le candidat à l’eau de rose

Illustration de  Jektoo

.

Au PS, plus ça change, plus c’est la même chose..

Sans grande surprise, après toutefois un faux départ,  le chouchou des médias et des classes dominantes a donc été élu représentant des socialistes à l’issue de ces primaires, ponctuées par  bien des reniements de convictions, qui laisseront des traces dans le coeur des militants et sympathisants de gauche.

Pour ce qui me concerne, je ne suis guère touché par ce résultat dans la mesure où je n’ai accepté de participer bon gré mal gré à ces primaires que dans l’espoir, hélas contrarié, de gauchir la position d’un parti qui verse de plus en plus dans une position socdem de bon aloi.

Celle-ci est de toute évidence de nature à ne surtout froisser personne en ratissant large, de Valls à Montebourg, le faux gauchiste, mais présente justement de par ce fait le léger désavantage de ne permettre que très peu de changements. On ne les provoque pas en  effet en voulant plaire à tous…  et en refusant  le rapport de force quand cela est nécessaire.

Dans les mois et les années qui viennent, la protection sociale et économique des populations non aisées passera forcément par la capacité à malmener les  banques, les grandes entreprises, à contrecarrer les projets cupides dont la morale est absente du système financier, médiatique et politique dont on peu constater tous les jours à quel point il est corrompu.   je doute donc fortement que le candidat choisi, plutôt de centre gauche, aura la combativité nécessaire pour déjouer les plans des lobbies à l’oeuvre dans les coulisses, qui n’ont aucun intérêt à ce que ce monde change : ils s’y font un blé monstre. 

Aussi, fort de cette conviction, et voulant donner à notre pays les armes du vrai changement,  je m’emploierai à présent à  soutenir la démarche de Jean-Luc Mélenchon. Au vu de cette élection qui incarne à mes yeux la dérive social démocrate en échec dans toute l’Europe, le co-président du Parti de Gauche avait donc manifestement raison de quitter le PS pour créer le parti creuset avec lequel il a été possible de contribuer fortement à  cette belle réussite du rassemblement qu’est le Front de Gauche.

Enfin, en cette soirée de désillusion pour certains, je tiens à clore ce billet par une pensée émue envers mon fils, fier et beau gaillard de 21 ans qui s’est consacré corps et âme à la réussite de Martine Aubry depuis des temps où bien d’autres ne croyaient pas encore en elle, et qui donc ce soir doit être tellement déçu au point que je m’en inquiète…

Ce soir toutes mes pensées vont vers lui. Le reste n’est que fumée.

 

9 réflexions sur “le candidat à l’eau de rose

  1. Bien d’accord avec vous.

    j’aimais assez les idées de Montebourg, celui d’avant la trahison.
    Le peuple de gauche n’est plus que le reflet de ses politiques, bobos nantis abhorrant la populace.
    Concernant Mélenchon, il faut espérer que l’odeur de la gamelle ne lui fasse pas tourner veste, ce dont je doute fortement.
    30 ans de PS, ça vous change un homme, puis les ors de la république, c’est tellement plus stimulant que de prendre la parole devant 30 militants espace youri gagarine, terminus du rer C .

    J'aime

  2. Le problème de Montebourg et sa rénovation du PS par « l’intérieur » est le même que celui de Pierre Juquin avec le PC. Nous avons vu le résultat, une anecdote dans la longue histoire des ruptures avortées !

    J'aime

  3. @lediazec je n’y aurais pas pense. Mais j’ai oublié ce qu’il lui est advenu.
    maintenant les camps sont clairement délimités, finalement nous n’en aurons que les coudées plus franches

    J'aime

  4. Hollande présente l’avantage de toujours avoir méprisé les gauchistes du PS. Il va être d’autant plus facile de faire du Hollande bashing, ce type étant le digne représentant de tout ce qu’il y a de pire chez les sociaux démocrates mondiaux, acteur d’absolument tous les reniements du PS dans les 15 dernières années.
    Il pourrait être intéressant d’initier une mode : « FEVRIER 2008 » scandé à toutes les apparitions publiques de cet individu. On pourrait aussi scander « OUI OUI ». Mais ça ne serait pas forcément bien compris par les gens « sérieux ».

    Pensée aussi pour tous les ceusses qui y ont cru une nouvelle fois… J’ai des collègues qui s’y sont impliqués… Comment peuvent-ils tous croire encore à ces gens après 2005 et 2008 ?

    Ah. Je pense qu’il devrait être possible désormais d’acter que depuis le « Consensus de Washington », tout ce qui possède du pouvoir (médiatique, politique, financier) a décidé d’une guerre idéologique totale contre la piétaille. Et qu’en tant que tel, la seule réponse est la riposte idéologique frontale.

    J'aime

  5. Victoire! Victoire! entend-t-on ici et là. Il y a dans l’air comme un petit sourire béat, une sorte de niaiserie conformiste… sur les visages, aujourd’hui. Comme si la France avait gagné à la loterie, le droit de s’exprimer dans les urnes. Alors, tant mieux! Profitons de cette douce illusion de bonheur si cela peut en dérider quelques-uns avant que le réalisme politique ne revienne à l’assaut. « Nous avons un avenir à changer » mais qui dit cela? Ah! oui, l’engeance de la fonction publique et de leurs syndicats d’employés… qui voudrait rassembler autour d’elle, autour de François Hollande (substitut de DSK) candidat élu par défaut d’une gauche qui néglige depuis trente ans le monde ouvrier. La politique partisane a encore de beaux jours devant elle. Au moins avec le PS anti-sarkosyste, on sait ce que l’on perd et ce que l’on gagne aussi, la perpétuation d’une monarchie administrative européiste! Alors profitons de cette belle journée ensoleillée! Espérons les lendemains qui chantent! Comme dans un doux rêve, Amen!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.