… Qu’en pensez vous ? Ainsi, je vois très bien nos collègues plus geeks que nous, les blogueurs société, les cultureux,  les multi-thématiques, les blogueurs de la société dont certains se sont trompé de chemin, les internationaux, à venir nous rejoindre, et apporter leur savoir dans la maison commune. N’ont-ils pas eux aussi des choses intéressantes à dire et à écrire pou contribuer,  chacun à leur façon, à construire une société plus respectueuse de chacun ?

Oui, même parmi les blogs, un autre monde est possible.

.

.