un socialiste antifa : yen a !

 

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=J0pxSxXoB5c&w=420&h=315]

Sans commentaires…

Post-Scriptum (vous avez remarqué, comme il devient de plus en plus difficile d’écrire PS ? ) : Finalement si, un commentaire, ou plutôt plusieurs questions  : Qui est Malek Boutih, vraiment ? Pour qui roule-t-il ? Quels sont ses intérêts ? Et pourquoi cette soudaine prise de conscience alors que Mr Balabas n’est pas  au PS depuis hier, je crois… Et compte-tenu de la place de Mr Boutih dans les instances nationales du PS, celui qui autrefois a caressé  l’envie de se joindre à la destinée de son ami Sarkozy pour changer d’avis au dernier moment, sur les conseils de son ami Julien, ne se réveille-t-il pas un peu tard ? C’est quoi, ce schmilblick ? Je pose la question à Romain Pigenel, qui en sait certainement bien plus que moi sur le sujet, compte-tenu de son passé militant…

.

2 réflexions sur “un socialiste antifa : yen a !

  1. Malek Boutih a dirigé Sos Racisme pendant plusieurs années. Il s’y est inscrit en grande partie dans la ligne défendu au PS par Julien Dray arguant que le combat pour les Sans-papiers était trop politique et appelant à combattre les « racailles » dans les quartiers.
    C’est sous son parrainage que fut créé Ni Putes ni Soumises.
    Lors du Congrès de Dijon en 2003 ou Julien Dray a rejoint la majorité autour de F Hollande, Malek Boutih a rejoint le Bureau National du PS ( alors que Fadela Amara, Loubna Meliane
    et Delphine Batho rejoignaient le Conseil National du PS). Chargé des questions de société au sein du Secrétariat National il a occupé ce poste, selon les nombreux échos que j’en ai reçu ( presse, camarades )
    de façon personnelle au mépris de tout travail collectif. Reste surtout en mémoire un rapport sur l’immigration
    qui fit grand bruit, non pas tant par ses fautes que par ses thèses proposant le recours aux quotas. L’idée fit tellement de vagues que le rapport fut enterré.
    En 2006 Boutih prit fait et cause pour Royal. En 2007 une circonscription lui fut réservé en Charente, du côté d’Angoulème. Une socialiste dissidente se présenta contre lui. Il fut battu, en conçut une certaine aigreur contre son Parti dont il fait part régulièrement à tous les médias quu lui offrent 1 micro
    poursuivant d’1 vindicte particulière et assez minable bien souvent Martine Aubry.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.