Alliance Hollande/Valls : une gauche moderne ?

 

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience » (René Char).

  Une chose est certaine, quitte à en faire bondir certains (et comme je m’en fous, mais d’une force !) : quelle que soit l’issue des primaires socialistes, et du premier tour des présidentielles, je ne voterai pas pour un candidat qui se prétend de gauche et opère des alliances contre nature avec un mec comme Valls et ses positions indécentes… plutôt qu’avec le Front de gauche, ce qui confirme que son absence à la fête de l’huma n’était pas un hasard… mais un symptôme de son anti-communisme primaire. Hollande a choisi : la droite et le centre droit plutôt que la gauche. Qu’on me permette donc de choisir à mon tour un candidat de gauche, vraiment.

 Hollande n’est pas le rassembleur qu’il prétend paraître. C’est un mystificateur. Il tire le PS vers la droite dans le sens d’un libéralisme outrancier qui nous a foutu dedans. Qu’on se le dise !

 Que ceux qui votent pour lui le fassent en leur âme et conscience, en sachant qu’avec lui, rien ne changera. Et que l’oligarchie qui nous domine et nous entraîne vers le bas n’a rien à craindre d’un tel individu.

 Pourtant, un autre monde est possible. Et j’espère que les électeurs des primaires auront envie de le construire avec nous, plutôt que de  choisir le candidat du statu quo dont notre pays n’a pas besoin. Et quand bien même il serait élu, je m’opposerais à lui avec la même force. je ne suis pas de ceux qui retournent leur veste… toujours du bon côté.

 

PS. : 1ère émission sur les primaires : 4 millions de spectateurs

2ème : 1 million

3ème : 200 000 ?

 Il est temps que ce cinéma se termine : ça lasse…

 

7 réflexions sur “Alliance Hollande/Valls : une gauche moderne ?

  1. Il est patent et pendant que cette Grande Érection Pestilentielle « deux d’mez douze » est nettement placée sous le signe des bourses d’Eros , un peu à la grecque antique, avec beaucoup d’acharnement et parfois quelques grossières erreurs de casting dans chacun des camps en présence.Tout de suite ça avait très mal démarré avec Woerth et la mère Bettencourt, puis,après l’engrossement médiatisé faussement mezzo-voce de la chanteuse de fandango Carlita dont personne n’a rien à foutre, les inattendus rebondissements très théâtralisés DSK/Naffisatou/Tristane Banon, quelques squatt incendiés ici ou là, le renfort inespéré de balladureries vieillissantes, les épines villepin, les éruptions volcaniques cutanées de la girouette ivre du valenciennois, l’incroyable multiplication des Centres de toutes sortes, les impossibles saillies des candidates PS au nombre de deux, les micros placés sous le plumard de la dernière meuf à Françou la tulipe devenu depuis peu un vrai métro-sexuel du porno politique…Bref, rien ne nous aura été épargné, pas même le retour possible de Alain Juppé en « troisième -troisième homme » avec sa coiffe de castor junior et sa tenue de Bleck-le-Roc flanqué de son professeur-économinus omniprésent télévisuellement chez Yves Calvi à tous les où il y a de la sauce rance.

    Hein? quoi? Le sexe dans tout ça? Ben ouaip,justement! Nous aussi on se le demande!!! C’est bien la question qu’on s’pose:
    Où donc sont passés: la Cicciolina, Rocco Sifredi, Marthe Richard, Mata-Hari, Frédéric Lefevre, Nicolas Hulot?

    Steph.K

    J'aime

  2. Le patron de Dexia s’appelle Pierre Mariani : c’est un proche de Nicolas Sarkozy.

    En 2010, Pierre Mariani a gagné 1 809 411 euros.

    http://www.lesechos.fr/diaporamas/voir_diaporama.php?id_diap=DIAP290411932_114660

    A propos de Pierre Mariani, voici un extrait de Wikipedia :

    Le successeur d’Axel Miller, Pierre Mariani, un proche de Nicolas Sarkozy, s’est octroyé un salaire fixe en hausse de 30 % par rapport à Axel Miller.

    Le conseil d’administration de Dexia a accepté «à l’unanimité» le 13 novembre 2008 de porter à un million d’euros le salaire annuel du directeur général et de fixer à 2,25 millions d’euros son bonus maximum. Axel Miller ne touchait «que» 825 000 euros de fixe, et son bonus était plafonné à 1,8 million d’euros.

    C’est le comité des rémunérations, composé notamment de Denis Kessler, ex-numéro 2 du Medef, et d’Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, qui a fait ses propositions.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexia#Salaire_de_Pierre_Mariani

    J'aime

Les commentaires sont fermés.