Ecce Homo (de la vérité crue qui dérange les intégristes de tous bords…)

© Klaus Lefebvre (source)

Le gratin de l’extrême droite réac dans ce qu’elle a de plus vile et inculte vient de se voir impliquée dans un trouble à l’ordre public comportant de multiples agressions de simples spectateurs pacifiques.

Action française, Renouveau français, France Action Jeunesse… Il ne manquait plus que le Front National qui tente si vainement de se donner des airs de respectabilité,  et son pendant encore plus sectaire sans l’excuse la vieillesse, le FNJ, pour complèter le navrant tableau de l’extrême-droite française agissante dans ce qu’elle a de pire.

Les mêmes qui ne manquent pas une occasion de marteler la nécessité de respecter la laïcité de manière si étrangement unilatérale  s’en prennent donc à présent à une pièce qui n’a pour seul  défaut que de déranger leurs certitudes  et leurs croyances d ‘un catholicisme figé, ce qui me semble pourtant l’un des apanages indiscutables de l’art, de tous temps, sous peine de tomber dans le fanatisme, l’intolérance, et le refus de la modernité, de la transgression utile et nécessaire à la transfiguration du réel.  Faire éclore l’émotion dans les coeurs les moins fertiles, provoquer la réflexion dans les cerveaux de tous n’est-il pas la vocation de l’art, le vrai ?

« Sur le concept du visage du fils de Dieu » par Romeo Castellucci   est une pièce qui, de l’aveu de tous, ne laisse pas indifférent. Est-ce une raison suffisante pour asperger ses spectateurs d’huile de vidange ou  arroser la foule de gaz lacrymogène ? On croyait ce genre d’ attaque terroriste relever d’un autre intégrisme religieux, moins catholique… Il n’en est rien. Aux mêmes causes, obscurantistes, les mêmes effets violents.

Même des journaux engagés aux côtés des chrétiens authentiques comme La Croix s’en étonne, c’est pour dire.

L’intégrisme est à la religion ce que le sado-masochisme est à l’amour : un dévoiement. Quels que soient les discours, on ne me fera jamais prendre l’un pour l’autre, moi qui suit pourtant athée… Cela ne mempêche nullement de respecter toutes les formes de réflexion sur des sujets de ce genre. Quand bien même ils me dérangeraient… Mais manifestement, cetains n’aiment guère l’être, dérangés, et préfèrent déranger les autres dans leur propre intimité… Peut-être parcequ’ils le sont : dérangés ?

Un autre monde est possible, là aussi.

.