un deuxième round ennuyeux

Bon, déjà, ça commence bien… Quelle idée de programmer ce « débat » à 18H00 ? Sont cons ou quoi ? Pas besoin d’être Madame Irma pour deviner que la fréquentation ne sera pas aussi forte que la dernière fois… Ils ne se rendent donc pas compte qu’il y en a qui travaillent ? Résultat, j’ai raté le début, c’est malin, m’ont déjà contrarié.

 Tout ce que j’en ai retenu , de la suite du début, c’est une longue, fastidieuse séquence genre débat d’experts sur le protectionnisme, chacun y allant de sa petite mesure. Les 6 candidats se répartissaient sur une échelle de 1 à 10 en terme d’intensité des barrières mises en œuvre qui allait de 1 (Baylet, Valls) à 10 (Montebourg, Royal). L’interdiction des licenciements boursiers est revenue sur le tapis. Je partage.

 Puis vint le temps de la fiscalité plus juste, d’une TVA basée autant sur les capitaux que sur la production (« taxer le capital autant que le travail », Aubry), idée que je partage également. Valls s’est fait tacler par la plupart des candidats sur l’idée de la TVA sociale, dont Baylet disait à juste titre qu’il n’y voyait rien de social, et je suis d’accord aussi. Montebourg s’est interrogé avec nous sur l’opportunité pour la gauche de porter des mesures de droite, et j’en suis fort aise : augmenter le montant de la TVA n’a en effet rien de social tant c’est la mesure la plus inégalitaire qui soit.

 Sur le dossier de l’emploi, je n’ai trouvé personne convaincant, car ce n’est pas avec une mesure aidée de plus, quelle que soit son appellation (sauce hollandaise ou Aubryiste) qu’on luttera efficacement contre le chômage. Mais je me suis déjà exprimé là dessus ici. J’ai simplement noté que Montebourg a été le seul à évoquer le fait que la CGT et FO ont fait des proposions intéressantes pour lutter contre le chômage (lesquelles ? Ce n’est pas dit dans l’histoire).

 D’autres thèmes ont été évoqués, mais je n’ai pas tout capté, je l’avoue humblement. Ainsi, je me suis attardé un instant à observer la brillance du poil de Valls, aux cheveux exagérément brillantinés… ou cette étrange marque de collier de chien autour du cou de Royal… Honte).

 Lorsque les thèmes de la sécurité et de l’immigration sont venus, Baylet a réagi en disant son exaspération de voir ces deux là si souvent acoquinés, et j’en suis fort aise. Comme il l’a dit lui-même, la sécurité va bien mieux de pair avec la justice.

 Sur l’idée sarkozyste de l’encadrement militaire des jeunes, Royal s ‘est fourvoyée doublement : moralement et techniquement. Moi, quand je parle de centre éducatif fermé, je sais de quoi je parle, quel en est le contenu, les modalités, la pratique professionnelle, les compétences des gens qui y sont employés. On ne saurait les comparer avec les E.P.I.D.E, dispositifs issus de l’institution de la défense, comme elle l’a fait. Aussi, cet argument à deux balles sur la cherté de l’un (600 euros/jour) par rapport à l’autre (100 euros/jour) est techniquement ridicule. On ne parle pas de la même « prestation »…

 Sur la sécurité, j’ai pu constater que, soucieux qu’ils étaient tous de ne pas reproduire l’erreur de 2007 (si vous aviez vu comme Valls jubilait!) , ils en ont tous rajouté un couche. Mais trop, c’est trop. Faut quand même pas pousser : nous ne vivons pas tous dans des quartiers dans lesquels il y a nécessité de s’équiper d’une porte blindée, d’un gilet pare-balles, et de bombes anti-agression… Tous ces candidats se fourvoient en passant à l’excès inverse.

 Voilà, j’ai fait le tour de ce que j’ai retenu, sans le moindre souci d’exhaustivité, puisque, je le répète, je fus parfois absent, le débat me semblant inintéressant.

Ce que je vais retenir de la soirée :

 > le fait que Baylet ait proposé le premier de supprimer le délit de solidarité.

> le clash Montebourg/Aubry à propos de l’affaire Guérini. Je ne peux que rejoindre Montebourg d’autant plus volontiers que j’avais déjà exprimé ce qu’il a reproché ce soir à la secrétaire en stand by du PS… Montebour a rappelé que le phénomène de la corruption n’était ni de droite ni de gauche, et il fallait que ce soit dit. Et dénoncé.

> les propos de Royal qui estime à propos de l’immigration au cas par cas, qu’elle est hostile à « des critères généreux » (l’expression est de Montebourg, plus humain).

Voir les moments forts (selon iTélé)

Bien le bonjour par chez vous. moi, je vais me coucher… Naze.

7 réflexions sur “un deuxième round ennuyeux

  1. Ma compagne et moi on s’est fait avoir! Bêtement, en suivant un truc un peu logique, nous nous étions dits que le « débat » serait après le JT de 20h d’autant que le toto d’audience semblait « promettueur » et publicitairement rentable…(13 millions de « consommateurs » la dernière fois pour un débat qui n’en n’ était pas un déjà).

    Nous avions même négligé en conséquence de nous épuiser à consulter un assommant « programme » sur Télérama, ou même Télé-Z…

    Bref, convaincus de l’inutilité d’un JT de plus, on zappe le 20 Heures…On déboule peu après 20 H30 et paf! le nez dans le sac!!!

    On tombe, ma compagne et moi, sur six journalistes forcément experts en analyse de débats qui vont nous faire pendant deux plombes l’apologie sans retenue du tandem Aubry/Hollande, surtout de « Hollande-le-sage-au-dessus-de-la mêlée-mélo »…

    Nous eûmes tout de même des extraits probablement ficelés et remontés dans le désordre savant des falsificateurs, sans chronologie mais beaucoup d’intentions…

    Oui, je suis malveillant: à la fois contre « les six primaires » veillant généreusement à la « paix sociale » avec un dévouement sans égal,-(c’est bien ce qu’on leur reproche à tous!)-,et les six autres faux-culs patentés -(eux aussi)-s’essoufflant jusqu’à l’apoplexie à nous faire prendre des billevesées pour des lanternes.

    Il nous était à peu près insupportable de nous fader toute la prestation journaleuse et, comme nous étions fatigués par une dure journée passée au grand air, , nus avons fait fermer sa gueule au poste, sommes montés dans notre piaule et on s’est pagés coolos tranquillos…Il était encore tôt, certes; Bonne raison pour en profiter.

    Steph.

    J'aime

  2. @stef : ah ? Enfin un commentaire intelligible débarassé de tes gabituelles périphrases faussement délirantes; 9a fat plaisir : je comprends tout. Merci pour ce commmentaire et ce témoignage personnel.

    J'aime

  3. « @stef : ah ? Enfin un commentaire intelligible débarassé de tes gabituelles périphrases faussement délirantes; 9a fat plaisir : je comprends tout. Merci pour ce commmentaire et ce témoignage personnel. » -(GDC)

    (REPONSE DE GdC, Copiée-collée telle quelle par nos soins de vieux délirants….-N.I-)

    Héhéhéhé…ça boume?

    A GdC,

    Bon poids. Nous avons relayé le tout sur nos pages que tu connais /semble-il/ comme « délirantes » sans doute, à l’instar des commentaires que nous laissons parfois ici…(Ce petit compliment d’une certaine façon pourrait être involontairement par ailleurs peut-être excessivement flatteur, voire immérité….)
    .
    Ok, Sans blague :

    Le « flagrant délire » me semblait jusqu’ici émaner sérieusement surtout « du camp d’en face »…Celui composé de tous les apôtres de l’électoralisme.

    Tiens, d’ailleurs, comme tu le soutenais toi-même dans un billet précédent à propos des sénatoriales très gériatriques , le mode de fonctionnement de ce « machin » relève « monarchiquement » du jeux atrabilaire de quelques autorisés « glands zélecteurs », dont nous ne sommes pas. »Nous qui sommes si « petits ». ».

    Ainsi, il va de soi que souscrire à ce genre de « bidule » c’est aussi reconnaître, défendre et soutenir un système dans son ensemble et en aucun cas de le contester, sinon du point de vue de « la gôche de Palais »…qui tant en vit bien.

    Nous regrettons que l’homme « au beau parler », (Edith et moi reconnaissons un talent appréciable à ses envolées, il arrive même que nous nous fendions sincèrement la pêche en l’écoutant – y compris lorsqu’il se plante de quelques milliards d’euros au cours d’un exposé, – Ne chicanons pas, ce monde n’est pas à un « chouya » de milliards près, pourquoi bon sang « JLM » devrait-il avoir à cœur d’être le seul pointilleux sur pareil matelas, il est Sénateur, pas comptable…Mais sénateur tout de même, et ça: ça coince aussi. Soit: il a bien dit qu’il n’était pas « révolutionnaire », nous l’avons bien entendu, (c’était précis…) soit notablement aussi contradictoirement des leurs…

    Qu’aurions-nous donc à faire alors avec un « Front de Gauche » qui ne serait pas « révolutionnaire », Un FdG qui ferait alliance avec les vieux stal’s en perte de vitesse, qui admet fort, le cas échéant « , qu’il pourrait s’ouvrir » à d’autres sensibilités, et de jouer sans honte aucune avec les « cooptés » aux pathétiques Sauveteurs de la « paix sociale » contre « la Guerre sociale » que nous, nous soutenons indiscutablement!

    Non mais….Sans rire?

    GdC, Dis-nous vite qui est délirant?

    Il faut faire gaffe un peu à ne pas trop « psychiatriser » les révoltes et les formes prises par la critique qui va au delà du spectaculaire (au sens de Debord) comme il est d’usage de le pratiquer à l’occasion de ces « castings de la fausse conscience « préemptés…C’est idéologiquement risqué.

    Sinon, tu le sais: nous aimons beaucoup de choses que tu écris et nous en relayons même certaines assez souvent.

    Bien cordialement.

    Steph.


    http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

    J'aime

  4. @stef : je le sais bien et je t’en remerice. Toute ma gratitude, assurément. Mais avoue qu’heureusement que je sais dépasser les apparences… je comrpends quand même que cela puisse être irritant pourt certains qui n’ont pas ma patience. Les blogueurs qui publient (et donc travaillent) beaucoup n’ont pas forcément le tempsd e tout décortiquer… (Ceci était un message subliminal… )

    J'aime

  5. Prochaine étape: six masques blancs au dessus de torses nus. Image en N&B Une légende sous forme de banderole au dessus de leurs têtes:

    -« La haute couture de l’espoir, de la confiance et de la rekrize ».

    Chaque candidat tient devant lui un N°, comme à l’occasion d’un « tapissage policier »,mais ne dit pas un mot…

    Chacun tour-à-tour change de place, silencieusement,valse des chaises musicales rejouée plusieurs fois avec chacun des autres participants, dans le désordre…puis, les participants, toujours masqués, échangent hâtivement leur N°, Puis, un à un nt enfin l’injonction suivante: « Faites-nous confiance:Votez ».

    Ah…ça va mieux en le disant!!!
    Steph.

    J'aime

  6. Suis bourré ou quoi? GdC dira encore une fois que je ne suis pas compréhensible, que je suis délirant…Disons qu’un peu préssé mon clavier aura fourché.
    Reprenons:

    Prochaine étape:

    six personnes arborant six masques blancs au dessus de torses nus. (Image en N&) Une légende sous forme de banderole flottant au dessus de leurs têtes:

    – »La haute couture de l’espoir, de la confiance et de la rekrize:les bourses de l’avenir ».

    Chaque candidat tient devant lui un carton portant un N° (de 1 à 6)comme à l’occasion d’un « tapissage policier »,mais ne dit pas un mot…Ils tiennent devant eux, sur le comptoir une feuille blanche inamovible.

    Chacun tour-à-tour change de place, sans un mot,(jeu des des chaises musicales rejouée en s désordonnée, tirage de cheveux , quelques baignes…plusieurs fois, avec l’ensemble des autres participants) dans le désordre et avec le fracas de pieds et de et de pupitres raclant l’estrade…

    Puis, les participants, toujours masqués de nouveau assis et calmes, échangent hâtivement leur N°, dans une grande confusion maladroite et précipitée.
    Enfin puis, un à un expriment distonctement l’injonction suivante:

    -« Faites-nous confiance: On remet le son: Votez ».
    Musique: La Marseillaise en défilement et ultra total aigu….poils au cul!

    Ah…ça va mieux en le disant!!!
    Steph.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.