peur dans les trains

Ce soir, nous nous sommes un peu disputés, avec ma compagne… je n’ai pas pour habitude de parler de ma vie privée ici, ceux qui me lisent régulièrement le savent bien,  mais je le fais cette fois à dessein car je voulais utiliser cet exemple pour en tirer une leçon à portée collective.

L’objet de la dispute était la grève de ces  cheminots qui exercent à juste titre à mes yeux leur droit de retrait. L’un des leurs vient d’être poignardé, et sa vie est en danger. La sécurité des contrôleurs n’est pas assurée, et il est anormal qu’on ne mette pas en place des moyens de nature à leur permettre de faire leur travail sans risquer la mort. Vous qui critiquez ce mouvement, risquez vous votre vie quand vous bosssez ?

Pourtant, ma comapgne, à ma grande honte, hélas d’accord avec Mariani   (je la soupçone d’ailleurs d’être de droite sans vouloir se l’avouer) estime que leur mouvement ne résoud rien, et  que faire grève est une connerie…

Qu’on me permette de ne pas être d’accord avec cette logique qui consiste à réprouver tout mouvement de contestation simplement parcequ’il gêne sa petite vie personnelle, ce qui m’apparaît comme une réaction d’un égoïsme que je réprouve, préfèrant privilégier l’intérêt collectif, même quand ça complique ma petite vie.

Je peux comprendre à la rigueur  ma compagne qui se lève tous les matins à 6 heures pour prendre le train à 7 et se rendre sur son lieu de travail afin de gagner un maigre salaire correspondant à un mi-temps qui ne lui permet pas de faire des folies… Mais Mariani, lui, prend les français pour des abrutis qui gobent tout de la propagande gouvernementale en prétendant qu’il s’agit simplement d’un acte isolé alors que les contrôleurs vivent en permanence dans la peur d’être agressés et ne sont pas entendus ni protégés par leur direction qui vise avant tout le seul profit,  et cela me scandalise. Ce mec est un cynique, qui joue sur la méconnaissance et l’égoïsme, misant sur la bassesse plutôt que de tirer les gens par le haut,  comme tous ces gens de la droite dure, et ce qui me navre profondément.

Et dire que l’idéologie sarkozyste prétend faire de la sécurité une priorité… Deux poids, deux mesures.

.

7 réflexions sur “peur dans les trains

  1. Ah bon, Mariani prétend qu’il s’agit d’un acte isolé ?
    Plutôt le genre à dire qu’il y a l’insécurité partout, généralement, et qu’on est agressé tout le temps et partout, non ?

    J'aime

  2. Et chacun de foncer à chaud & tête baissée là où on leur dit de faire..

    GRATUITÉ des transports en communs. De TOUS les transports en commun (sauf l’avion à réserver aux actions urgentes et humanitaires).

    Et c’est tout. Ça ne réduirait pas ce risque à zéro, mais tout de même.

    Et on va nous retartiner la « dangerosité des fous », qui sont environ un millier de fois plus souvent victimes qu’agresseurs.

    Vite, un loi, vite, un discours, vite les forces du désordre !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.