PS : le candidat normal… est une candidate !

«Le temps de parole de Manuel Valls, il est décompté de celui de l’opposition ou de celui de l’UMP ?» (gregbuttay sur twitter (vu ici)

J’ai honte… Tellement honte… oui, je l’avoue, je sais, c’est vraiment lamentable, je n’ai pas su résister. Pauvre de moi… je suis un social traître : j’ai regardé l’émission de France 2 hier soir sur les primaires socialistes. Pourtant, j’étais vraiment vanné, je n’ai donc aucune circonstance atténuante ! Journée de 12 heures de boulot sans interruption, sortie de réunion à vingt heures trente après une discussion de près d’une heure avec un militant du PG 54… trépignant dans ma voiture à la perspective de rater le début… C’est la triste réalité : je suis un « politic addict »…

Que dire de cette épreuve ? Je vais essayer d’être le plus synthétique possible tout en conservant l’épaisseur de la chose. Difficile de conserver tout le jus de cette émission dans le format d’un billet, mais je vais essayer. A l’eau !

Près de trois heures de direct. Pourtant, je ne me suis pas ennuyé. La politique me passionne. Sauf quand c’était Baylet ( Pierre France, sur twitter : «Y’a rien à faire, quand je vois Baylet à la télé, je baille, c’est idiot»). Épreuve réussie. Bon point pour le PS. Pas de dérapages, pas de foire d’empoigne, pas d’invectives. Prestation globale pouvant éventuellement être perçue comme (trop) lisse, si ce n’était quelques petites escarmouches à fleurets mouchetés. Exposition des idées des uns et des autres de manière claire, nette, précise. Les différences se sont vues clairement. Ceux qui ont critiqué l’idée même de cette primaire se montreront plus prudents désormais : la cacophonie tant espérée n’a pas eu lieu. (Dommage pour la droite). Royal plutôt rentrée dans le rang, pas de coups d’éclats comme à son habitude. Apparaissait en retrait, sa prestation forcée. Aubry plus combative tout en restant sur un registre conforme aux exigences sociales… Plus de coffre. Énergie contenue. En a encore sous la pédale. Hollande très nerveux, agité intérieurement, semblait à plat en fin d’émission (le résultat de son brutal régime Dunkan? Alors qu’une campagne se joue dans la durée, voilà qui augure bien mal de son endurance… ). Sa nervosité a d’ailleurs été confirmée depuis, de l’intérieur de l’émission. Bien qu’un journal de droite, le Figaro , puisse penser que «François Hollande n’a pas réussi à dominer cette soirée», je suis obligé de le penser aussi. Finalement, le candidat normal est une candidate : Aubry s’est montrée plus posée, sans agressivité, ni nervosité, sans forcer sa voix, sa personnalité, ni ses ressources. J’ai apprécié sa position sur le nucléaire (qui devrait la rendre plus sympathique qu’Hollande aux yeux d’EELV), le fait de ne pas pénaliser en deçà de 5 g. de shit. Montebourg me semble d’ailleurs avoir fait une erreur de stratégie à ce sujet, en se montrant aussi intransigeant que Valls, le candidat formaté. Que ce dernier soit autant apprécié d’Atlantico en dit d’ailleurs long sur son positionnement…

J’ai apprécié également chez Aubry l’idée de l’encadrement des loyers, et le refus de fixer des délais quant à l’apurement de la dette, ce qui est courageux et honnête : qu’est-ce que cela signifierait, en effet, dans un contexte aussi versatile et incertain, qui peut basculer du jour au lendemain  ?

Aubry ne s’est pas montrée autre chose qu’elle même, contrairement à Hollande, qui s’est trop forcé et contorsionné. Ce produit des sondages semblait avoir répondu aux consignes de son mentor en communication, qui a du lui souligner au stabylo que sa cible de référence devait être les enseignants. Du coup, il en a fait des tonnes sur sa mesure phare (60 000 postes d’enseignants sur 5 ans), aussitôt retoqué par Aubry. Effectivement, ce n’est pas la quantité qui compte… Ses arguments sur la nécesssité d’une  refondation du système scolaire et  l’argument du retour à la formation des professeurs et des instits  lui permettent de marquer des points dans le camp de la cible électorale pourtant favorite de Hollande, qui en avait fait sa tasse de thé. Indigeste. Comme si un communicant de Terra Nova lui en avait intimé l’ordre… Pas de bol. On préférera certainement l’original à la copie…

j’ai bien aimé en outre la « passe d’armes » sur le nucléaire entre Aubry et Hollande. Effectivement, pourquoi réduire à 50 % à l’horizon 2025 la part du nucléaire dans la production d’énergie en France, si c ‘est dangereux ? L’argument a fait mouche. Aubry veut voir naître la première génération sans nucléaire ? Moi aussi.

Elle a raison, la fille de Mon avis t’intéresse, il y a de toute évidence une épine verte dans le pied de Hollande. Et de plus, c’est un homme, autre handicap après l’histoire DSK. Ce peut être un défaut indéniable pour les électrices de gauche qui auront du mal à se projeter dans ce corps là, quand bien même il se retrouverait magiquement relooké (on s ‘en fout).

Revendiquer l’héritage de Jospin en se vantant d’avoir été pendant 5 ans à ses côtés à soutenir ses décisions, autre point noir de la prestation Hollandaise. Pas du meilleur effet : nous avons une mémoire…

Pour ne pas paraître plus TSH que je ne le suis déjà, un bon point pour lui tout de même, cette déclaration : « Je n’aime pas la richesse insolente, les rémunérations indécentes, l’égoïsme d’une fraction de la population qui considère que son sort personnel l’emporte sur d’autres considérations« 

 La citatition de la soirée… Qui a dit « Je veux rendre la fierté à tous ceux qui ont été humiliés par le libéralisme » ? Comment voulez vous que je ne me sente pas concerné par cela… Bien qu’au PS, l’économie libérale reste hélas tristement d’actualité, et manifestement un point de référence, si l’on en juge par l’obsession de l’austérité partagée par tous les candidats hormis, heureusement, Montebourg.

Pour conclure ce déjà trop long billet, une question d’ordre stratégique majeure à mes yeux : Qui dans son positionnement, son image et ses propositions peut à la fois rassembler non seulement les socialistes, mais également les écologistes et l’autre gauche ? Ce n’est certainement pas Hollande. Les sondages ont leurs limites…

Ah oui, j’allais oublier : j’ai beaucoup ri quand Valls a parlé d’héritage génétique avec un tel sérieux et une telle conviction, à propos de DSK : serait-il son fils caché ?

P.S. : Non sans rapport si vous aller lire attentivement son billet : Romain, tu te fais vieux : une Légende noire du Hollandisme, vraiment ? « Dommage que pour en finir avec cette “légende noire d’Hollande” il faille tisser la légende noire d’Aubry. Ce que vous n’aurez “pas la bêtise” de faire mais que, ce faisant, vous faites quand même… » Benjamin a raison : tu te fourvoies. Jouer les fans inconditionnels ne t’avait pourtant pas si bien réussi, si tu te souviens, autrefois… Garde ton sens critique.

PS 2. un scoop : Christine Boutin saisit le CSA pour se plaindre de la tribune offerte par le service public télévisuel au PS… Elle trouve cela inéquitable. Pourtant, moi, je ne me plains pas (quoique) de ce que le Président de la République, qui confond régulièrement ce rôle avec celui de porte parole de l’UMP, envahisse les écrans !

Ils en parlent aussi : l’Hérétique, Toréador, H16, Melclalex, Falconhill, Une Autre Vie, section socialiste de l’île de Ré, Bibi, alter oueb, extrême centre, Une baignoire et des ronds dans l’eau, Dédalus, Un peu de rien… sur un peu de tout… , Le blog politique décalé des jeunes limougeauds, la lettre de Jaurès, Arnaud Mouillard, et re-Melclalex... pensée libre, polluxe, Nicolas J., gabale,   Marc Vasseur,  Rimbus, richard troisintox2007, cuicuiNRV , Didier, CC (Si vous en avez vu d’autres, n’hésitez pas à me le signaler en commentaires.)

15 réflexions sur “PS : le candidat normal… est une candidate !

  1. UN PANTALON POUR SIX !!!!!!

    Je repasse… je fais du repassage… mes enfants se rendent ce soir à leur première surprise party … non ce n’est pas une boum, même s’ils s’y connaissent tous en musique… c’est un concours… un concours de circonstances.
    Oui, j’ai six enfants, deux filles et quatre garçons… une fille avertie en vaut deux comme on dit chez les ch’tis… ou plutôt 5 enfants naturels et un sixième culturel.
    Oui je dis ça parce que je l’ai adopté pour que mes enfants ne me disent jamais : nous sommes soudés comme les 5 doigts de la main. Parce que je ne suis pas pour le repli sur soi, le salut est ailleurs, par ici… au sein du groupe… pas au sein de la famille.

    Qu’est-ce que je repasse? Ça ne se voit pas ? Un pantalon… et on saura ce soir, enfin peut-être, qui va le porter? !!…
    Chez nous et depuis des générations, le problème du pantalon est un mythe errant… qui va porter le pantalon? Je trouve ça très sain, des frères et sœurs qui se battent pour reprendre le flambeau, pour incarner une volonté, pour défendre une cause… dépeindre ou repeindre l’avenir en rose…
    Que le meilleur gagne… à la loyale, bien sûr… parce que nous sommes de père en fils, de mère en fille, plus royalistes que le roi… nous voulons voir triompher l’idée que nous avons de nous-mêmes: unité dans la diversité.

    Mais un seul, hélas pour remporter le trophée. Lequel? Je n’ose pas dire laquelle? J’adore mes filles même si je les trouve un peu lourdes, l’une aveugle et l’autre sourde… un peu irritantes quand elles se croient excitantes… comme toute femme… n’est-ce pas ?
    Mon petit dernier devrait laisser tomber parce qu’il ne saura jamais sur quel pied danser sa valse…
    L’autre beau gosse est un peu psycho rigide pour contenir le flou artistique sans lequel les politiques ne feraient pas de politique. Et puis les électeurs n’aiment pas les leçons de morale… mais juste quelqu’un pour ouvrir ou fermer le bal. Quelqu’un qui dit oui alors que tout le monde dit non… et non pour que tout le monde dise oui…
    L’enfant adopté… même pas la peine d’y songer, il rêve d’un pantalon pour courir les jupons… il n’a pas bien suivi les déboires du septième larron auquel on a fermé la braguette à tout jamais.

    Non, je l’avoue, moi la maman j’ai un faible pour le petit gros. Oui je sais… il a maigri pour faire le poids… n’empêche… que pour moi… il sera toujours le petit gros… celui qui fait de la peine… et surtout qui peut faire de la peine. C’est mon petit gros, le plus touchant… le seul qui puisse toucher… parce qu’à l’image du français moyen… il est moyen… il a et aura toujours la moyenne… et avec les temps qui courent, c’est plutôt rassurant… de convoler en secondes noces avec un homme normal… et il est comique par dessus le marché… il me fait rire quand il essaye de me faire rire… à mourir de rire (Lol) c’est lui, j’en suis sûre qui portera le pantalon…. même s’il ne sera jamais à sa taille.
    Allons-z enfants de la Matrie… votre père est décédé.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/09/le-pantalon/

    J'aime

  2. Une autre fille donc. Cependant vous (pas spécialement toi, je parle en général sauf pour dpp qui est très différent) vous êtes entre mecs, alors je veux pas vous déranger, restez entre vous.
    oui la misogynie à la vie dure et dérange plus encore quand c’est à gauche.
    ma sélection de lien s’est rétrécie… je ne demanderais pas mieux que de la rallonger.

    J'aime

  3. Salut z’ami(e)s.
    Dans l’affaire, le pantalon ne compte guère. C’est dans la tête que tout se passe. Et au PS, tous candidats confondus, ne l’aurait-on pas perdue un peu ?

    Notre seule planche de salut est de tourner le dos à cette social-démocratie qui n’est ni démocrate, ni sociale. Le soutien appuyé, mais en sourdine, d’une système qui fait la part belle aux financiers, et oublie les trois quarts des électeurs sur un bord de route, discrédite tout un Parti. Même Montebourg, on n’y croit plus. Il a avalé trop de couleuvres depuis ses tonitruants débuts. Je pensais à Gérard Filoche, je l’avais pressenti pour qu’il se présente : peine perdue, il m’a déçu en se ralliant à la dame de Lille : je la respecte, mais je ne partage pas ses idées qui rappellent celles des US Democrats.

    Je préfère le tandem Schivardi-Gluckstein, à la limite, ou mieux encore Nathalie Arthaud. Parce que c’est une femme, elle aussi.

    J'aime

  4. Bonsoir, GdeC, (j’adore la présentation rouge-noir ; le contenu du blog également, bien-sûr !).
    Je cite ce que j’ai lu sur Twitter (sans lien , désolée) :

    Paul Jorion : « oubliez vos discussions sur la démocratie, le monde appartient à 147 multinationales ».

    Manhack – Bug Brother : » taisez-vous et allez gueuler un bon coup en forêt ».

    Je me tais (la rage au ventre) et faute de forêt dans les parages, je cherche d’autres endroits isolés.

    Coquelicot

    J'aime

  5. la mascotte proposée par moi, mais chacun a proposé la sienne (j’ai d’ailleurs un problème technique, j’avais fait un .gif pour que plusieurs orga s’affichent que j’ai écrite sur chaque image, mais ça marche pas je sais pas pourquoi)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.