Amesys, le point d’amnésie (libyenne mais pas que) du système sarkozy

 

 La plainte de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme  risque de soulever bien des lièvres, si l’on ne se réfugie pas de nouveau derrière le si commode secret défense… (« Sarkozy, numérote tes abattis ! »)

 .

  Eagle : « système d’interception des communications »  conçu par la société Amesys, filiale de Bull, « qui, associé au logiciel Glint , permet d’enregistrer, décoder, stocker et redistribuer les communications Internet, satellitaires ou téléphoniques qu’elles soient passées d’une cabine ou d’un portable » (France Info)

  Aujourd’hui plus particulièrement, je suis fier de l’action menée par la Liguedes Droits de l’Homme (LDH pour les intimes), affiliée à la FIDH, que je soutiens régulièrement ici. En effet, cette dernière vient de porter plainte contre X (en l’occurrence, la société française Amesys et tous ceux qui ont concouru à la conclusion d’un contrat lourd de conséquences), avec constitution de partie civile, pour complicité de torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

 Il y a peu, cette entreprise spécialisée dans « l’interception électronique »  confirmait avoir fourni au régime de Khadafi du  « matériel d’analyse » portant sur des « connexions internet », lequel a permis au régime dictatorial d’espionner tout un peuple, et qui a entraîné la mort de plusieurs opposants ainsi que de nombreux actes de torture.

 « Ce sont des journalistes du Wall Street Journal visitant les ruines du centre de surveillance des communications de Mouammar Kadhafi qui ont mis la main sur des documents confondants signés Amesys, des notices d’utilisation de leur système d’écoute à grande échelle. Documents apportant la preuve qu’un « big brother » à la française avait été implanté en Libye. » (source).

  Voilà qui risque de mettre à mal la légende de Sarkozy en costume de sauveur des pays arabes… Owni nous informe d’ailleurs  qu’une plainte avait été déposée également en Lybie par l’association Sherpa, dont voici un extrait :

« A ce jour, aucune autorisation du gouvernement n’aurait été délivrée afin de permettre à la société AMESYS de vendre le système de surveillance susmentionné. C’est pour toutes ces raisons, Monsieur le Procureur de la République, que j’ai l’honneur, au nom de l’association SHERPA, de déposer plainte entre vos mains pour les faits dénoncés ci-avant, faits prévus et réprimés par les articles 226 et R 226 du Code Pénal ».

[…]Christian Paul, député PS de la Nièvre et conseiller de Martine Aubry sur les questions numériques, avait déjà évoqué Amesys dans une question écrite adressée au ministère des Affaires étrangères.

Réponse : comme toujours, en France, une commission d’enquête… On attend toujours ses conclusions… Aussi, la relance du dossier par La FIDH, si elle est suffisamment médiatisée (ce qui n’est pas encore vraiment le cas pour l’instant…) tombe à point nommé pour pousser les autorités à faire un peu mieux en termes de défense des droits de l’homme, conformément aux déclarations tonitruantes du va-t-en guerre qui prend tant de plaisir à se vanter de son action dans les pays arabes…et en Lybie plus particulièrement.

Pourtant, certaines mauvaises langues évoquent une possible compromission par le biais de  la société Amesys entre Kadhafi et Sarkozy, via notamment Takkiedine. Dont Guéant ce serait fait le trop modeste entremetteur. Dans tous les cas, il est probable en effet que le contrat concernant ce système de surveillance  aurait été signé dans la tente que l’ex « guide de la révolution suprême » avait eu l’autorisation de poser en toute tranquillité  dans les jardins de l’Hôtel Marigny,  avec l’aimable bénédiction du grand démocrate qui nous gouverne … suscitant d’ailleurs à l’époque  l’ire de Rama Yade, aussitôt rappelée à l’ordre. Ce contrat litigieux n’était d’ailleurs pas le seul…

Hors l’argent, point de salut ? Un autre monde est possible.

 

En savoir plus :

L’article de Jean-Marc Manach sur le système Eagle d’Amesys sur Owni

 … Du même, que je suis fier de compter dans ma blogroll :  Amesys/Bull: un parfum d’affaire d’État

 ALERTE ROUGE

Amesys ne surveille pas que la Libye, mais aussi la France

Aussi,  n’hésitez pas à consulter le Petit manuel de contre-espionnage informatique chez Owni !