Courroye : encore un coup des juges rouges !

 

 L’idée qu’un magistrat, tout Procureur de la République au Tribunal de Nanterre qu’il soit,  ait à répondre de ses actes auprès de la justice, en marge de l’affaire Woerth/Bettencourt, malgré son statut d’ami personnel de Nicolas Sarkozy, et qu’il ne soit donc pas au dessus des lois,  me convient tout à fait, à moi… Mais manifestement pas au dénommé Courroye, qui l’a fait savoir haut et fort à qui de droit…

 Voilà cependant le sens concret que je donne quant à moi  à ce qui n’était pour d’aucuns qu’une formule, celle de la « République irréprochable ».

 [youtube http://www.youtube.com/watch?v=SBjnhC_RQWM&w=420&h=315]

  Bravo,  Sylvia Zimmermann, de laver l’honneur des français par cet acte courageux.

 Rappelons tout de même pour ceux à qui ce léger détail aurait échappé que Courroye est  celui qui (entre autres…)  a classé « sans suite » l’enquête préliminaire de police sur les conditions d’achat par Nicolas Sarkozy d’un luxueux duplex à Neuilly…

 Il fallait donc bien que celui que même ses pairs  condamne se retrouve un jour à devoir rendre des comptes sur les libertés qu’il prend avec la justice de son pays… qui n’est pas censée être aux ordres d’un autocrate sans scrupules, comme l’histoire récente le démontre tous les jours.

Mais il est effectivement regrettable, comme je l’ai vu écrit ailleurs,  pour l’image du sytème judiciaire de notre pays que la justice française se saisisse elle-même… ça fait désordre.

A présent, pour nous détendre un peu, je vous propose d’aller écouter la symphonie inachevée de Guy Birenbaum.

.