Quant au sommet, Barbier me rase

La pensée Express d’un sommet qui n’en sera pas un… pour notre préocupation de transformation sociale.

C’est toujours un plaisir, après avoir eu l’immense honneur d’assister à l’incurie de son frère jumeau, qui quant à lui ne porte pas l’écharpe à la couleur usurpée,  mais n’en vaut pas moins son poids de libéralisme attardé, que de lire (et surtout d’ entendre… Purée, ça craint ! J’avais oublié de couper le son) l’inénarrable © Christophe Barbier… Je parle de ceci.

Il faut dire qu’il ne manque pas une occasion, ce Barbier là, de répandre sa vacuité intellectuelle, faite exclusivement de lieux communs et autres idiomatics propres à son idéologie politico-économico-médiatique tellement usitée dans les milieux qui sont les siens… Le gratin, assurément.

Que nous dit ce Monsieur à la pensée Express ? Qu’il faut a-b-s-o-l-u-m-e-n-t prendre conscience et s’imprègner, via son média en totale exclusivité bien sûr, des 3 (il est catho, le Barbier ? Un symbole de la trinité ?), nons pas un un, non pas deux, non pas 4 ou 5 mais 3 enjeux de la petite sauterie du sommet européen  de ce soir à Bruxelles.

Quels sont ces enjeux forts ? « D’abord l’euro, le sort de l’euro, la Grèce, les banques… Ensuite, la  gouvernance politique: est-ce qu’il sortira de ce soir une nouvelle philosophie pour le couple franco-allemand, une nouvelle manière de faire avancer la zone euro? Enfin: Nicolas Sarkozy. »

Voilà bien là des enjeux à la hauteur de ses vues : du pognon, du pognon, et encore du Bling-bling… La place de Sarkozy dans cette histoire est en effet fondamentale : il est si petit… qu’il va devoir grimper sur un escabeau pour lui faire la bise ou lui coller une baffe, à la Merkel ! Et pour le reste… Leur vie de couple les regarde.

Cependant, je tiens à vous signaler plus sérieusement que  j’ai vu un autre  Monsieur bien propre sur lui, à la télé, qui nous a avoué, alors qu’il fait partie de ces gens importants qui décideront de notre avenir ce soir là, qu’il ne faut rien en attendre… Ou pas grand chose. Et que le souci de ce genre d’événements depuis le début de la crise, c’est qu’à peine une décision prise, qu’elle a déja deux mois de retard au moins sur les événements économiques qui l’ont provoqué. C’est pour dire.

Alors, qui croire ? Faudrait savoir ! Soyons sérieux un instant, Messieurs, il  en va de notre avenir et de notre (petit, si petit…) train de vie quotidien ! Vais-je pouvoir emmener ma promise et son nain  au resto ce week end ? Mettre de l’essence dans ma bagnole ? Rester dans ma maison ou (re)partir en HLM ?

Il est fort probable que l’avenir que ces gens là nous tracent ne me le dira pas. Car cette histoire, c’est le pot de terre contre le pot de fer. Et le triompphe de l’hypocrisie, portée à son point d’incandescence internationale.  Et comme d’ordinaire, celui qui aura raison sera celui qui a le plus de pognon. Et ce n’est pas la France. Certains parlent ainsi d’un apport au FESF de l’extérieur de l’Europe : … la Chine, moyennant certaines contreparties commerciales, forcément…

Le communisme n’est plus ce qu’il était.

Si vous voulez quand même suivre les événements… c’est ici, notamment.

Pour un avis plus intéressant que celui de l’Express sur le sujet, c’est  par là.

Quelqun qui vaut le détour,  et que je rejoins, c’est ici : longue vie à l’ami Marco.

.