Mélenchon tend la main, du PS au NPA

j’en connais un qui va devoir changer de discours récurrent. Si j’osais un mauvais jeu de mot, c’en est même chez lui au point de passer la wassingue sur tous les parquets socialistes chaque fois qu’un gauchiste y passe… Que ce soit moi ou DPP, il ne perd jamais une occasion de dire tout le mal qu’il pense de Mélenchon, et n’hésite  jamais à nous jeter tous dans le même sac, tantôt du sectarisme, tantôt de la bêtise crasse,voire du populisme primaire à confondre impérativement avec celui du Front National, comme n’a pas hésité à le dessiner Plantu,  discours obligé dans une certaine frange du PS…

Sauf que pas de bol, Mélenchon est en train de changer de stratégie :

«Il n’y a pas de victoire possible pour la gauche sans rassemblement», a-t-il lancé tout en excluant par avance les «arrangements en catinimi dont on entend parfois dire qu’ils ont commencé».

«Je prie qu’on cesse de se référer uniquement aux opérations politiciennes qui nous sont proposées. Non, ce qu’il s’agit de rassembler, ce ne sont pas les appareils, ce ne sont pas les états-majors (…), c’est le peuple», a-t-il souligné.

«Je ne veux pas que nous passions notre campagne dans une espèce d’isolement mutuel», a-t-il poursuivi. «Je fais une offre publique de débat à tous nos partenaires de gauche, qu’il s’agisse de nos camarades du NPA (Nouveau parti anticapitaliste, NDLR) ou de nos camarades socialistes», a-t-il dit sous les applaudissements. «Je vous en prie, acceptez le débat».

Il n’est pas certain que tous les militants socialistes soient suffisamment ouverts, pour l’accepter, ce débat, avec une autre gauche que la leur… Et l’on dit que nous sommes sectaires ? L’avenir le montrera…

.

10 réflexions sur “Mélenchon tend la main, du PS au NPA

  1. La gauche est minoritaire dans ce pays. Mais il faut au moins rassembler son camp. Cela n’avait pas suffit à Ségolène Royal pour l’emporter en 2007. Certes, il y avait eu ce débat…

    J'aime

  2. Ségolène Royal, en 2007 ce sont ses « amis » qui l’ont fait perdre. C’est Voltaire qui disait :
    « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! »
    Rien de changé sous le soleil.

    Là-dessus, il faut bien admettre que s’entendre sur un programme commun relève du très grand écart, s’il faut prendre en compte toutes les composantes de la gauche. En revanche, le NPA a perdu de son mordant. Ce qu’il n’a pas perdu, c’est son habitude à se déchirer en chapelles.

    Les six mois qui viennent vont être…. intéressants.

    J'aime

  3. Bien dit.
    Mélanchon m’intéresse de plus en plus. Et je ne suis sans doute pas la seule, ce qui me laisse perplexe quant aux sondages…
    Est-ce vrai qu’il y avait des drapeaux tricolores au discours de clôture ?

    J'aime

  4. @denis : pas d’accord. Si Royal n’avait pas réussi à rassembler davantage la famille gauchiste, c’est qu’elle n’incarnait simplement pas pour beaucoup la gauche. Un programme et un candidat avec des valeurs plus soucieux de défendre les intérêts populaires rassemblerait davantage. Affadir le programme socialiste pour le rendre plus digeste pour les électeurs de droite est une monumentale erreur, et c’est celle que continue de commettre Royal, avec cette connerie de camps de redressements pour jeunes encadrés par des militaires. Les électeurs et sympathisants de gauche ‘attendent pas de la gauche qu’elle singe la droite dans ce qu’elle a de plus vil et démagogue.

    J'aime

  5. La gauche n’est pas minoritaire en France : ce sont les idées libérales qui ne différencient pas les solutions du PS et de l’UMP qui font se tourner les électeurs vers l’abstention ou le FN.
    En expliquant, argumentant encore et encore sur la retraite, la dette, le pouvoir d’achat,l’Europe,l’imigration … le front de gauche récuperera des électeurs

    J'aime

  6. @micmousse : c’est ce que je pense aussi. Le libéralisme brouille les cartes, et ne permet plus de distinguer une certaine gauche d’une certaine droite. Un autre monde est possible !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.